Quand l’Art permet de redonner de la motivation au travail

L’Art peut aider à redonner aux employés de la motivation et du goût au travail, c’est que m’a expliqué Frédérique Ichac, de Musa Decima dans cette interview qui marie Art et relations humaines. Frédérique a créé Musa Decima il y a huit ans, suite au constat de l’enfermement des employés les uns vis-à-vis des autres. Enfermement qui ne s’est pas amélioré avec la crise de 2020-2021. Mais il n’y a pas de fatalisme, c’est ce qu’elle m’a expliqué dans cette interview.

Quand l’Art permet de redonner de la motivation au travail

Quand l'Art permet de redonner de la motivation au travail
RH et Art peuvent faire bon ménage, c’est ce que m’a démontré Frédérique Ichac de Musa Decima, qui redonne de la motivation au travail – photo du 59 rue de Rivoli antimuseum.com

Alors qu’elle était RH d’une grande entreprise, Frédérique constate que les jeunes femmes de l’administration commerciale avec lesquelles elle travaille sont pleines de vie avant de regagner l’entreprise.

Puis soudain, quand elles arrivent au bureau, elles posent leur manteau et toute leur énergie et leur joie de vivre. Elles se transforment, dès qu’elles sont au travail, « en des sortes de robots », et le soir, reprennent leur énergie pour d’autres activités.

L’objectif que s’est donné Musa Decima a été de remettre l’envie d’être ensemble et de redonner de la motivation au travail à l’intérieur des entreprises. Voyons comment avec Frédérique Ichac.

Motivation au travail des employés : une responsabilité partagée

Quand cinq ans après avoir été embauché, un salarié n’est plus motivé du tout, il n’y a pas de mystère, c’est l’entreprise en grande partie qui l’a démotivé

Le manager doit s’interroger sur ce qu’il fait pour motiver ou démotiver ses équipes.

Il y a bien sûr aussi une responsabilité de l’être humain qui se dit, dans l’entreprise finalement, je suis salarié, peut-être que si je donne juste ce qu’il faut, ça va suffire

De la co-responsabilité entre les entreprises et les salariés

Aujourd’hui, c’est à la mode, beaucoup d’articles ont été écrits sur The Great Resignation. Le Covid a amplifié le problème, mais avant cela, il y avait déjà une tendance au repli sur soi que la crise n’a fait qu’accélérer et mettre en lumière.

L’origine peut être une peur de l’autre, une peur de ne pas être au niveau. Dans les grandes entreprises, il y a aussi beaucoup de politique, que ce soit conscient ou inconscient.  » Quand je dis une chose dans une réunion, quel va être l’Impact pour moi ? Est-ce que je vais paraître comme je le devrais ?  » Il y a beaucoup de non-dits.

La question du sens est aussi un sujet dont on parle beaucoup dans l’entreprise aujourd’hui. Quel est le sens de mon travail ? Est-ce que ça a du sens que j’aille travailler pour y faire ce que j’y fais ?

Le travail peut être un moyen de s’épanouir, et les prestations que propose Frédérique dans les entreprises permettent de décaler le propos et de remettre les relations humaines au centre du débat en utilisant l’Art.

En quoi l’Art peut-il aider à retrouver du sens dans le travail et remettre les gens les uns en face des autres ?

Travailler avec les artistes permet de faire un pas de côté.

la motivation au travail
Une composition photographique réalisée par Musa Decima avec des employés

Habituellement, les managers qui veulent améliorer les choses à l’intérieur de l’entreprise se concentrent sur de vieilles lunes, comme le fait de travailler en silos, de ne pas arriver à collaborer.

Amener un artiste dans l’entreprise permet de regarder les choses autrement

Cela permet de se poser des questions et de ne plus utiliser les mots habituels pour traiter toujours des mêmes sujets.

L’art permet de décaler les choses très légèrement, pour permettre aux gens de se parler en profondeur

Les artistes sont-ils dans un autre monde que les employés des entreprises, à moins que ce soit l’inverse… ?

Ce sont deux mondes différents, souligne Frédérique.

Demander à un artiste, qui passe sa journée dans son atelier, avec ses toiles, ses photos, sa musique, de venir dans le monde de l’entreprise lui fait un peu peur.

La confrontation des deux mondes permet le questionnement. Il y a échanges, regards, paroles, il se passe quelque chose qui fait émerger autre chose.

Les gens quand ils prennent leur job, mettent une espèce de manteau et deviennent le directeur de ceci ou le chef de projet de cela. Alors qu’en fait, au démarrage, c’est Paul, Pierre, Yasmina… juste des gens, des êtres humains.

Le travail de Musa Decima est de rappeler qu’ils sont des êtres humains avant tout et de les faire réagir comme des êtres humains, et pas juste avec le manteau de la fonction qu’ils portent

Redonner de la motivation au travail : quelques exemples concrets

Frédérique fait venir un artiste (peintre, photographe, ou sculpteur), lors de séminaires. Il assiste toute la journée aux workshops, observe, s’inspire. Ensuite, il crée une œuvre d’art à partir du séminaire qui va parler de ce qu’il a vu, ressenti, entendu.

Deux ou trois semaines après, il présente l’œuvre aux participants. S’ensuit un échange, chacun peut réagir sur le regard que l’artiste a posé sur le séminaire. « C’est très riche, parce que tout de suite les gens vont lire l’œuvre, chacun avec son regard, avec sa sensibilité. Un vrai dialogue se pose » souligne Frédérique.

Certains exposent l’œuvre dans la salle de réunion, pour la partager avec tous les visiteurs.

Un récent séminaire avait comme objectif d’aider les collaborateurs à ne plus travailler en silos et donc à contribuer au travail de l’autre. Frédérique a demandé aux participants en fin de journée d’exprimer le résultat du séminaire en chantant. Ils ont restitué en chantant les raisons qui faisaient qu’ils travaillaient ensemble, ce qu’ils attendaient les uns des autres.

Le séminaire s’est terminé dans un grand éclat de rire, mais surtout dans une fierté extrême et de la joie. « Du bonheur et une fin de séminaire comme ça, ça marque les esprits« .

Une fois le DRH du groupe n’était pas là, et quelqu’un lui a envoyé la vidéo de la fin du séminaire en chansons. « Il me l’a montré quand je suis revenue dans l’entreprise, il avait la vidéo sur son téléphone, et m’a dit c’est génial ce que vous avez fait !« .

Prochainement, un groupe va se réunir pour travailler sur les valeurs de l’entreprise. Plutôt que de les faire réfléchir avec les mots du business, ils vont faire des matchs d’improvisation. Des comédiens vont les aider à faire de l’improvisation théâtrale, puis le thème d’improvisation sera sur les valeurs de l’entreprise.

En conclusion, pour redonner de la motivation au travail, et si vous pensiez à faire diversion avec l’Art ?

Comme l’a expliqué Frédérique, on a tant de fois entendu l’antienne sur les silos de l’organisation, que les bras nous en tombent chaque fois qu’on l’entend. L’Art par son côté décalé et dépouillé des conventions du monde de l’entreprise permet de reposer les bonnes questions. Après tout, avant d’être des employés, nous sommes des êtres humains.

Yann Gourvennec
Follow me

Comments