A quoi sert (encore) un site Internet à l’ère des médias sociaux ?

À quoi sert encore un site Internet à l’ère de Google My Business, de Wix, et des médias sociaux ? J’ai tellement entendu de gens me dire que les sites Web ne servent plus à rien aujourd’hui que j’ai demandé à Alexandre Bonetti, fondateur de Simplébo, une agence spécialisée en sites Web, de m’éclairer de son expérience sur le sujet. On verra ici que jamais plus sombre bêtise n’aura été proférée et l’on comprendra à quoi sert vraiment un site Internet. 

A quoi sert (encore) un site Internet à l’ère des médias sociaux ?

A quoi sert un site Internet
A quoi sert un site Internet

A quoi sert encore un site Internet ? m’a-t-on rétorqué

J’avais échangé avec Alexandre en fin d’année dernière, suite à un article que j’avais publié sur une étude Vistaprint sur le faible score des PME en France quant à l’utilisation des sites Web. Les échanges qui s’en étaient suivis sur LinkedIn indiquaient parfois que les sites Web, à l’heure des réseaux sociaux, ne servent plus à rien.

A quoi sert un site Internet
A quoi sert (encore) un site Internet aujourd’hui ? Je vous l’accorde, maintenir son site avec Dreamweaver (ici le site de l’agence Visionary Marketing développé en HTML5) n’est pas forcément à la portée de tous. Est-ce que cela veut dire pour autant qu’un site Internet ne sert à rien ? Ce serait aller un peu vite en besogne.

J’avoue mon scepticisme, mais pour en avoir le cœur net, j’ai demandé à Alexandre de me donner son point de vue de professionnel, puisque son entreprise Simplébo est dédiée à la création de sites Web pour des entreprises. Je me suis dit que si cette entreprise était florissante, c’est que cela voulait peut-être dire quelque chose et que son retour d’expérience me serait utile ainsi qu’à nos lecteurs.

Un site Internet ça sert à rassurer les clients

En fait, ce n’est pas tout à fait vrai que les gens me disent qu’ils ne servent à rien. J’entends au contraire quelque chose du genre : « un site Internet ça sert uniquement à rassurer les clients ».

Comme si rassurer les clients n’était pas une fonction importante ?!

Un client m’appelait l’autre jour pour me dire : « il faut absolument qu’on démarre cette mission pour refaire le site Web, je n’en peux plus d’envoyer mes clients sur le site et de leur expliquer qu’il n’a pas été mis à jour depuis un an et demi ».

Rassurer les clients, ce n’est pas une mince affaire surtout quand on est en B2B et qu’on a besoin d’expliquer et de rassurer la personne en face de soi qu’elle fait le bon choix.

Et quand le bon choix en question se compte en dizaines de milliers d’euros, il y a intérêt à tenir la route !

Un site Internet sert-il uniquement à rassurer ?

Voilà une vue bien étroite.

Les blogs ne servent à rien, les sites Web ne servent plus à rien, le marketing est mort etc. Chez Visionary M arketing depuis 27 ans cette année (et j’en profite pour remercier les lecteurs de leur fidélité et depuis tout ce temps), nous allons toujours chercher l’information à sa source, nous la vérifions et la contrôlons et nous revenons sur les chiffres et les faits et faisons témoigner des experts du terrain qui nous parlent d’expérience. Ici encore, c’est ce que nous avons voulu faire avec Alexandre.

Alors, si comme les commentateurs de mon post de décembre sur LinkedIn, vous pensez qu’un site Internet ne sert à rien, alors qu’au contraire, à la faveur de la crise précédente tout semble se passer sur Internet au point même d’en irriter quelques uns quand ceux-ci sont mal conçus, je vous conseille cette interview avec Alexandre.

Pour tous ceux qui pensent qu’un site Internet ne sert plus à rien

Quelle est l’utilité d’un site Internet à l’heure des réseaux sociaux ? La vraie question est : que font les gens quand ils cherchent un prestataire ? Ils commencent par demander autour d’eux qui connaît un bon professionnel, avocat, consultant, coach, etc. Ils vont ensuite rechercher sur Internet le nom de ce professionnel, pour regarder les avis, et si le professionnel a un site Internet, vont le consulter.

