Data journalisme d’entreprise : mieux gérer avec les données

Dans les couloirs du salon Big Data & IA 2021 dont Visionary Marketing était partenaire, je suis tombé en arrêt sur une expression : le data journalisme d’entreprise. J’ai donc interviewé Maxime Boisseau sur le stand de Mydral, un jeune étudiant et data scientist qui m’a démontré, si besoin était, que la valeur n’attend pas le nombre des années.

Data journalisme d’entreprise : mieux gérer avec les données

Data journalisme d'entreprise : mieux gérer avec les données
Avec cet exemple basé sur les origines géographiques des réfugiés aux USA, Simon Arira de Mydral donne un exemple de ce qui peut être fait en matière de data Viz.

Le data journalisme d’entreprise consiste à utiliser de l’UX et de l’UI design. En d’autres termes, il s’agit de réaliser des tableaux de bord pour des décideurs métier qui ont besoin de représentations graphiques afin de prendre de bonnes décisions.

Selon les problématiques, les consultants chargés d’établir ces tableaux de bord vont donc s’adapter aux besoins des clients pour concevoir des indicateurs (KPIs) efficaces et utiles pour piloter leurs BU.

Le terme de data journalisme d’entreprise semble donc recouvrir la notion de Business Intelligence ou Informatique décisionnelle, remise au goût du jour avec des outils plus modernes. Il n’en reste pas moins que le nom est évocateur et qu’il m’a semblé très bien choisi.

Aider les directeurs métier à aller chercher des données et à les représenter

Il convient de partir de l’architecture de la base de données de l’entreprise, explique Maxime.

Selon le flux de données disponible, on peut se retrouver face à des centaines de millions, voire des milliards de lignes. Tout dépend de la taille de l’entreprise. Si celle-ci dispose d’équipes qui ont la charge de la base de données, il ne va pas de soi cependant qu’ils disposent des compétences suffisantes pour en tirer de bons tableaux de bord. Il se peut aussi que l’entreprise ne dispose pas du tout d’équipe dédiée aux données.

Le rôle des consultants de ce domaine est donc de les aider à se connecter aux données, à les récupérer, les traiter et en tirer des tableaux de bord visuels pour les assister dans le pilotage de l’entreprise.

On a beau répéter depuis des années que les marketeurs doivent se familiariser avec les données, il reste cependant de grands progrès à faire dans ce domaine. Heureusement, la nature et l’économie ayant horreur du vide, des sociétés de conseil spécialisées comme Mydral existent pour pallier ce manque.

Les marketeurs ont encore besoin de se familiariser avec le data marketing

« Beaucoup d’entreprises veulent mettre en place des stratégies de data marketing, pour mieux piloter leurs prospects ainsi que les aspects internes à l’entreprise », constate Maxime.

Il y a 2 ou 3 ans, peu de marketeurs utilisaient la data pour mettre en avant l’entreprise. Maintenant, cela se fait de plus en plus, et encore davantage depuis le coronavirus, et cela va aller crescendo dans les années qui vont venir », souligne-t-il.

Astuces pour établir un bon tableau de bord en data journalisme d’entreprise

Pour établir un bon tableau de bord, il faut déjà disposer d’une charte graphique cohérente avec son entreprise explique Maxime. Puis il faut choisir des modes de visualisation (data viz) percutants : des graphes de Pareto pour montrer du 80/20, des graphes en camemberts, etc.

« Il est très important de travailler sur le design, que les couleurs ressortent bien, et de présenter une vision large pour aller vers le plus précis quand on descend au niveau de l’information », explique le jeune étudiant.

Les étapes à suivre pour arriver à un bon résultat, selon Maxime, sont les suivantes :

  1. La première étape est de comprendre la problématique client ;
  2. Ensuite, il faut mettre en place quelques indicateurs (KPIs). Il n’en faut pas trop : 5 ou 6 bons KPIs auront beaucoup plus d’impact qu’une quinzaine qui sera noyée dans la masse explique avec justesse Maxime Boisseau ;
  3. Enfin, il faudra mettre en place le storytelling qui habillera les données. Par exemple avec cet exemple où l’on décrit l’immigration aux États-Unis.

Les écueils à éviter dans un projet de data journalisme d’entreprise

Maxime conseille d’éviter de surcharger ses tableaux de bord et de mettre trop de texte, ce qui risquerait de rendre le résultat indigeste.

« Il est préférable de remplacer les textes, à des endroits où ce n’est pas important, par des graphes qui auront un meilleur impact », explique-t-il.

Des tableaux de bord automatiquement mis à jour

La mise en place de tableaux de bord efficaces nécessite enfin un accompagnement client pour chercher les bons indicateurs dans un volume de données souvent riche de centaines de millions de lignes. Cela nécessite de réaliser un gros travail en amont.

La mise en place complète peut parfois nécessiter plusieurs mois de travail, pour aboutir à des tableaux de bord directement connectés aux bases de données.

« Ces tableaux de bord automatisés récupèrent les données directement sur les bases de données des clients, permettant d’envoyer chaque semaine, le lundi matin par exemple, un rapport totalement interactif dans les boîtes mail des membres du personnel concernés », souligne Maxime.

« Automatiser ses tableaux de bord permet de faire gagner un temps considérable », conclut Maxime. On pourrait ajouter que cela évite les erreurs classiques des reportings sur Excel et permet des prises de décision plus rapides et plus efficaces.

Yann Gourvennec
Follow me

One thought on “Data journalisme d’entreprise : mieux gérer avec les données

Comments