collaboration / télétravail

Leadership : l’art de bâtir une équipe

Le leadership est un art et non une technique. Tel est le message principal que nous livre Gérald Karsenti DG de SAP, et auteur de l’ouvrage « L’art de bâtir une équipe«  chez Eyrolles. Gérald a également accepté (scoop!) de préfacer notre futur ouvrage « Le marketing digital de @ à Z » ; que nous co-écrivons en ce moment même avec Hubert Kratiroff, toujours aux éditions Eyrolles. Le leadership a été soumis à rude épreuve ces dernières années, ce n’est pas fini, et il doit se réinventer. Au menu, de la bienveillance — pas celle dont abusent les copywriters de LinkedIn, mais la véritable bienveillance basée sur le respect d’autrui — mais aussi de l’humain, qui ne doit pas être oblitéré par la technologie, au centre d’un discours empreint d’exagération selon l’auteur. 

Leadership : bâtir une équipe est un art

leadership
Le leadership peut être bienveillant, n’en déplaise à certains. Gérald Karsenti nous décrit l’art de bâtir une équipe dans son livre publié chez Eyrolles — image produite avec Midjourney*.

La confiance, ingrédient principal d’un bon leadership

« La confiance ne veut pas dire hubris, ni perfection. Personne n’est parfait. Et trop d’assurance tourne vite en défaut », souligne Gérald.

La confiance en soi est la capacité de se connaître, de toujours avancer en franchissant des obstacles supplémentaires et en acceptant la possibilité d’échouer

La confiance en soi est un moteur fantastique pour réaliser des choses.

« Combien de personnes ont des talents incroyables, mais ne réaliseront pas ce à quoi elles étaient potentiellement destinées simplement, car elles n’auront pas le courage de se faire confiance », estime le DG de SAP.

Leadership
Le leadership bienveillant dans une autre vue onirique réalisée avec Midjourney* – on remarquera au passage que malgré ma modification du prompt (as many women as men) l’IA a systématiquement ignoré les employéEs. Un biais cognitif du programmeur ?

La confiance en soi, mais aussi la confiance dans les autres permet de s’appuyer sur eux

Pour le philosophe Charles Pépin, cité par Gérald Karsenti dans ce post LinkedIn, la confiance nous vient d’abord des autres.

Pour Gérald, ce n’est pas qu’une affaire personnelle, ce n’est pas juste soi par rapport à soi, mais soi par rapport aux autres. Ce sont les autres qui nous mettent le pied à l’étrier.

Avoir confiance en autrui permet d’accéder à une confiance intérieure.

La digitalisation est incontournable, mais l’humain reste la valeur essentielle

« On a eu tendance ces dernières années à penser que l’humain devenait un facteur d’ajustement, qu’on pourrait se passer de lui, car les intelligences artificielles permettront de générer plus de valeur, et d’éloigner les humains des tâches répétitives », explique Gérald Karsenti.

La réalité est bien différente à ses yeux.

C’est bien d’automatiser les tâches répétitives, mais il faut garder en tête que si la technologie est indispensable et le progrès technique nécessaire, ce sont les hommes et les femmes qui font les réussites

Les startups des première et deuxième générations n’ont pas tué les grandes entreprises.

Elles les ont obligées à se réinventer. Les grandes entreprises structurées avec des marchés qui semblaient acquis ont réalisé qu’en fait, rien n’est acquis, que quelqu’un peut surgir, s’asseoir dans leur fauteuil et prendre leur place.

Il faut être vigilant, se remettre en cause. Il faut innover, être créatif, et avoir des profils diversifiés pour être capables de faire face à ces défis

Le leader éclairé de demain et l’intelligence artificielle générative

leadership
Dernière version, aussi aérienne que la précédente* – et toujours aussi peu de dames

« Un leader qui n’intègre pas le digital dans sa stratégie n’a aucune chance de succès. En digitalisant et en automatisant, on devient souple et agile. L’agilité est une condition de succès », souligne-t-il.

L’intelligence artificielle rentre pratiquement partout, aide les dirigeants à prendre des décisions, et surtout à essayer de ne pas se tromper.

« L’avantage de l’intelligence artificielle, avec le Machine Learning, est de confronter n’importe quel événement à une récurrence multiple. Par rapport à tout ce qui s’est passé dans un domaine précis, cela permet d’estimer la probabilité de voir arriver les choses, ou pas, ou d’une certaine façon ».

Il s’agit d’une aide fantastique à la décision. L’intelligence artificielle permet de faire des choses mieux que si l’être humain le faisait lui-même. Il faut l’accepter, mais il faut juste se rappeler des limites que tout cela peut avoir.

Le discours qui consiste à dire que tout est une question d’IA, de robots, de mécanisation, est excessif, et n’a pas de fondement

Regardons ce qui se passe sur le terrain. On voit bien que les grandes avancées sont créées par des femmes et des hommes.

Les 5  prérequis d’une équipe gagnante

Gérald Karsenti
Gérald Karsenti nous a commenté son livre sur le Leadership

De nombreuses techniques et théories permettent d’appréhender le leadership dans sa globalité. Mais finalement, certaines personnes ont cette capacité naturellement, tout comme d’autres sont des génies de la peinture ou de la musique.