Si un professionnel n’a pas de site Internet, mais juste un compte LinkedIn ou une page Facebook, on a tendance à s’interroger sur l’existence réelle de l’entreprise

A l’inverse, si cette entreprise ou ce prestataire a un beau site Internet complet, qui précise ses expertises, son champ de compétence, contient un formulaire de contact qui permet de lui demander un devis très rapidement, un blog avec des articles montrant son expertise, on aura davantage tendance à le contacter.

Site Internet et Google My Business : un combo gagnant qu’il ne faut pas opposer

Google My Business est complémentaire au site Internet, car il permet d’avoir des avis clients et de présenter ses informations de base.

A quoi sert un site Internet
A quoi sert un site Internet quand on a Google my Business (ci-dessus, notre page GMB). En fait, les deux sont complémentaires. car « un site Internet bien optimisé fait aussi monter la fiche Google My Business » explique Alexandre Bonetti.Et tant que vous y êtes si vous aimez Visionary Marketing n’hésitez pas à nous donner une bonne note !

Quand on hésite entre deux professionnels qui ont une page Google My Business, on a aussi tendance à aller voir leurs sites internet pour mieux comprendre ce qu’ils font et mieux comparer.

Un site Internet bien optimisé fait aussi monter la fiche Google My Business. Celle-ci sert aussi le site internet puisqu’elle contient un lien vers celui-ci, ce qui optimise l’affichage du site dans les résultats de Google.

Le site Internet sert la fiche Google My Business et inversement

La notion de référencement local est très importante pour les commerces. Pour être bien référencé sur des recherches locales, la fiche Google my Business doit apparaître avant les concurrents, et ceci sera possible grâce à un site Internet bien optimisé.

Il faut toujours garder une présence en propre parce que c’est votre contenu et vos produits

On a beaucoup plus intérêt à ce que les contenus créés soient sur son site Internet, car il vous appartient, plutôt que sur un réseau social.

Les articles qui sont sur un réseau social dédié ne sont pas toujours référencés sur Google, ou d’autres moteurs.

Les réseaux sociaux évoluent. Il y avait Facebook, maintenant LinkedIn est de plus en plus présent, les jeunes sont sur TikTok, et demain d’autres réseaux apparaitront.

Il est donc préférable de parier sur la création de contenus sur son propre site Internet

Pour qui fait-on un site Internet ?

Les professionnels qui ont le plus intérêt à créer un site Internet sont ceux qui ont besoin de développer leur bouche-à-oreille, ou qui ont besoin de conquérir de nouveaux clients en se positionnant sur des mots-clés qui correspondent à leur activité.

Ils doivent le faire premièrement pour leurs clients actuels qui, pour les recommander, communiqueront le lien du site à leurs amis, plus facilement qu’en envoyant les coordonnées.

Ils doivent le faire ensuite pour leurs futurs clients, et également pour leurs salariés, ou leurs partenaires, qui ont besoin d’une certaine fierté de rejoindre une entreprise ou de travailler avec elle.

Le fait d’avoir un site Internet rend beaucoup plus légitime et crédible, et va accroître la fierté de travailler avec vous ou pour vous

Les réseaux sociaux ont beaucoup d’avantages, mais il faut continuellement les alimenter. Un site Internet sera également alimenté en continu, mais contrairement aux réseaux sociaux, c’est un actif qui peut être stable et dont on peut tirer profit en continu sans forcément y passer du temps régulièrement.

Un site Internet pour quoi faire ?

Ceux qui ont le plus intérêt à créer des sites sont ceux qui ont du business à générer, de la crédibilité à accumuler. Faire du ecommerce est difficile face aux énormes acteurs comme Amazon, La Redoute, etc.

Sans moyens conséquents, il est très dur de se référencer via un lancement de site d’ecommerce.

Pour des activités de services, c’est beaucoup plus simple et c’est d’autant plus efficace à court terme

Plus de 7000 entreprises accompagnées

Simplébo accompagne plus de 7000 entreprises et constate que celles qui en tirent le plus profit sont les entreprises de services, les petites entreprises ou les professionnels indépendants du service, qui ont un énorme enjeu de bouche-à-oreille et de crédibilité à doper grâce à leur site Internet : les professionnels libéraux, les cabinets de conseil, les consultants, toutes les entreprises de service à la personne et de service tout court.

