IA et Big Data

Quel avenir pour ChatGPT 4 et la création de contenu ?

Quel avenir pour ChatGPT 4 ? En parle-t-on assez ou en fait-on trop ? Notre ami, confrère et partenaire Pierre Nicolas Schwab d’Intotheminds a rassemblé trois praticiens du contenu pour en débattre : Frédéric Canevet (Conseilsmarketing), Laurent Vermot-Gauchy (v11y et chatGPT consultant selon son propre profil LinkedIn) et votre serviteur.

Quel avenir pour ChatGPT 4 et la création de contenu ?

ChatGPT 4
J’ai demandé à Midjourney de me décrire comment ChatGPT 4 pouvait aider les humains à créer des contenus en B2B et le programme a halluciné cette image qui, pour être délirante, n’en est pas moins poétique.

ChatGPT 4 vient de sortir, même si Bing AI l’utilise déjà depuis un bon moment (avec plus ou moins de bonheur dans son intégration, voir un comparatif ici). Or depuis le début de l’année, le buzz sur les IA génératives ne faiblit pas. Les fantasmes les plus fous circulent en boucle sur Internet et dans les dîners en ville.

Là où d’aucuns voient dans ces IA génératives des sauveurs de l’humanité, d’autres imaginent la fin d’un monde (ou presque) aux prises avec les algorithmes et l’automatisation.

La réalité est sans aucun doute ailleurs. En tout cas, j’y vois pour ma part une incroyable occasion de se différencier des machines. Un défi pour améliorer notre créativité et notre inventivité et non pour se soumettre au bon vouloir d’un programme.


ChatGPT et la création de contenus : les grandes idées à retenir [résumé par Intotheminds]

  1. ChatGPT concurrence les rédacteurs SEO offshore sur le créneau des articles à basse valeur ajoutée
  2. les experts peuvent tirer leur épingle du jeu grâce à des contenus longs. Enrichis d’illustrations et de vidéos, qui sont actuellement hors de portée de ChatGPT
  3. ChatGPT 4 peut vous aider à ébaucher un article long. Pour réussir votre stratégie d’inbound marketing, vous pouvez utiliser ChatGPT pour vous suggérer des idées d’articles afin de remplir votre calendrier éditorial*

Pierre Nicolas a rassemblé nos avis au cœur d’un podcast d’une qualité exceptionnelle. Je n’ai pas grand-chose à y ajouter. Je vous invite donc à l’écouter sur Spotify ou sur la chaîne de baladodiffusion de Visionary Marketing.

Pour vous aider dans votre lecture, voici une transcription abrégée de ce podcast. Pour une analyse plus poussée, nous vous invitons à lire l’article d’Intotheminds.

Transcription du podcast d’Intotheminds sur ChatGPT 4 et le contenu

Pierre Nicolas Schwab Bonjour et bienvenue dans ce nouveau podcast proposé par Intotheminds, cabinet d’études à Paris, à Bruxelles. Aujourd’hui, nous allons parler d’inbound marketing et de création de contenu.

ChatGPT 4
Autre vision de Midjourney sur le sujet, beaucoup plus raisonnable, mais moins poétique. Finalement, les hallucinations de l’intelligence artificielle générative ont du bon.

C’est un sujet qui me tient très à cœur puisque je suis moi-même créateur de contenus depuis presque quinze ans. ChatGPT a débarqué dans nos vies il y a quelques mois. Il bouleverse nos existences, et suscite également beaucoup de craintes. Et beaucoup d’interrogations de la part de ceux qui créent des contenus textuels.

Trois invités pour démystifier le sujet de ChatGPT 4

J’ai invité trois personnes qui tiennent elles-mêmes des blogs très connus. Yann Gourvennec, Visionary Marketing, Laurent Vermot Gauchy et Fred Canevet de Conseilsmarketing.

Et ensemble, nous allons discuter de son adaptation au contenu, de ce qu’il peut apporter aux créateurs de contenus, de ce qu’il n’est pas et des pièges à éviter et également des premiers retours d’expérience.

Donc suivez-moi, on y va.

Des limites à l’utilisation des outils de génération de contenus

Pour ceux qui ont déjà joué un petit peu avec GPT, vous vous êtes rendu compte qu’il y avait sans doute des limites à l’utilisation de ces outils. Et dans ce domaine, tous les blogueurs que j’ai interviewés ont également déjà expérimenté un peu avec l’outil. Le premier qu’on va entendre, c’est Fred Canevet qui lui, a déjà un retour d’expérience assez riche. Ensuite, nous allons écouter Yann Gourvennec qui a un avis beaucoup plus tranché sur la question.

