La fin des médias sociaux ? poursuite du débat avec Hervé Kabla

La fin des médias sociaux ? Encore ? Avec mon compère Hervé Kabla, qui – en image avec l’aide de nos complices de Locita.frpoursuit la discussion entamée il y a peu sur ce blog et qui place résolument les médias sociaux (et non les réseaux sociaux) sur la rampe de lancement de 2012-2013. Hervé y revient sur les vrais enjeux du Web, un secteur en pleine ébullition qui lui fait penser à l’informatique de la fin des années 1980, mais aussi en plein reconfiguration. Nous sommes d’accord avec Hervé pour confirmer l’importance des blogs – à un moment où tous croient que c’est fini – et à déclarer que ce n’est pas la fin des médias sociaux, bien au contraire, que c’en est le début, mais la fin des médias sociaux tels qu’ils sont pratiqués aujourd’hui : sans lien avec la stratégie, par mimétisme, et avec parfois des pratiques désastreuses d’acquisition de fans et de course aux armements.

La fin des médias sociaux ? poursuite du débat avec Hervé Kabla

La fin des médias sociaux ? poursuite du débat avec Hervé Kabla
La fin des médias sociaux ? poursuite du débat avec Hervé Kabla

La fin des médias sociaux ? transcription brute de cette vidéo

Alors, on a la chance d’accueillir tuer l’écriture du livre Les réseaux sociaux expliqués à mon boss exactement est en opération sur le titre exactement depuis une semaine. Depuis une semaine, est ce que tu peux de nouveau parler un petit peu de la génèse de ce livre et de ce que vous avez voulu faire passer comme message avec Yann Gourvennec, la du livre?

Très simple. Quand on a créé l’Association Média ici, en 2009, il y avait une espèce de néant sur les schémas principaux les best practices d’utilisation des médias sociaux dans un cadre professionnel. Quand on a commencé par créer une association, il y a peut être des gens qui ont une première expérience, des pionniers qui ont lancé des initiatives. J’ai envie d’en parler à d’autres, de voir ce qui se passe. Qu’est ce qui marche bien? Qu’est ce qui ne marche pas? Partager des conseils. On a monté cette association. On a rencontré tellement de monde. On s’est dit que finalement, ce savoir IA va transmettre au travers d’une démarche sur le web. C’est assez paradoxal, mais d’un aigri. Parce que qu’on le veuille ou non, c’est quand même le référent. Aujourd’hui, en tout cas, en entreprise, lorsqu’on veut transmettre un savoir, d’appeler ça les médias sociaux pour les nuls, on n’est jamais nul en entreprise. On appelait ça les médias sociaux expliqués à mon boss. L’idée, c’est d’aider les gens qui ont compris à quoi peuvent servir les médias sociaux, à monter leurs projets, à vendre leur projet au sein de l’entreprise et surtout, à faire que ce projet réussisse.

Alors si ce livre est terminé, il a été réalisé en 2011. Oui, on l’a lancé en février 2011, donc on est en 2012. On est sur le marketing 2012. C’est quoi les tendances qui vont venir cette année?

J’ai une mauvaise nouvelle. C’est en 2012. C’est peut être la fin des médias sociaux qui va peut être arrêter. Ce n’est pas tout à fait la fin des médias sociaux SaaS des médias sociaux tels qu’on les pratiquait ces deux dernières années, une espèce de mode des médias sociaux. Je ne sais pas si médias y a contribué, mais d’une certaine manière, tout le monde s’est précipité de manière massive, sans comprendre, simplement en faisant ce que les petits voisins ou les concurrents faisaient. Et puis, on est tombé sur une démarche complètement exagérée d’achat de fans. C’est quoi acheter un fan? Ça ne s’achète pas un fan. Il vous aime ou il vous aime pas, mais ça ne s’achète pas. Cette démarche où il fallait faire de l’audience à tout va créer des communautés qui n’avaient plus rien à voir avec le cœur de cible. Pour moi, 2012, c’est l’année où on voit. Grâce à la crise, il faut repenser sa position sur les médias sociaux. Dire finalement ce qu’on a fait depuis deux ans. A quoi ça a servi et comment on peut réellement l’utiliser maintenant pour faire du business? Donc, ça veut dire reconsidérer sa présence sur Facebook. Ça veut dire reconsidérer sa présence sur un blog ou ses relations avec des blogueurs, c’est reconsidérer sa présence sur des forums. C’est finalement sa présence sur toutes les formes sociales du Web sur laquelle l’entreprise est censée être représentée. Donc, ce n’est pas la fin des médias sociaux en tant que tel, c’est la fin des médias sociaux tels qu’on les a pratiqués ces derniers mois.

Pourquoi le forum est encore bien souvent aussi social? Hogge est un outil social.

Bien sûr, le Forum est avant tout un outil social et c’est l’outil social par excellence Facebook. J’ai beaucoup de respect pour Facebook. Je trouve que c’est une plateforme gigantesque, géniale. Ce qui se passe actuellement en Inde et au Brésil. Il faut savoir que les pays de forte croissance de Facebook aujourd’hui, ce n’est pas la France et l’Allemagne, c’est l’Inde, le Brésil, l’Indonésie en tête, les Etats-Unis 150 millions d’utilisateurs, Facebook derrière l’Indonésie, l’Inde et le Brésil, c’est quasiment autant. Et ça monte. Ça progresse de 15 à 14 20% pratiquement par mois. OK, Facebook, c’est très bien, mais c’est un grand schéma global de discussion. Ce n’est pas un forum focalisé, spécialisé sur un sujet. Moi, si j’ai un problème sur le jardinage ou si j’ai un problème sur tel ou tel téléphone, c’est peut être pas sur Facebook été visé pour avoir les réponses et encore sur Google. Et souvent, Google va me rediriger vers un blog ou un forum avec une forte audience. Donc oui, les forums vont continuer à exister et les blogs vont acquérir encore plus d’importance parce que le blog reste le socle sur lequel on construit sa stratégie médias sociaux.