Comment fait-on pour faire son site Internet ?

Même si beaucoup d’outils permettent de créer son site sans savoir coder, tous les entrepreneurs n’ont pas forcément envie de passer 3 heures devant un logiciel pour le faire. Leur temps est précieux et ce n’est même pas une question de complexité, c’est une question de temps, souligne Alexandre.

La première façon de créer son site Internet est d’utiliser des logiciels comme WordPress ou Wix, qui ne sont pas chers, et ne nécessitent pas d’être ingénieur informatique. Leur énorme inconvénient est qu’ils prennent du temps. Cela correspond à des profils de débrouillards qui ont le temps, qui représentent une partie du marché, environ 1/3 des professionnels sont parfaitement satisfaits par ces solutions.

Arc de triomphe
Environ 30% des professionnels se satisfont de solutions comme Wix ou WordPress. Comme la version hébergé WordPress.com sur laquelle est hébergée notre site Photo (on en profite pour vous inviter à visiter la page de notre studio photo)

 

 

 

 

Faire appel à un freelance ou une agence

La deuxième façon est de faire appel à une agence web ou à un freelance. L’avantage est de sous-traiter à un professionnel, l’inconvénient majeur est que ça va coûter plus cher, car le professionnel a des compétences et une expertise à valoriser.

Pas mal de petits professionnels ou d’entreprises n’ont pas envie de mettre des milliers d’euros dans la création de leur site Internet par un prestataire, et n’ont pas non plus envie de faire un cahier des charges. Cette option plait à un autre tiers du marché, qui correspond aux gens qui ont les moyens, qui sont prêts à mettre pas mal d’argent sur la table et pour faire développer un site sur mesure. Ils devront aussi y consacrer du temps pour réaliser un cahier des charges avec la personne en charge du développement.

Un tiers des professionnels sont bloqués dans la création de leur site Web

Le dernier tiers, qui est bloqué parce qu’ils ne veulent pas créer leur sites eux-mêmes, mais ne veulent pas non plus payer des milliers d’euros pour payer quelqu’un pour le faire, s’adresse à des prestataires comme Simplébo. Nous sommes une agence web qui crée les sites Internet pour les clients, mais en ayant automatisé un maximum de choses dans les missions leur permettant ainsi de proposer un tarif trois à quatre fois moins cher qu’une agence web traditionnelle.

80 % du travail de notre agence Web est automatisé, les 20 % restants sont faits à la main, comme une agence traditionnelle

Pour combien de temps crée-t-on un site Web, vu que les technologies changent tout le temps ?

Parmi les dernières évolutions, les sites ont dû devenir « responsive » [NDLR qui s’adaptent à tous les écrans et notamment les écrans des mobiles] et s’adapter aux mobiles et aux tablettes. Ils ont également dû se sécuriser et passer en https [NDLR la version sécurisée du protocole du Web] : la réglementation ayant évolué, les sites doivent protéger les données personnelles en respectant le règlement du RGPD.

Un site qui n’est pas tenu à jour au bout de deux ou trois ans est totalement obsolète. Il peut buguer sur les nouveaux mobiles et tablettes, sur les nouveaux navigateurs, perdre son sa position sur Google, etc.

Tout cela prend du temps si on le fait soi même. On peut le sous-traiter à une agence ou un prestataire comme nous, souligne Alexandre, contre une maintenance sans engagement. C’est un critère de qualité, il faut choisir des prestataires qui proposent des maintenances sans engagement de durée, pour s’occuper de ces mises à jour de compatibilité, de sécurité, de référencement Google, de compatibilité avec les mobiles et tablettes.

Le client doit juste s’occuper du contenu du site.

Ce en quoi on fera remarquer que cette tâche n’est pas toujours aisée, comme l’a expliquée Sélim Niederhoffer.

Un site Web n’est pas une option, c’est quelque chose d’obligatoire. Il faut travailler beaucoup sur son site web pour exister auprès de ses clients

Follow me

Comments