Convergence IT et Telecom : l’innovation qui a transformé l’entreprise

Il y a quelques années, nous avions écrit une histoire de la convergence IT et Telecom publiée sur le blog de notre client SFR Business Team, que je redécouvre avec son infographie (ci-dessous). Cette convergence entre IT et Telecom est sans doute un des phénomènes les plus intéressants dans le panel de l’innovation de ces dernières années. Cet article ayant été changé, je republie l’original qui explique d’où vient ce phénomène, et vous explique surtout d’où viennent le cloud, la tablette, la phablette, et le smartphone que vous utilisez tous les jours et qui a (vraiment) inventé tout cela (spoiler : non, ce n’est pas Steve Jobs).

Convergence IT et Telecom : l’innovation qui a transformé l’entreprise

Convergence IT et Telecom
La convergence entre IT et Telecom, une innovation qui ne paraissait pas évidente, mais qui a bouleversé les entreprises

La fusion, ou convergence, entre les réseaux (Telecom) et l’informatique (IT) a en effet ouvert des possibilités quasi infinies pour les entreprises du 21e siècle.

Il serait impensable de retourner ne serait-ce que 10 ans en arrière, et j’imagine ce qu’aurait été la création de ma société en 2003, ou encore pire, avant 2000, c’est-à-dire, sans possibilité d’être joint par téléphone à n’importe quel moment.

Malgré les  promesses, on se doute qu’il y a encore quelques progrès à faire pour que les machines mobiles permettent de se débarrasser complètement des ordinateurs de bureau.

Mais nous nous en approchons. Une convergence de plus, qui verra certainement son aboutissement dans les 5 ans qui viennent.

La convergence inventée par George du Maurier (ou Robida c’est selon)

C’est sans doute la combinaison réseau-informatique que je trouve la plus renversante. Avec très peu de moyens, un entrepreneur peut transformer son entreprise en “grande entreprise”.

En fait, je me fais souvent la remarque que mon équipement et celui de mes jeunes employés est amplement meilleur que celui dont je bénéficiais dans le cadre d’une grande société (et encore, nous étions gâtés par rapport à beaucoup).

Une telle constatation aurait été impossible il y a quelques années à peine, et en comparant avec ce que j’ai connu il y a encore peu, je suis tous les jours émerveillé par les progrès faits dans ce domaine. Et encore, je pense que nous n’avons rien vu.

Dans cet article, j’ai voulu revenir sur les origines de la convergence, sur ses premiers penseurs, sur les inventions qui ont permis d’en arriver là, les essais, les erreurs, mais aussi les visions incroyablement justes et avancées de professionnels capables de penser le cloud computing, les tablettes, les Smartphones à un moment où rien n’existait.

En cherchant encore ce matin j’ai découvert que Robida (que je cite dans l’infographie ci-dessous) n’était pas seul dans la vision du futur de ce qu’on appellerait un jour la télévision (et il est intéressant aussi de noter que les premières ébauches de cette invention faisaient jouer un rôle au téléphone dans sa transmission).

George du Maurier, un dessinateur franco-britannique né à Paris, a à peu près à la même époque dessiné un appareil similaire, qu’il a intitulé le “téléphonoscope d’Edison” même si le savant américain n’a jamais construit cet appareil.

L’innovation est surprenante, nous vivons dans un temps court qui nous fait croire que notre époque, certes merveilleuse pour ses innovations, a tout inventé, mais qui oublie de dire que ce que nous vivons et utilisons aujourd’hui est ce que les savants et les inventeurs d’hier ont rêvé.

Et parfois même plus que rêvé.

Les ancêtres de la convergence IT et Telecom

Qui se souvient par exemple du Théatrophone, ce service commercial et opérationnel du début du 20e siècle, une sorte de Deezer de l’époque Art nouveau, qui permettait à Marcel Proust, à la santé fragile, d’écouter des opéras entiers.

Tout cela peut paraître surréaliste et pourtant, aujourd’hui encore il est des gens pour se demander ce qu’est la convergence et à quoi ça sert. Ce rappel historiographique me semblait important à faire.

L’entreprise réinventée par la convergence de l’IT et des communications

Si la convergence des domaines Telecom et IT n’est pas tout de suite apparue comme une évidence, elle s’est néanmoins imposée ces dernières années comme une des évolutions technologiques incontournables qui ont bouleversé – et celle ci va bouleverser encore longtemps – le monde de l’entreprise

Petit historique de la convergence des communications et perspectives

L’informatique omniprésente (ubiquitous computing), rêve des années 80 d’un savant génial du Palo Alto Research Center (PARC) sera bientôt, très bientôt, le quotidien de millions de professionnels sur la planète. À tel point que cela paraît presque naturel de le dire aujourd’hui, malgré une histoire chaotique et des difficultés d’ancrage du concept dans la population des utilisateurs professionnels. Cette révolution technologique – nous n’en sommes plus très loin – sera partout à l’origine d’un bouleversement profond des modes de travail qui pourraient même nous inciter à parler de 3e révolution industrielle.