C’est important que tu le répète encore une fois parce que je pense que oui.

Le blog blog, c’est peut être pour moi l’invention du blog se réfère à un Gutenberg. Peut être que Gutenberg et la Bible, c’est comme Internet. Et le blog de Gutenberg, c’est celui qui a popularisé l’imprimerie. Et puis, la Bible était le bouquin le plus vendu. Il a été le premier qu’on a édité en masse, parce que c’est beau, car c’est ce qu’on lisait le plus bien. Internet, c’est un outil magique qui fait beaucoup de choses. Le blog, c’est la notion principale, celle qui permet à n’importe quel individu sur cette planète de décider de prendre la parole sur le Web. Le Web est avant tout un outil d’expression, un outil de communication. C’est un outil de transaction, un outil marchand, mais c’est aussi un outil d’expression. Et c’est ces millions de blogueurs qu’on trouve dans tous les pays, et notamment en France. Ils participent aux débats, ils participent à l’échange, un échange politique, échanges économiques, culturels, scientifiques. Les blogueurs font vivre le Web. Et ce recentrage des médias sociaux sur le blog Pour moi, va s’opérer dès cette année.

Il faudrait aussi une évolution naturelle qu’un modérateur peut faire un excellent community manager. Il faut avoir un talent de modérateur pour être l’invité de la journée au comité, mais un jour, on va demander un peu plus. On est au 21ème siècle, donc on va lui demander quelques compétences additionnelles, demander de se débrouiller avec un petit bout de temps en temps parce que malheureusement, les plateformes ont encore besoin pour autant de connaitre le petit bout de HTML qui va bien. On va lui demander surtout de pas passer sa vie derrière un écran. Un comité manager qui ne fait qu’un travail de modérateur derrière un écran ne fait pas son boulot. Un comité de managers et d’un savoir décrocher son téléphone d’assommoir mètres de mur, à savoir mettre de la relation et donc un travail de modération. C’est vrai, il a surtout un travail de fédération et la fédération se met en place avec un travail de prise de parole qui se fait aussi bien sur le Web que dans la vraie vie, dans la vraie vie. C’est sur ce forum, c’est dans des salons, c’est pendant les vacances et dans les transports en commun. C’est dans tous les espaces et dans tous les lieux où le comité manager est appelé à s’exprimer.

Alors, sur le service marketing, qu’est ce que toi tu es venu chercher?

Je vais lui chercher d’abord une première expérience, c’est mon premier salon, il marketing encore des exposants. J’en suis ravi. J’ai été pendant très longtemps un speaker, mais je n’avais pas franchi l’étape de lesmouvements. Je suis content de franchir cette étape importante dans la vie d’une jeune entreprise. La deuxième chose que je viens chercher? Des clients comme tout le monde. Des gens qui aujourd’hui, se demandent quelles sont les bonnes stratégies marketing pour exister, pour développer son activité sur le Web. Il n’y en a pas. Le Web est un milieu sauvage. J’en ai discuté avec une personne qui est passée sur le stand de ce matin. Dans ce climat de morosité globale à l’international, surtout en France, présent sur un salon, ça bouge, ça vie, ça discute. Il y a du monde. Il m’a dit Mais moi, ça me rappelle le secteur de l’informatique. Il y a vingt ans, ça explose, ça explose. Être présent sur ce salon devient pour moi une opportunité de prendre contact avec des prospects, de retrouver mes clients et développer mon business. Je suis très content que le salon existe pour montrer que finalement, il y a des secteurs en France où ça marche bien et que si on se tous la et regardez un peu moins son nombril, on pourrait faire avancer le système économique, notamment sur ses initiatives de croissance autour du Web et des nouvelles technologies. Je n’aime pas le terme nouvelles technologies. J’ai utilisé malgré moi. C’est là la formule admise.

On est bien d’accord sur SEO sur ce point de tout ce foisonnement, ce dynamisme qui assure sa satisfaction. Il y aura un livre La fin des réseaux sociaux.

Je ne pense pas qu’il y aura un livre. Les réseaux sociaux, c’est quelque chose qui va constamment changer. Les forums sur le web, quand ils sont apparus, c’était peut être une nouveauté, mais ça représentait quoi? Ça représentait une forme qui existait dans la vraie vie de clubs, d’associations, de milieux associatives, de cercles privés qui ont trouvé sur le Web un moyen de s’exprimer eux mêmes. Finalement, ces forums n’ont été que la transposition d’une activité qui existe depuis que l’homme est homme. Il a besoin de discuter. Qu’est ce qui nous différencie d’un certain nombre d’espèces animales? C’est en discutant, en échangeant. On est capable de faire avancer les choses et de faire avancer des sujets de de poussée, de partager de la connaissance. Et bien cette démarche de communication entre groupes humains. Elle s’est traduite dans le Web, est apparue dans les forums et se traduit aujourd’hui par les médias sociaux. Les médias sociaux, sous une forme, disparaîtront et évolueront vers d’autres formes. Je ne suis pas devin. Je pense que des choses encore magiques qui apparaîtront comme je suis toujours intéressé et intrigué par la nouveauté. Je suis à peu près certain que ça sera génial et j’espère pouvoir pouvoir y participer.

Mais on en reparle bientôt. Pour faire un point sur cette évolution des réseaux sociaux avec grand plaisir, merci à bientôt.

Yann Gourvennec
Follow me