Frédéric Canevet Je me rends compte que chatGPT 4, ça aide, certes, mais cela ne produit pas des contenus à forte valeur ajoutée. Donc souvent je le complète  avec la recherche sur Google en anglais et bien sûr avec ma propre expertise, avec des illustrations et une assistante SEO. Le contenu d’expert sera moins mis en difficulté  par cette IA parce que celui-ci fait plusieurs milliers de mots (3000 à 4000 environ). Mais pour l’instant, l’outil ne le permet pas.

PNS Mon autre invité, Yann Gourvennec, a un avis très tranché sur le sujet.

Yann Gourvennec L’intelligence. Ah ! Qu’est-ce que l’intelligence ? Pour pouvoir reproduire artificiellement quelque chose, il faudrait encore être capable de le définir. Et bien justement, c’est ça qui est le plus drôle, c’est qu’il n’y a pas de définition de l’intelligence. Il y en a plusieurs. Et encore les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux sur les définitions les plus communément admises.

Les dérives du contenu SEO

PNS Yann pointe notamment les dérives des créateurs de contenu qui n’ont à l’esprit que leur classement dans Google et en oublient pour qui ils écrivent : les humains. Ce type de contenu n’est créé qu’à des fins de SEO.

YG Je parle du contenu qu’on appelle contenu SEO. En d’autres termes, c’est la lèpre de l’Internet, c’est-à-dire des contenus qui ne sont pas faits pour des humains, mais qui sont faits pour Google. Avant, on faisait appel à l’esclavage moderne pour écrire ainsi. Et cela va être remplacé par GPT. Non ! Correction, cela est déjà remplacé par ChatGPT 4 et ses amis. Et cela s’est fait de manière instantanée. Je recevais tous les jours une proposition de contenu SEO sur mon site, et cela s’est arrêté du jour au lendemain en début d’année. Depuis, cela a été remplacé par des propositions d’outils générateurs de contenus.

PNS La question se pose donc de savoir ce qu’on peut faire véritablement avec cet outil, qui puisse apporter de la valeur ? Et dans le domaine, il y a beaucoup de personnes qui ont un avis, mais très peu qui l’ont véritablement expérimenté, qui ont exploré les possibilités. On va écouter ce que Fred Canevet en dit. Il dégage trois cas d’usage particuliers.

Ajouter de la valeur, encore et encore

FC Le premier cas, c’est quand tu écris un article et tu rajoutes en fait énormément de valeur ajoutée et que tu écris un long article. Dans le domaine du marketing par exemple, je sais très bien qu’en deçà de 1500 mots tu ne sors pas du lot. Il y a tellement de gens qui ont créé du contenu, et tellement de contenus automatiques que tu ne sors pas du lot. Tu prends un contenu long, tu l’améliores et là tu peux gagner en visibilité.

Deuxième chose, c’est quand tu prends un contenu court, on va dire 500 à 800 mots et que l’on en modifie 10 à 20 %.  même tu vas modifier 30 ou 40 %. Dans une thématique où il y a beaucoup d’acteurs, par exemple dans le domaine du marketing, du CRM, etc. c’est trop court. Cela n’apporte pas suffisamment de valeur ajoutée. Et donc qu’est-ce qui se passe ? Google ne va pas te référencer.

Le cas du contenu rare

Troisième cas de figure le contenu qui est peu visible, peu disponible, peu écrit sur Google**. Et que tu vas automatiser avec ChatGPT. Là tu peux ressortir. Et en fait ce qui se passe c’est que Google n’interdit pas l’automatisation, il interdit l’automatisation quand ça n’apporte pas de valeur ajoutée.

Je fais deux constats. Le premier, c’est qu’un rédacteur offshore n’aura jamais le niveau de qualité que je recommande pour le marketing. Ce travail sert à produire des articles à faible valeur ajoutée. Par contre, si tu rajoutes quelques conseils en plus, cela peut marcher. En revanche, ce seront toujours des contenus un peu fades, comme avec un rédacteur offshore. Moi je repasse toujours dessus et je rajoute un peu de contenu.

La valeur ajoutée est centrale dans une stratégie de contenus

PNS Ce que Fred nous explique, c’est qu’il faut donc l’utiliser, mais augmenter la valeur ajoutée que vous proposez à vos lecteurs. Et cette valeur ajoutée, elle est d’ailleurs au cœur du discours de mes trois invités. Normal, car tous ont compris ce qui permet d’attirer des visiteurs puis de créer une base marketing. C’est du contenu à valeur ajoutée, du contenu qui se différencie du reste. Voici la vision de Yann Gourvennec sur le sujet.

