Telecom Ecole de Management lance son eMBA 100% digital et innovation

TerreHier soir, 13 juin 2013, j’ai bravé la grève et le froid sibérien afin d’assister à la présentation de l’eMBA de Mines Telecom Paris (la réunion des 2 grandes écoles sous le nom de ParisTech). Le nom du MBA est “leading innovation in a digital world”. Didier Tranchier, Directeur du Programme MBA, nous a présenté le programme, sa spécificité et sa philosophie, 100% digitale et innovation.

Telecom Paris faisait partie du groupe Telecom (sur ses campus de Brest, Evry, et de Telecoms Ecole de management). Le campus de Telecom Ecole de Management est à Evry, mais depuis la fusion avec Mines (même si sur le Web tout cela paraît encore largement confus) le regroupement au sein de ParisTech l’ensemble constitue un des premiers campus européens fait du regroupement de 13 écoles d’ingénieurs (j’en compte beaucoup peu plus que ça sur le site Web, surtout si on ajoute les écoles associées).

Un nouveau eMBA, 100% innovation et digital

 

Il y a 6 mois, ils ont lancé leur eMBA, accrédité par Aacsb et AMBA (ce qui leur vaut le rang 41 sur la liste du FT des masters in managament) qui est entièrement centré sur l’innovation technologique. Selon Didier Tanchier, Directeur du Programme MBA, entrepreneur et business angel, il s’agirait selon lui du seul MBA en Europe basé sur l’innovation technologique.

Le système est très différent aux USA où on mélange à la fois science et business nous dit Didier. Ce n’est pas le cas en France où écoles de management et d’ingénieurs se tournent le dos. Et pourtant, pour innover, on le répète assez sur ce blog depuis la nuit des temps, il faut comprendre les 2 aspects. Le eMBA de Telecom Institut de Management reprend donc cet état d’esprit des grandes universités américaines pour aider à comprendre la numérisation et la transformation de l’économie via les technologies et l’Internet.

18 mois pour devenir un leader de l’innovation

Il y a dans ce eMBA des programmes similaires au MIT et Stanford selon Didier Tranchier. Un Executive MBA, c’est une pause offerte dans une carrière pour des personnes entre 5 et 15 ans d’expérience qui continuent à travailler et veulent rebondir. Le cycle dure 18 mois ; la prochaine promotion commence en janvier 2014 et finit en avril 2015. La formation est organisée en sessions de 3 jours qui ont lieu à l’ENST (Paris 13ème, rue Barrault) ou aux Mines de Paris (au Luxembourg, que les amis de Media Aces connaissent bien).  A la fin de chaque période un voyage d’étude est organisé. Le 1er voyage, sera Chennai (anciennement Madras) et Bangalore (2 villes très différentes). Le 2ème emmènera les étudiants en Finlande (à Tampere) et il y aua l’inévitable Silicon Valley. Chennai : c’est la nouvelle capitale de l’informatique en Inde. “On y recrute et on y garde le personnel plus facilement” selon Didier Tranchier. Ce ne sont pas forcément des SSII sous traitantes qui s’y implantent “mais des boîtes qui travaillent l’informatique de bout en bout”.

Apprendre aussi des erreurs des autres  …

Pourquoi la Finlande ? “C’est Nokia qui a fait décoller le téléphone mobile mais aujourd’hui Nokia a été éclipsé par Apple” a expliqué Didier Tranchier. La Finlande est pourtant un pays innovant avec un écosystème extrêmement riche. Un nouveau champion mondial va-t-il se développer en Finlande ? C’est toute la question, à laquelle les étudiants pourront tenter de répondre.

Pourquoi ne trouve-t-on pas Silicon Roundabout ni Tel Aviv dans ce programme ? Israël est la « startup nation » nous dit Didier Tranchier mais “son souci est qu’ils n’ont pas de clients locaux” même si la diaspora est très forte et très solidaire.  “Ils sont très forts sur la partie militaire vu la proximité avec l’armée israélienne”. Mais le “but n’est pas d’aller dans tous les endroits (il y a Berlin aussi, et ce serait même plus fort que Londres)”. Quant à la Silicon Valley, “elle commence à être déséquilibrée car le coût du développement est exorbitant et le modèle est en panne” même si la machine est loin d’être arrêtée, on en conviendra.

Aujourd’hui, Didier voit aussi beaucoup de startups venir d’Afrique et autres endroits où il n’y a pas d’infrastructure. De nouvelles perspectives s’ouvrent. Une affirmation confirmée le soir même par Richard Attias sur LCI, “la croissance de certains pays africains comme la Côte d’Ivoire approche de 10% et fait émerger de nouveaux chammpions, où malheureusement la pauvreté subsiste en parallèle” a-t-il dit en substance.

La France n’a pas à rougir

Le choix du mba est de comprendre ce qui se passe dans certains endroits mais pas de tout voir. La France n’a pas à rougir selon lui et elle est même bien positionnée notamment sur la R&D. Les profs viennent de France et de l’international (on y trouve Olivier Ezratty entre autres, qui est un de mes confrères auteur chez Kawa éditions).

Une originalité : enseigner le savoir-être

Une des caractéristiques du programme est d’insister sur le savoir-être et non pas se limiter au savoir-faire. Les aspects socio-culturels sont importants et le programme encadre les étudiants et incube aussitôt des startups. Sur la partie multiculturelle le programme traite aussi des sujets comme le management de s équipes à distance par exemple. La crise est une énorme opportunité selon Didier ;  “on est en train de reconstruire une nouvelle économie avec le digital a-t-il conclu”. Car la technologie créé aussi des marchés sans limites du moins sans limites visibles.

Le coût du programme

Il en coûtera 30k€ pour le programme. 10 étudiants seront recrutés sur la première promotion, et la limite “sera fixée à 20 étudiants dans le futur” a précisé Didier Tranchier. Les étudiants auront des origines diverses, avec des commerciaux, des ingenieurs et même des littéraires, des gens de startups et de grands groupes. Les cours sont livrés en Anglais par des professeurs français et étrangers.

>> pour s’inscrire au eMBA

Follow me

8 thoughts on “Telecom Ecole de Management lance son eMBA 100% digital et innovation

  1. bonjour ! si vous voulez je vous aide à comprendre la distinction Institut Mines-Télécom, Télécom ParisTech, Télécom Ecole de Management… et ParisTech, je crois qu’il vous manque des infos 🙂

    1. Merci Jérôme, sans doute que mon ami Jean-Marc Goachet n’a pas été assez clair 😉 Oui,c’est possible, vu de ma fenêtre, tout cela est un peu nébuleux et vos sites Web ne viennent pas clarifier la situation. Bien à vous.

Comments are closed.