marketing digital

Comment se débarrasser des cookie walls

Vous connaissez les cookie walls ? Il est vrai qu’il est difficile d’y échapper. Suite à la directive cookies de 2011, les sites français ont fini — avec du retard — par se mettre en conformité. Mais au lieu de supprimer les cookies, ils se sont au contraire équipés de cookie walls qui vous balancent des messages énervants à jet continu et vous empêchent de naviguer sur Internet. Ils ne servent à rien, car ils n’améliorent pas vraiment la confidentialité des données. Ils servent surtout aux sites qui tracent vos données à des fins publicitaires, de se couvrir en faisant croire qu’ils sont devenus vertueux. Voici comment s’en débarrasser.

Comment se débarrasser des cookie walls

cookie walls
Midjourney a imaginé pour nous Darth Vader (alias Dark Vador pour les Français) dévorant des cookie walls

Vous connaissez tous ces messages vous prévenant, alors que vous visitez un site Web, que l’on va utiliser vos données et que, pour ce faire, on vous réclame votre consentement.

cookie walls
L’exemple du mur de cookies Axeptio, qui a le mérite d’être joyeux et divertissant, mais quand on le voit apparaître dix fois dans une journée…

Ainsi, 50 fois par jour, vous cliquez pour vous débarrasser non des cookies, mais du message des cookie walls.

La perception des cookie walls par les internautes

Cookie walls
On s’en doutait un peu, les internautes français ne sont que 5 % à refuser les cookies systématiquement. Ils sont néanmoins obligés de cliquer sur le message 50 fois par jour.

Des Européens fort exposés aux cookies

On remarquera que les Français sont assez nombreux à ne pas connaître (31 %) le but des cookies. Ils sont quand même 38 % à en limiter l’intrusion par le navigateur.
pub en ligne
Malgré cette faible connaissance des internautes français, les utilisations d’ad blockers sont en proportion importantes (25 %) et l’irritation face à la publicité en ligne est bien présente également (42 %)

Quelles sont les parades contre les cookie walls ?

Alors, comment faire pour réduire ces messages répétitifs et irritants ? Un content blocker ne sera pas suffisant pour vous prémunir de ces cookie walls. Cette liste n’est pas exhaustive, elle peut évoluer, n’hésitez pas à nous suggérer des solutions supplémentaires que nous ajouterons à notre benchmark.

Firefox pour ceux qui l’utilisent encore

Commençons par cette extension pour Firefox. Développée par Alessio Capponi, l’extension No Cookie Wall ne revendique que 26 utilisateurs. Son évaluation est perfectible.

Brave, le brave navigateur Web 3 qui se charge des cookie walls pour vous

Brave, un de nos navigateurs favoris avec Hubert Kratiroff, s’est aussi mis au blocage des cookie walls. Voici ce qu’ils en disent dans la release de la dernière version du navigateur Web3 : « Vous connaissez ces ennuyeuses notifications de consentement aux cookies qui apparaissent à chaque fois que vous visitez un nouveau site Web ?

Les nouvelles versions de Brave peuvent les cacher et, si possible, les bloquer complètement. Mettez simplement à jour la dernière version de Brave. » Si vous manquez l’invitation à bloquer les consentements de cookies la première fois, vous pouvez visiter brave://settings/shields/filters et activer/désactiver facilement l’option EasyList-Cookie List.

Le panneau de configuration de Brave

Safari ou la chasse aux cookies

Safari (sur l’environnement Apple uniquement) dispose d’une option encore plus radicale : blocker tous les cookies. C’est tellement violent qu’en l’activant ce matin, nous avons perdu une bonne partie du contenu de ce post que nous avons dû recréer. À manipuler avec précaution. Car cela supprime également les cookies de session, indispensables si vous désirez rester connectés sur un site. C’est mon cas ici sur WordPress. Car j’y suis une bonne partie de la journée et je ne désire pas me reconnecter 20 fois par jour.

Cookie walls
L’option Safari pour bloquer tous les cookies et les cookie walls… mortelle et à manipuler avec précautions. Les cookies de session ne sont pas en cause pour le tracking intersites.

Edge au bord de la crise de nerf anti cookie walls

Sur Edge (Microsoft) : Edge est le nouveau navigateur de Microsoft, également disponible sur Apple. On fera remarquer d’ailleurs qu’il est très rapide, extrêmement bien conçu et inclut aussi des subtilités Web3 comme un Wallet.

De plus il vous permet d’essayer GPT4 couplé à Bing (alias Bing AI. Sympathique, mais bon…). Voici donc l’extension CookieBlock qui nous vient tout droit de Zürich. « CookieBlock est une extension de navigateur qui vous permet de supprimer automatiquement les cookies qui ne respectent pas votre vie privée.

Grâce à l’utilisation d’une technologie avancée d’apprentissage automatique, il classe les cookies en quatre catégories distinctes. Il s’agit des cookies “nécessaires”, “fonctionnels”, “analytiques” et “publicitaires”, que l’utilisateur peut ensuite autoriser ou rejeter individuellement.

Contrairement aux cookie walls qui interrompent votre navigation, CookieBlock ne vous demande de définir votre politique qu’une seule fois et garantit que les types de cookies que vous rejetez sont effectivement supprimés de votre navigateur.

En outre, CookieBlock fonctionne sur tous les sites Web que vous visitez et ne dépend pas de l’honnêteté de l’hébergeur du ». Voilà ! C’est dit…

Cookie Walls
Cookieblock, l’add-on Edge qui permet de dire au revoir aux cookie walls

DuckDuckGo : la chasse aux mauvais canards

DuckDuckGo (le navigateur) : le fameux moteur de recherche américain respectueux des données personnelles est celui que nous utilisons quotidiennement depuis de nombreuses années. Le navigateur de DuckDuckGo est un bon point de départ pour se débarrasser de toutes ces petites bêtes.

Cookie Walls
Avec DuckDuckGo (duck.com) vous n’avez rien à craindre des cookie walls. La confidentialité des données y est incluse de base, la destruction des cookies aussi. DuckDuckGo fournit également une extension qui expose l’éthique du site Web que vous êtes en train de visiter (A+/B/B+, etc.)

Shining like Chrome…

Chrome : Là je passe mon tour, si vous utilisez Chrome, pas besoin de faire semblant de cacher les cookies, c’est vous le produit.

En conclusion

Ce tour de table des dispositifs anticookies et anticookie walls n’a pas la prétention de l’exhaustivité. Il en existe beaucoup d’autres. C’est un bon point de départ cependant pour éviter ces insupportables et inutiles messages.

Yann Gourvennec
Follow me

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

2 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article intéressant sur les cookies, sujet peu sexy et pourtant ô combien important pour le respect des données personnelles des internautes européens.
    Je suis le développeur de l’extension Firefox / