Grands groupes startups et l’Omerta de la transformation digitale

Grands groupes et startups : voici un sujet qu’on voit revenir depuis de nombreuses années et encore plus depuis 5 à 6 ans que la transformation digitale est à l’ordre du jour. Lors d’une réunion récente chez « les cousins » mon confrère Rodolphe Roux s’époumonait sur scène pour s’insurger contre la distortion entre le discours et réalité de la « transformation digitale » (le terme en soi n’est pas neutre, on y reviendra).

Et voici la transition rêvée pour annoncer un nouveau site qui nous tient à cœur, sur lequel nous travaillons d’arrache-pied depuis le début de l’année, pour le compte de notre client iRevolution [transparence], j’ai nommé (Tadaaaaa!) : Le musée des horreurs de la transformation digitale. Un « musée » qui n’est pas un musée bien entendu, et que nous avons voulu aussi ludique que formateur, en puisant dans la connaissance du terrain d’experts reconnus en France et à l’étranger et les « aigles » de iRevolution (on reviendra sur ce terme).

Grands groupes startups : un grand groupe m'a tuer !
Grands groupes et startups : un grand groupe m’a tuer ! un article de Cyril Bladier qui méritait de figurer dès l’ouverture du musée des horreurs de la transformation digitale

Grands groupes et startups une histoire entre l’amour et la haine ?

Les paroles de Rodolphe Roux des « cousins » étaient bien appuyées et les marques qu’il a citées n’ont pas été épargnées. Par pudeur, on ne les répétera pas ici, mais nombre de vrais innovateurs (les « cousins » pour reprendre le vocabulaire de The Family) ont acquiescé en les entendant et en découvrant les anecdotes croustillantes de Rodolphe. 

Grands groupes et startups Musée des horreurs transformation digitale
Bienvenue dans le musée des horreurs de la transformation digitale, le blog ou on n’hésite pas à dire les choses comme elles sont

Remettre les pendules de la transformation digitale à l’heure

Grands groupes et start-ups
Cyril Bladier a écrit le 1er billet sur le musée des horreurs de la transformation digitale

Il était donc temps de faire quelque chose pour remettre les pendules de la transformation digitale à l’heure et c’est pour cela qu’avec iRevolution que nous avons pris les devants en créant le musée des horreurs de la transformation digitale.

Voici donc le premier article d’une longue série qui traitera de divers sujets de la transformation, de façon brute et directe, en bons « cousins » que nous sommes pour paraphraser Rodolphe. Et pour cela nous avons fait appel à un autre « cousin » et ami, Cyril Bladier, qui lui non plus ne mâche pas ses mots, c’est bien connu.

Le billet inclut une longue interview de Kevin Palop, expert chez iRevolution qui nous a partagé son expertise client et terrain. Que du vécu, des conseils du terrain, pas de bla-bla.

« On recrute des Mbappé du digital et après ça fait Pschitt » – Rodolphe Roux

grands groupes et start ups
La photo n’est pas terrible mais le slide casse la baraque, j’en suis presque tombé de ma chaise. Rodolphe donne l’impression de s’échapper mais dans la réalité il a livré un superbe plaidoyer pour l’innovation.

Pour résumer les paroles de Rodolphe, tapées à la va vite sur ma tablette pendant qu’il parlait tant je n’en croyais pas mes oreilles, les grandes entreprises « recrutent des Mbappé du digital et après, ça fait Pschitt » nous a-t-il déclaré. Mais « après, il n’y a pas de volonté » ce qui traduit selon lui un « vrai problème d’adaptabilité, dû à des organisations pyramidales » impénétrables et surtout impossibles à dynamiter. Résultat, même avec les Mbappé sus-nommés, pas de résultats. Mais, poursuit Rodolphe, « Personne n’ose dire cela » il y a, une Omerta de la réalité de la transformation digitale. Personne n’ose parler.

Et Rodolphe d’annoncer qu’il « est temps de frapper un grand coup ».

Grands groupes et startups : mais quel est le rapport avec votre business ?

Ainsi mes pérégrinations m’ont amené il y a quelque temps dans un lieu superbe créé par une grande et honorable institution financière : énorme salle de travail créative, sofas, sièges et tables repositionnables, écrans géants et startups à tous les étages, bref tout le décorum de l’accélérateur a la sauce grande entreprise.  

Grands groupes et startups
Le musée des horreurs de la transformation digitale, ludique et informatif à la fois

Au cours des discussions et des présentations on vient à y évoquer les succès concrets de l’incubateur. La start-up X était à l’honneur car elle avait réalisé beaucoup de travaux sur place, jusqu’à provoquer une levée de fond et à voler de ses propres ailes. Voici l’échange en substance entre la représentante de la grande banque et moi-même.  

_ « […] Et vous avez des résultats concrets ?

_ « Oui ! la startup X a réussi une levée de fonds

_ « Génial ! et vous l’avez accompagnée financièrement je suppose, comment cela s’est-il passé ? Quels sont vos plans pour le futur ? »

_ « Ah non, c’est la banque Y [ndlr : un concurrent] qui a financé et ils ont rejoint leur pool de startups »

Voici un extrait de l’article de Cyril sur le musée des horreurs de la transformation digitale

Grands groupes et startups : un grand groupe m’a tuer !

Vendre sa start-up à un grand compte n’est pas un objectif de tout entrepreneur. Certains en rêvent, d’autres veulent au contraire créer une licorne qui entrera dans les livres d’histoire. Néanmoins, de gré ou de force, c’est une situation qui peut un jour se présenter. Au-delà de l’aspect purement financier qui peut finir par séduire les plus récalcitrants, la pérennité de l’entreprise créée et la gestion de l’ego qui l’accompagne sont des sujets qui ne laissent pas indifférents les entrepreneurs.

Grands groupes et startiups : un grand groupe m'a tuer !
Grands groupes et startiups : un grand groupe m’a tuer !

Des annonces… au départ

En effet, ces rachats s’accompagnent d’annonces retentissantes où des chiffres qui donnent le vertige marquent les esprits sans pour autant être une garantie de succès :

Yahoo! Valorisation de 43 milliards au début des années 2000 puis… 5 milliards en 2016.

Lycos (va chercher !) : start-up vedette de la fin des années 90… qui disparaît en 2009 après rachat par deux grands comptes.

iBazar : investissement de Goldman Sachs puis dissolution dans Ebay.

Netscape : dissout dans AOL.Plus récemment : le rachat de Withings par Nokia avec à la clé un écart de valorisation substantiel.

Lire la suite sur le musée des horreurs de la transformation digitale : Start-up et transformation digitale : un grand groupe m’a TUER !

Grands groupes startups et l’Omerta de la transformation digitale was last modified: mai 10th, 2019 by Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing.
suivez moi !

Votre avis nous intéresse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.