Définition de la convergence numérique

La convergence est un terme – souvent employé dans le domaine des télécommunications – qui concerne la maturation des domaines réseaux et télécoms et informatiques, au point de […] « Donner naissance à un environnement réseau et ordinateur/terminal sans couture, servant l’utilisateur de bout en bout […] » pour reprendre la définition de David G. Messerschmitt Professeur à Berkeley, et en la simplifiant quelque peu.

En d’autres termes, il s’agit de la fusion du monde de l’informatique et des télécommunications, permettant un grand nombre d’avancées dans diverses directions : télécommunications sans couture, accès à l’information, réplication, archivage et sauvegarde de cette information, communications entre pairs, « virtualisation » des terminaux au travers de la dissociation de la donnée et du terminal (phénomène que le cloud computing a rendu aujourd’hui presque banal).

Difficile de rendre cette liste exhaustive, car le principe même de convergence impose l’agrégation d’une myriade de technologies de façon pragmatique et évolutive.

Une idée née de l’humour… en toute fin du 19e siècle

Dans un sens, l’histoire de la convergence des communications*  pourrait remonter très loin.

L’humoriste Albert Robida, dès 1890, avait en effet imaginé un système qui diffusait des informations télévisuelles via… Le téléphone. Il l’appela le téléphonoscope, et au nom près, il nous rappelle étonnamment la « box » ADSL qui s’est installée d’abord dans nos foyers, avant d’envahir nos entreprises.

Convergence IT et Télécom
Figure 1 : Albert Robida, l’inventeur de la convergence IT et Telecom… en 1890 !

Il n’est pas rare que l’innovation technologique puise ses idées à la source des créatifs, qu’il s’agisse d’humoristes, d’artistes, d’auteurs de science-fiction ou de cinéastes. Même si leurs motivations sont bien éloignées de celles des hommes d’affaires. Tout ceci cependant n’est qu’invention et imagination, il reste encore à transformer cela en usage, puis en succès commercial.

Un génial chercheur invente le monde d’aujourd’hui… dans les années 80 !

Le coup de génie arrive, en innovation technologique, lorsque la créativité rencontre le savoir-faire technique.

C’est ainsi qu’au Palo Alto Research Center (PARC), dès 1988, Mark Weiser avait déjà tout inventé : les smartphones et les tablettes de différents formats (nommés par lui les « pads » et les « tabs », ce qui rappelle bien des choses aux possesseurs de tablettes d’aujourd’hui), des badges RFID et des communications intimement liées au contenu afin de permettre aisément de passer d’un appareil à un autre, sans que le terminal détermine l’accès à l’information ; le cloud computing avant l’heure en somme.

Si Mark Weiser a tout inventé, il n’a cependant jamais rien vendu ; ce qui est un trait générique qui a marqué le PARC, tout au long de son histoire.

Il a fallu ensuite des décennies de tâtonnements, d’essais et d’erreurs, menés par des industriels, des opérateurs de services et télécoms, des sociétés informatiques et des startups, souvent dans l’incompréhension totale du public, pour en arriver à l’état des lieux que nous connaissons en ces jours.

De la communication unifiée à la convergence, des décennies de tâtonnement

La suite de l’histoire n’est pas simple ; car de l’idée à l’usage il y a souvent plus qu’un pas, comme l’a démontré dès le début des années 1990 Geoffrey Moore dans son ouvrage devenu un classique : « la traversée du gouffre ». Depuis le milieu des années 90, les tentatives ont été nombreuses, qui se sont traduites par divers essais et erreurs dans des directions fort différentes parfois.

On a d’abord parlé de « communications unifiées » dans les années 90, puis de convergence fixe mobile dans les années 2000, mais en fait, et au fur et à mesure de l’adoption massive des inventions technologiques (XDSL, Voix et téléphonie sur IP, visioconférence et Webconférence sur IP, triple play, Peer to peer et plus récemment le cloud computing, archivage et stockage synchronisé sur le cloud), ce qui n’était qu’une idée est peu à peu devenu une réalité frappante de notre environnement.

À tel point qu’il nous serait sans doute difficile d’imaginer un monde du travail qui reviendrait à ce que nous connaissions avant 1995 : monde fermé, incapacité à communiquer rapidement, pas d’accès aux données hors de l’entreprise, incapacité d’appeler les clients sans s’arrêter dans un hôtel ou rentrer au bureau, ressaisie systématique des documents de travail, obligation de retourner à la base pour récupérer un document… On se demande bien aujourd’hui comment nous faisions pour travailler il y a à peine trente ans.