YG Moi, ce que je vais vous dire, c’est l’inverse de ce que vous voulez entendre, c’est-à-dire que vous voulez entendre qu’il y aura plus de contenu. Au contraire, ChatGPT 4 c’est le signe finalement que les bons vieux médias vont revenir à l’ordre du jour.

Si on a l’impression que cela a été écrit par une machine…

Parce qu’à partir du moment où on a ne serait-ce que l’impression que tout ce qu’on lit pourrait avoir été écrit par une machine, à partir de ce moment-là, on ne croit plus en rien. Et donc on va avoir besoin de vrais contenus.

Cela ne concernera peut-être pas 8 milliards de personnes sur la planète parce qu’il y en a peut-être 7 milliards qui se contentent de n’importe quoi. D’ailleurs, ils se sont probablement toujours contentés de n’importe quoi, donc ça ne changera pas.

Un besoin de s’informer inextinguible

Mais le milliard qui restera aura besoin d’aller trouver la vraie information. Et la vraie information B2B, je vais aller la chercher chez Pierre-Nicolas Schwab parce qu’il va me parler des études de marché et qu’il va me faire une analyse approfondie. Et lui, je sais qui il est. Il a pignon sur rue, on le connaît. Et il me dira un jour « Je n’écris pas mes articles avec ChatGPT 4 ni avec n’importe quel autre outil de ce type ».

PNS Yann Gourvennec voit donc dans ChatGPT une opportunité de se différencier, de trouver sa voie (et sa voix), mais encore faut-il qu’elle soit entendue. Et dans le domaine, je pense qu’il ne faut pas compter sur Google. Mettez-vous en scène, montrez vos talents, partagez vos créations. Et comme le suggère Yann, pourquoi ne mettriez-vous pas en avant que vos articles sont écrits sans ChatGPT ? Voilà une manière intéressante de se différencier. Cette mise en avant de l’humain est aussi au centre de la réflexion de Laurent Vermot Gauchy. Il faut bien que dans la chaîne, il y ait des humains qui produisent du contenu inédit parce que sinon le bazar va tourner en rond. Mais alors, quels types de contenus faut-il produire pour se différencier ? Yann Gourvennec a la réponse.

Des stratégies de contenus de plus en plus sophistiquées

YG Il y a besoin de concevoir des stratégies de marketing de bouche à oreille qui sont de plus en plus élaborées et de produire des contenus de plus en plus sophistiqués et donc de s’éloigner systématiquement de ces livres blancs tout blanc qu’on voit malheureusement partout. Ce sont cinq pages avec une infographie sur un fond blanc. À la fin de la lecture, on se demande qu’on a appris… Donc finalement, ce n’était pas la peine de le télécharger.

Il va falloir être capable de muscler son contenu de manière beaucoup plus importante. Je ne veux pas dire que c’est nouveau. Je fais que ça depuis dix ans. Maintenant, vous n’aurez plus le choix.

Ne paniquez pas !

PNS Ne paniquez pas, il y a de la place pour tous et la sophistication des contenus ne veut pas dire que certains vont disparaître. C’est ce que nous rappelle Laurent Vermot Gauchy.

Laurent Vermot Gauchy On peut dire : « Et bien oui, le blog, c’est fini ! ». On peut décider qu’on arrête tout d’un coup tout. Comme pendant le confinement il fallait tout arrêter et se mettre sur Clubhouse. L’écrit, le visuel vont rester.

PN Ce que j’aime au final, c’est le message d’espoir que nous livrent tous ces experts. Il y a de la place pour tout le monde et pour toutes sortes de contenus. Mais en plus, il y a un vrai besoin pour cela.

Cet épisode de marketing et entrepreneuriat vous a plu ? Alors, n’oubliez pas de vous abonner. À bientôt.

*NDLR Notre propre expérience a montré que nous étions plus rapides à suggérer des sujets plus pertinents en B2B. Car ce qui prime, pour établir un calendrier éditorial original, c’est la connaissance du métier, des douleurs du secteur et des centres d’intérêt des lecteurs. Enfin, un effet de surprise par rapport à ces attentes est aussi requis. Bref, tout cela va plus vite en lecture vocale quand on est du métier, et requiert moins de corrections. 

**NDLR Si ce contenu est rare et peu documenté, la base de données de ChatGPT 4 sera justement plus faible. Et la tendance naturelle du programme à halluciner du contenu sans logique sera encore plus grande. 

 

Yann Gourvennec
Follow me

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

Comments

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Marketing and Innovation

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading