Search

économie et numérique

Web3 : à quoi ressemblera l’Internet du futur ?

À quoi ressemblera le futur de l’Internet ? La réponse à cette question plus complexe qu’il y paraît, jaillira sans doute de la conférence Inspirations Marketing 2022, organisée par Comundi et stratégies, à laquelle Visionary Marketing est associée comme partenaire média. Je me suis entretenu avec Noël Cambessedes, président fondateur de Comptoirs, qui y interviendra le 30 juin à 16 h. Le sujet de cette intervention s’annonce passionnant : comment imaginer des produits et développer des marques répondant aux enjeux de demain ? Parmi ces enjeux, il y a le fameux Web3. Ce Web3 dont nous avons déjà débattu et sur lequel nous n’avons pas fini de revenir dans ces colonnes. Zoom sur ce sujet avec Noël dans ce billet et un podcast associé. 

Web3 : à quoi ressemblera l’Internet du futur ?

Web3, Métavers et philosophie : où va donc le Web du futur ?

Web3 : retour vers le futur

Le Web3 (ou 3.0), c’est un peu retour vers le futur puisqu’il y a à peu près dix ans, on en parlait déjà.

Le Web sémantique, parfois appelé Web 3.0, est une extension du World Wide Web par le biais de normes [1] établies par le World Wide Web Consortium (W3C). L’objectif du Web sémantique est de rendre les données Internet lisibles par machine

À l’époque c’était sensé être le Web sémantique, donc un Web plus orienté sur la compréhension de son contenu par des machines, enfin en principe, car on n’en a jamais vu la couleur.

Web 3.0, Web 3, retour vers le futur

La notion de réseau sémantique a été initiée dans les années 60, et ce concept• a ressurgi un demi-siècle plus tard, mais ce Web 3.0 n’a jamais vraiment vu le jour, comme l’a indiqué le fondateur du Web en 2013 dans un papier sur Scientific American. Les microformats ont fini par jouer ce rôle.

Le terme a disparu… puis il est revenu, quelque peu modifié. De Web 3.0 il est devenu Web 3… Finalement, ce Web3-là n’a plus rien à voir avec le Web sémantique, c’est devenu complètement autre chose.

Un rapport de Gartner paru le 24 février 2022 a précisé ce qu’il y a derrière ce buzzword 3.0. Voici ce qu’en dit l’analyste américain.

  • Web3 (aussi appelé Web 3.0) est un terme popularisé par Gavin Wood, cofondateur d’Ethereum, décrivant une vision de la prochaine itération du World Wide Web, envisagée comme décentralisée et alimentée par les technologies blockchain [on peut se poser la question de savoir s’il ne s’agit pas d’une prévision de l’avenir à la manière d’une Dinde qui prédirait Noël] ;
  • Le Web3 permet [trait] des interactions en peer to peer sans dépendre de plateformes ni d’intermédiaires centralisés [en quelque sorte, le rêve de Tim Berners Lee en 2019] ;
  • Le Web3 complète le Web 2.0 et remédie [rait] aux conséquences négatives de la centralisation du Web 2.0, mais le Web 2.0 conserve des avantages en termes d’échelle, de service aux clients et de protection des clients [selon Gartner].

Gartner poursuit ainsi en prédisant :

  • Les entreprises continueront à utiliser le Web 2.0 pour la plupart des applications jusqu’en 2030. Au cours de cette période, elles n’utiliseront le Web3 que pour les applications qui bénéficient des nouveaux modèles économiques basés sur la blockchain et des nouveaux réseaux sociaux et de « gaming ».

Ils ne se mouillent pas trop. Personnellement, je ne comprends pas pourquoi on n’a pas nommé ce « nouveau » concept Web4. Tant qu’on y était, on aurait pu acter la mort du Web 3.0 et passer à l’itération suivante.

La conclusion du rapport est qu’il s’agit bien d’une nouvelle ère de l’Internet qui s’ouvre, mais qu’on ne verra pas arriver avant une dizaine d’années. D’une part, les entreprises vont être un peu lentes à adopter tout cela, et d’autre part les entreprises centralisatrices vont faire un peu de résistance.

Voilà pour la définition et le factuel, passons maintenant au résumé de ma discussion avec Noël, l’intégrale de cet échange étant consigné dans le podcast joint à ce billet.

Le futur rêvé de l’Internet : le web3

La révolution blockchain (Web3) après le Web2 et le Web1

« C’était le chaînon manquant. Plusieurs auteurs ont travaillé là-dessus avec les fameux quatre piliers de la civilisation, le premier étant la technologie, puis les nouvelles règles sociales, une nouvelle culture, le quatrième un nouveau règlement politique » explique Noël.

Le Web 3 est décliné de la blockchain : les cryptomonnaies, les NFT, et par extension, le métavers

« Aujourd’hui, la blockchain est utilisée par les grandes entreprises sur un ensemble d’outils. De nouveaux arrivants se sont blockchainisés. Certaines places de marché entrent dans la danse et toutes les banques ont lancé des produits et utilisent la blockchain au quotidien » poursuit le fondateur de Comptoirs.