Convergence IT et Telecom
Figure 2 : l’apport de la technologie dans le travail est plébiscité par les cadres (étude évolution de l’organisation du travail APEC en 2013)

Au départ, un concept moins évident pour les utilisateurs que les professionnels

Pourtant, les débuts de la communication unifiée et les diverses tentatives de convergence réalisées à la fois par les équipementiers et les opérateurs n’ont pas toujours été, il faut bien l’avouer, à la hauteur des espérances des promoteurs du concept, même si son évidence était patente pour tous les membres de la profession.

Il peut en effet paraître logique pour un technologue – rompu aux usages de l’informatique et des télécoms – de fusionner réseaux, données et informatique ; pour l’utilisateur sur le terrain, cela est beaucoup moins évident, car son attention et sa concentration sont tout entières focalisées sur ses clients et ses usages, non sur la manipulation des données, des réseaux ou des communications.

Les technologies les plus puissantes sont celles qui se font oublier et se fondent dans la vie de tous les jours au point d’en devenir indissociables
Mark Weiser

Pour cet utilisateur d’entreprise, la démarche est inverse. C’est à force d’utiliser l’informatique connectée (qui devient omniprésente, on y reviendra) que celle-ci finit par prendre corps, une fois qu’elle a été intégrée dans son quotidien au point de devenir transparente, comme l’avait pressenti Mark Weiser.

Qui se soucie de la technologie nécessaire pour fabriquer une pointe Bic aujourd’hui ? Et pourtant, la production industrielle de billes de tungstène microscopiques qui permettent une écriture de haute qualité pendant des heures est certainement une prouesse technologique de mise au point de machines et de processus industriels.

Mais cette technologie est devenue transparente et naturelle pour l’utilisateur. L’informatique convergente, quant à elle, va encore mettre quelques années à le devenir. Ceci étant, nous n’en avons jamais été aussi près. Voici les cinq raisons qui expliquent ce phénomène.

5 raisons pour lesquelles la convergence IT et Telecom est le futur de l’entreprise