Ces personnes ont le génie de percevoir les hommes et les femmes et de voir comment marier les talents pour composer des équipes absolument phénoménales.

Le dirigeant doit avoir une partie de lui-même dans le domaine de l’artistique. Il ne va pas construire une équipe pour construire une équipe, mais construire une équipe diversifiée qui se complète et qui va faire des miracles.

Prérequis n°1 : donner du sens

Le mot est devenu un peu galvaudé. Comme tout le monde parle de sens, on finit par penser que cela ne veut plus rien dire.

« Or, le sens, c’est ce pour quoi on se bat tous les jours. Le sens, c’est de se dire pourquoi je vais suivre tel mouvement politique ou telle personne, pourquoi je vais travailler pour telle ou telle entreprise, pourquoi je vais suivre tel ou tel leader », souligne Gérald.

Le leader est le représentant de ce qui rejoint nos valeurs personnelles, notre système de pensée, et est aligné avec nous. Le leadership est affaire d’alignement.

Le sens doit être structuré, construit, pour que les personnes qui travaillent avec vous s’identifient, se reconnaissent dans le chemin que vous êtes en train de tracer

Le sens est la réponse fondamentale à la question du pourquoi : pourquoi je fais les choses, pourquoi je travaille pour untel, etc. Le sens permet d’expliquer la démarche que nous suivons, il la justifie.

Prérequis n°2 : porter les valeurs de l’équipe en étendard

Parfois, les entreprises qui ont défini leurs propres valeurs, les ont structurées et mises en forme, ensuite ne s’en servent pas forcément comme d’un étendard.

Or, quand elles ont pris soin de les définir, il faut ensuite que chaque collaborateur de l’entreprise se les approprie, et soit fier de les répercuter dans ses actes quotidiens, aux clients, au marché, à l’écosystème.

La fierté est un facteur important dans la démarche de leadership

Prérequis n°3 : échanger donne vie à l’équipe

Le leadership inspirationnel a besoin de followers et de suiveurs qui se reconnaissent en lui. Il peut conduire au meilleur, mais aussi malheureusement au pire.

Il faut garder en tête que les mécanismes du manipulateur ou du gourou sont souvent les mêmes que celles de l’entrepreneur.

Le basculement peut être très mince, il faut être toujours très vigilant.

Prérequis n°4 : stimuler la cohésion de l’équipe autour d’un objectif commun

Au-delà du sens, les collaborateurs doivent se retrouver autour d’un plan d’action qui leur parle. Ils ne doivent pas considérer qu’il s’agit du plan de l’entreprise, mais bien du leur.

S’ils ne s’identifient pas, il vaut mieux qu’ils partent. Inversement, s’ils s’identifient à ce plan, ils doivent le considérer comme le leur, et en être fiers.

Prérequis n°5 : dépasser les individualités

Nous assistons à une évolution des profils des leaders : de narcissiques, nous allons vers des profils beaucoup plus dans la bienveillance et dans l’accompagnement

Le bienveillant est quelqu’un qui veut atteindre des résultats, mais pas en faisant n’importe quoi, et en respectant les autres.

Les gens pensent souvent qu’il est impossible d’être aux commandes d’une entreprise quand on est trop bienveillant.

Or, le bienveillant va prendre des décisions, parfois très difficiles, mais dans un cadre d’accompagnement, en refusant de « casser » les gens. Au lieu de « débarquer », il va effectuer des changements. La nuance est de taille.

Conseils aux entrepreneurs qui souhaitent utiliser cet art de bâtir une équipe

Le premier conseil de Gérald Karsenti est de faire preuve d’humilité.

Il faut comprendre que seul, on ne peut rien faire. Ce n’est pas si simple parce qu’on a été éduqué pour faire l’inverse, pour être tout le temps le premier de la classe.

Leadership
L’art de bâtir une équipe, de Gérald Karsenti

Il faut savoir s’entourer d’expertises et de talents. Il faut ainsi faire confiance aux autres parce qu’on en a besoin et qu’on a besoin de leur expertise.

Le deuxième conseil est la diversité.

Nous sommes dans un monde complexe qui requiert des profils très différents.

Pendant très longtemps, nous avons fait appel au concept de qui se ressemble s’assemble. Nous avons cherché à nous cloner, alors qu’en réalité nous avons intérêt à aller chercher des profils très différents du nôtre.

Ce qui fait la différence aujourd’hui est la capacité à trouver des profils qui pensent et voient les choses autrement que nous.

acheter le livre


*Image produite avec Midjourney sur notre compte avec le prompt suivant : A benevolent kind and inspiring leader is showing the way to Heaven to a group of employees (men and women) wearing suits who are smiling and climbing a mountain with trees on the side, blue sky, rising sun in the background. Long and winding dirt road a few light clouds. L’image a été complétée par l’IA Adobe Sensei de Photoshop. 

Yann Gourvennec
Follow me
Les derniers articles par Yann Gourvennec (tout voir)

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »
Bouton retour en haut de la page