La blockchain permet de nouveaux modèles économiques, mais aussi l’émergence de nouveaux outils

La Société Générale émet un produit structuré au format « security token » sur une blockchain publique. Une sortie de vapourware pour la blockchain ? Nouriel Roubini va devoir revoir sa copie et manger son stylo.

Un point majeur : le Web3 n’est pas intuitif

Pour le Web3 c’est un peu plus complexe que pour les versions précédentes nous explique Noël Cambessedes :

« La première fois qu’on s’est connecté sur Internet, on a compris qu’on allait accéder à des informations. La première fois qu’on a reçu un mail, on a compris qu’on pourrait s’envoyer des messages, et la première fois qu’on a créé un compte sur Facebook, c’était extrêmement intuitif.

Cela l’est beaucoup moins pour le Web3 et c’est une des raisons pour laquelle Gartner donne une durée de dix ans », souligne Noël.

Aujourd’hui le Web3 est encore réservé à des gens qui n’ont pas peur de la techno pour progresser

Les enjeux stratégiques du Web 3

Tous les secteurs ont été touchés par le digital et tous les secteurs seront touchés par le Web3

« C’est maintenant qu’il faut s’y mettre en se disant : ‘Mais globalement, quels sont les enjeux, comment ça va me toucher et qu’est ce que je veux y faire ?' » explique Noël.

Enjeu no 1 : de nouveaux business modèles

Grâce aux smart contracts, on est capable d’accélérer le mouvement du crowdfunding.

Il y a un impact potentiel sur tous les métiers en B2C où il y a des communautés de consommateurs

« Je prends l’exemple du financement du cinéma à travers des NFT », poursuit Noël Cambessedes.

« On peut s’adresser aux fans des acteurs de réalisateurs, leur promettre grâce aux Smart contracts des parts sur les futures recettes du film, donc ils deviennent investisseurs.

C’est un nouveau business modèle, c’est le public qui va financer les films

Enjeu no 2 : de nouveaux outils

Aujourd’hui, transférer de l’argent à l’étranger, par exemple, reste extrêmement complexe. La blockchain propose une solution beaucoup plus rapide, beaucoup moins chère et bien plus immédiate.

La blockchain va simplifier les tâches et faire naître de nouveaux services.

Enjeu no 3 : de nouveaux financements

« Avec la blockchain il est possible d’attribuer des parts non sur l’entreprise, mais sur l’activité. De ce fait, tous les sujets de transformation peuvent être autofinancés » explique Noël.

L’application de la blockchain dans les banques permet la sécurisation et l’archivage et des temps de traitement améliorés

« On est un peu perturbés parce qu’on ne retrouve pas les vieux schémas de fonctionnement », ajoute à juste titre Noël. Mais à terme et selon lui, c’est à une véritable révolution que nous assistons. Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un emploi abusif de ce terme comme cela est arrivé trop souvent par le passé.

De l’innovation et de l’humilité

Il faut toujours rester humble face aux innovations

« Il faut surtout rester curieux et positif et c’est ça le plus important » conseille Noël Cambessedes, car « au-delà de tout ce qu’on est en train d’inventer et de vouloir faire, l’important est d’être heureux. Et je pense que ces nouveaux outils peuvent nous aider à être plus heureux ».

Voilà sans doute l’idée du Web3 (le nouveau, pas l’ancien), redécouvrir un Web décentralisé et sorti de l’emprise de ses géants du numérique, un Web plus humain, plus sécurisé et plus inclusif. On ne pourra qu’être d’accord avec cette vue, même si Gartner a émis des réserves.

Et dans ces bouillonnements technologiques, il va falloir aller de l’avant comme l’explique Noël dans sa conclusion :

Le sujet, c’est de faire le premier pas. Et si vous partez dans une mauvaise direction, vous arriverez quand même à bon port, car vous vous serez mis en mouvement.

Voilà une bonne conclusion. Il faut rester humble face à l’innovation. Innovons, innovons, il en restera forcément quelque chose. Nous vous donnons rendez-vous à Inspiration Marketing le 30 juin à 16 h.

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique.

Published by
Yann Gourvennec

Recent Posts

Les secrets d’un start-upper B2B au succès fulgurant

Faire monter à l'échelle ("scaler" dans le jargon consacré) une start up B2B à l'échelle…

05/12/2022

Une start-up s’attaque à la contrefaçon sur les places de marché

La contrefaçon est une des plus grandes sources d’argent sale de la planète. Et ce…

29/11/2022

10 mythes de l’innovation mis en pièces par Scott Berkun

Les mythes de l’innovation sont si nombreux que Scott Berkun a même déclaré que le…

28/11/2022

Protection des données : état des lieux de la législation européenne

De nouveaux textes réglementaires sur la protection des données, aussi complexes les uns que les…

28/11/2022

Choisir la sobriété numérique plutôt que la subir

La sobriété numérique était parmi les sujets traités le 16 novembre dernier lors de la…

24/11/2022

10 conseils pratiques pour réussir son alignement vente et marketing en B2B

Le smarketing est l’alliance de la vente et du marketing dans un but d’amélioration de…

22/11/2022