Ce que le Cluetrain Manifesto nous apprend sur les médias sociaux

C’est entendu, « les marchés sont des conversations » [traduction littérale horrible, je préférerais un truc du genre « les marchés sont la somme des échanges entre consommateurs »] mais continuez quand même à lire … Combien de fois ai-je entendu des consultants ouvrir leurs présentations avec la citation sentencieuse du Cluetrain Manifesto de 1999 pour justifier la nécessité de prendre le train (c’est le cas de le dire) en marche des médias sociaux : « Les marchés sont des conversations » ; CQFD (ou du moins c’est ce qu’ils pensent).

Ce que le Cluetrain Manifesto nous apprend sur les médias sociaux

Ce que le Cluetrain Manifesto nous apprend sur les médias sociaux
Ce que le Cluetrain Manifesto nous apprend sur les médias sociaux
the manifesto's trademark armadillo picture
the manifesto’s trademark armadillo picture

J’admire depuis longtemps le manifeste (si l’on excepte sa traduction en javanais pseudo-français qui est censée lui donner un ton international). Le livre est composé de 95 thèses (pas seulement une) comme celle citée ci-dessus. Dans cet article, je ne prendrai que cinq d’entre elles que je pense être les plus importantes et dont il faut se souvenir ; au moins autant que la devise obligatoire de la « conversation ».

Thèse n°3 : « les conversations entre les êtres humains doivent être humaines. Elles sont menées humainement »

Dans le langage des médias sociaux, cela signifie que vous devez avoir de vraies personnes et une interaction réelle – y compris en coulisses – lorsque des discussions sont déclenchées dans des outils comme Twitter par exemple. Les réponses automatisées ne suffisent pas.

Thèse #7 : « les hyperliens subvertissent la hiérarchie »

Cela ne signifie pas que votre patron va recevoir sa lettre de licenciement. Cela veut dire que les sites web sont gérés par des liens, et non par des menus, et qu’ils ne sont pas conçus comme des logiciels. Malheureusement, je n’ai pas constaté de progrès dans ce sens. Trop de discussions – pour ne pas dire de querelles – dans les entreprises sont déclenchées par la position relative d’un menu au sein d’une page d’accueil. Il s’agit là d’un malentendu fondamental sur le fonctionnement du Web et sur la manière dont le référencement est effectué.

Thesis #24 : « les incantations prétentieuses » du style « nous sommes le leader des fournisseurs de XYZ »-ne constituent pas une proposition de valeur.

Dans le jargon des médias sociaux, ce qui compte, c’est la franchise, la vérité, l’honnêteté, la transparence, de vraies informations provenant de vraies personnes, et non des discours préformatés dans la novlangue des institutionnels.

Thèse n°26 : Les relations publiques ne sont pas faites pour le public. Les entreprises ont une peur profonde de leurs marchés.

Comme l’indique notre précédent article sur le dernier opus de Paul Argenti sur le thème de la communication d’entreprise, les RP doivent se réinventer et redevenir humaines. Ce n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît quand on se trouve pour ainsi dire derrière le pare-feu de l’entreprise.

Thesis #66 : Nous voulons avoir accès aux informations de votre entreprise, à vos plans et vo sstratégies, à vos meilleures idées, vos véritables connaissances. Nous ne nous contenterons pas de la brochure en quadrichromie, des sites web de graphistes tape à l’œil qui manquent de substance.

Les clients, les écosystèmes, les visiteurs en général veulent des informations, et ils veulent des informations qui leur soient utiles, pas des brochures d’entreprise qui ne veulent rien dire. lorsque je vois la plupart des sites web institutionnels 16 ans après le lancement des premiers, je me rends compte du peu de progrès que nous avons fait dans cette direction. c’est aussi parce que les sites web institutionnels sont devenus la nouvelle pomme de discorde entre les entités, le territoire à conquérir pour toutes les unités commerciales et que la plupart du temps, les employés perdent de vue ce qui pourrait intéresser les visiteurs. En fin de compte, c’est aussi ce qui rend les blogs plus faciles à gérer que les sites Web d’entreprise, car les blogs sont de véritables opinions émises par de vraies personnes.

liens et autres lectures

Yann Gourvennec
Follow me