  1. La familiarisation à la convergence par l’usage domestique : au premier rang des raisons de l’évolution des usages, on compte certainement la généralisation des usages convergents – sans que les utilisateurs connaissent forcément ce terme – au domicile. La spécificité du marché français avec l’importance des « box » (68 % des téléspectateurs français disposent d’un téléviseur connecté sur Internet) qui permettent de se connecter et de connecter tous ses appareils à Internet a poussé l’usage de la convergence de manière spectaculaire et transparente : téléphonie et vidéo (TV) sur IP, Vidéo à la demande, convergence fixe/mobile, radio sur Internet, musique et films en streaming et en téléchargement légal sur Internet… les usages sont nombreux et la France en 2016 était en tête de peloton, devant la Norvège et le reste du monde. Alors que les innovations jusque dans le début des années 90 se diffusaient essentiellement par l’usage d’entreprise pour se répandre ensuite dans le grand public, la réalité d’aujourd’hui est inversée. D’autant plus que les cadres d’aujourd’hui n’hésitent pas à rentrer chez eux ou à s’installer n’importe où pour travailler ;
  2.  Les tablettes (et les phablettes) : Les tablettes ont connu un véritable essor au milieu des années 2010, même si celui-ci s’est un peu ralenti depuis. Elles ont été depuis remplacées partiellement par des phablettes, ces gros téléphones presque aussi grands que des iPad mini. Sous la poussée spontanée du BYOD (phénomène d’apport volontaire de matériel privé par les employés de l’entreprise soit « Bring Your Own Device » en anglais, c’est-à-dire « Apportez Votre Propre Matériel »), les cadres se sont emparés de la mobilité totale au point de réinventer – sur le terrain – le rêve de Mark Weiser. Le pari improbable de Steve Jobs en 2010 au lancement de l’iPad, s’est révélé être un pari gagnant, et il a été à l’origine d’un bouleversement des usages. Les professionnels, notamment de la vente, du marketing et aussi les techniciens, découvrent naturellement une nouvelle façon de travailler, plus libre et plus efficace… juste en insérant une puce 4G (ou 5G) dans leur tablette. L’arrivée dans l’été 2014 de la suite Office de Microsoft sur toutes les plateformes mobiles (Android/IOS et Windows) a définitivement changé les choses. Plus que quelques années à attendre et la vie des professionnels en mouvement (à l’intérieur et l’extérieur de l’entreprise) va changer de façon fondamentale ;
  3. La généralisation des très hauts débits mobiles et la montée en charge vers la 4G+ (puis la 5G, même si cette dernière ne rencontre qu’un succès très relatif en Europe) : c’est devenu une quasi-banalité, et pourtant les investissements sont considérables. Ces investissements ont permis d’amener la téléphonie mobile à des niveaux sans précédent. Il ne s’agit pas seulement d’une augmentation technique de capacité, mais d’un véritable changement de contexte. En accédant par la 4G à des débits sidéraux, l’utilisateur professionnel change de dimension, en étant capable de donner une connexion mobile à ses terminaux (portables ou mobiles) supérieure parfois à celle disponible avec l’accès filaire en entreprise (surtout lorsque celui-ci est mutualisé). Cette évolution radicale pousse à la convergence et à la fusion, surtout quand on la combine au phénomène des tablettes que nous avons décrit précédemment. Pas toujours, voire rarement, conscients de ces prouesses technologiques, les utilisateurs, de plus en plus exigeants (notamment en termes de couverture), les incorporent naturellement dans leur mode de travail et adoptent la convergence sans même savoir ce que celle-ci implique et recouvre, à la manière de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir ;
  4. La maturation des usages : pour que la technologie se fonde dans les usages, il faut que les utilisateurs pratiquent et intègrent ceux-ci dans leur vie quotidienne. Les smartphones dominent le marché mondial des téléphones mobiles et se sont rapidement immiscés dans la vie des professionnels français (80% des mobiles en France), qui les ont intégrés d’abord pour les usages de base comme la messagerie électronique et la téléphonie, pour intégrer les accès aux systèmes d’information, la prise de commande et le support à la vente (notamment depuis l’amélioration de l’intégration des suites bureautiques sur les plateformes mobiles), sans oublier la prise de rendez-vous, la gestion des contacts et les outils de réseautage sociaux professionnels comme LinkedIn. L’utilisation des tablettes dans l’environnement professionnel a dépassé celui des PC dès 2015 au Royaume-Uni [1], avec des usages de plus en plus variés et complets;
  5. Les packages des opérateurs : la modification rapide des offres des opérateurs est, elle aussi, un élément important de changement des usages, car elle permet aux utilisateurs, notamment dans les petites entreprises, de s’équiper des outils des grandes entreprises, à des tarifs rendus abordables par le cloud computing, sans avoir à gérer la complexité d’une infrastructure en propre. Le regroupement de fonctionnalités de mobilité avancées grâce à la convergence fixe mobile et informatique permet d’accompagner une évolution du monde du travail qui est radicale et qui n’a pas fini de surprendre les observateurs du monde de l’entreprise dans les années qui viennent :  dès 2015 déjà 35 % des Américains étaient des travailleurs à distance (le terme de télétravail est simple à retenir, mais recouvre une réalité très variée, on devrait plutôt parler de travailleurs mobiles), la France avait quant à elle déjà atteint un taux de 20 % de ses 20 millions d’actifs [2] et on connaît le développement de cette pratique avec le Covid . Si l’on retranche les 6 millions de serviteurs de l’État où la pratique de ces nouveaux modes de travail est proche de zéro, ce chiffre corrigé devient 35 %. Mais en 2012, le rapport Lebreton, remis au gouvernement à la ministre de l’égalité des territoires d’alors, prévoyait qu’en 2022, soit 10 ans à peine après le dépôt de ce rapport, la proportion de télétravailleurs français serait portée à 50 %. En 2021, la réalité est bien en retrait par rapport à ce chiffre (20% selon l’Insee) mais ici encore cela dépend de ce que l’on mesure. Cette évolution brutale des modes de travail est avant tout le résultat de la rencontre entre u n besoin net des entreprises de changer l’entreprise – pour des raisons de gains de productivité – et une demande forte de la part des employés en termes de souplesse et d’équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Il ne faudrait cependant pas minimiser l’importance de la convergence dans cette évolution. Nous sommes bien loin des débuts hésitants de la communication unifiée du milieu des années 90.

Un usage plus important que le concept

En somme, Mark Weiser avait vu juste, mais le dynamisme de l’usage de la convergence est certainement plus fort que le concept qui lui a donné naissance. Ce sont les utilisateurs, notamment dans le milieu professionnel, mais aussi par leur usage personnel de tous les jours (la frontière est de plus en plus floue), qui se sont approprié la convergence numérique et qui en feront un succès qui nous occupera dans les 10 prochaines années. Au point d’en réinventer l’entreprise, nous n’avons encore rien vu.

[1] Selon la société de conseil Marketing britannique Concep http://concep.com

[2] sources : Zevillage.net observatoire français du travail à distance

Source du billet original (réécrit entretemps) : L’entreprise réinventée par la convergence des communications

Convergence IT Telecom
Télécharger l’infographie sur la convergence IT et Telecom

 

[Fr] histoire de la convergence de l’IT et telecom par Yann Gourvennec
Yann Gourvennec
Follow me

One thought on “Convergence IT et Telecom : l’innovation qui a transformé l’entreprise

Comments