BrèvesIA et Big Data

Histoire des réseaux de neurones : le perceptron

La genèse laborieuse et ancienne des IA génératives.

Le Perceptron est l’ancêtre des IA génératives, mais il est arrivé 60 ans trop tôt et surtout, il a été trop présomptueux. Il a suscité des espoirs démesurés, et des jalousies aussi, notamment celle de Marvin Minsky. Le résultat en fut le premier hiver de l’IA. Pour le vulgum pecus, ChatGPT est une « révolution« . Mais pour les scientifiques, informaticiens, philosophes et les simples honnêtes hommes (et femmes), c’est surtout une évolution. L’évolution d’une pensée qui remonte à très longtemps. Ce qui n’étonne pas les lecteurs de Kurt Vonnegut (Player Piano, 1957). En témoigne cette émission passionnante sur France Culture (Science Chrono, Antoine Beauchamp, 22 avril 2024). 

Histoire des réseaux de neurones : le perceptron

Frank Rosenblatt '50, Ph.D. '56, travaille sur l'
Frank Rosenblatt ’50, Ph. D. ’56, travaille sur l' »ordinateur électronique d’analyse de profil », précurseur du perceptron – voir l’article de Cornell

Dans cette passionnante émission, Antoine Beauchamp nous décrit l’invention du « perceptron ». Un nom délicieusement marqué de l’esprit des années 50, comme l’a fait remarquer l’animateur de France Culture. Au cours de cette passionnante interview, j’ai découvert que le New York Times s’était enflammé pour l’invention du perceptron. En tant qu’abonné à cette noble feuille de chou, je suis donc allé chercher un ancien article sur ce sujet, et j’ai retrouvé ce billet de 1958 que j’ai traduit pour vous.

On y parle de l’IBM « 704 », un ordinateur de 5 tonnes de la taille d’une pièce – alimenté avec une série de cartes perforées ». Après 50 essais, nous explique Melanie Lefkowitz de l’université de Cornell, « l’ordinateur a appris à distinguer les cartes marquées à gauche de celles marquées à droite ».

Voici le reportage de juillet 1958 par le reporter du NYT.

Un nouveau dispositif de la marine apprend par la pratique

Un psychologue montre l’embryon d’un ordinateur conçu pour lire et devenir plus intelligent
WASHINGTON, 7 juillet 1958 (UPI)

La marine américaine a dévoilé aujourd’hui l’embryon d’un ordinateur électronique qui devrait être capable de marcher, de parler, de voir, d’écrire, de se reproduire et d’être conscient de son existence.

L’embryon – l’ordinateur « 704 » du Bureau météorologique, d’une valeur de 2 000 000 $ – a appris à faire la différence entre la droite et la gauche après cinquante tentatives lors de la démonstration faite par la marine pour les journalistes.

Le bureau a déclaré qu’il utiliserait ce principe pour construire la première de ses machines à penser Perceptron, qui sera capable de lire et d’écrire. Elle devrait être achevée dans un an environ, pour un coût de 100 000 dollars.

Le Dr Frank Rosenblatt, concepteur du Perceptron, a dirigé la démonstration. Il a déclaré que la machine serait le premier appareil à penser comme le cerveau humain. Comme les êtres humains, le Perceptron commettra des erreurs au début, mais il deviendra plus intelligent à mesure qu’il acquerra de l’expérience, a-t-il déclaré.

Le Dr Rosenblatt, psychologue de recherche au Cornell Aeronautical Laboratory, à Buffalo, a déclaré que les Perceptrons pourraient être envoyés sur les planètes en tant qu’explorateurs spatiaux mécaniques.

Sans contrôle humain

Selon la marine, le perceptron serait le premier mécanisme non vivant « capable de recevoir, de reconnaître et d’identifier son environnement sans formation ni contrôle humain ».

Le « cerveau » est conçu pour mémoriser les images et les informations qu’il a lui-même perçues. Les ordinateurs ordinaires ne mémorisent que ce qui leur est transmis sur des cartes perforées ou des bandes magnétiques. Plus tard, les perceptrons seront capables de reconnaître les personnes et d’appeler leur nom, et de traduire instantanément un discours dans une langue en un discours ou une écriture dans une autre langue, a-t-on prédit.

M. Rosenblatt a déclaré qu’en principe, il serait possible de construire des cerveaux. Ceux-ci pourraient se reproduire à la chaîne et qui seraient conscients de leur existence.

Dans la démonstration d’aujourd’hui, on a soumis deux cartes au « 704 ». L’une avec des carrés marqués sur le côté gauche et l’autre avec des carrés sur le côté droit.

Apprendre par la pratique

Au cours des cinquante premiers essais, la machine n’a fait aucune distinction entre les deux. Elle a ensuite commencé à enregistrer un « Q » pour les cases de gauche. Et un « O » pour les cases de droite. Le Dr Rosenblatt a déclaré qu’il ne pouvait expliquer pourquoi la machine n’avait appris que des termes très techniques. Mais il a déclaré que l’ordinateur avait subi un « changement auto-induit dans son schéma de branchement ».

Le premier perceptron comportera environ 1 000 « cellules d’association » électroniques recevant des impulsions électriques d’un dispositif de balayage semblable à un œil et comportant 400 cellules photoélectriques. Le cerveau humain compte 10 000 000 000 de cellules réactives, dont 100 000 000 de connexions avec les yeux.


On remarquera l’incroyable prouesse du Perceptron mais aussi l’excès de confiance de la part de son inventeur. Et c’est justement cet excès qui mena à l’hiver de l’IA de 1974. Ce monsieur Rosenblatt ne vous rappelle-t-il pas un autre personnage de l’IA plus contemporain ?

Science Chrono Perceptron Écouter l’émission de Science Chrono sur le Perceptron

Acheter le livre de l’invité d’Antoine Beauchamp, ALBAN LEVEAU-VALLIER : IA
L’intuition et la création à l’épreuve des algorithmes

Yann Gourvennec
Follow me
Les derniers articles par Yann Gourvennec (tout voir)

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

Comments

Bouton retour en haut de la page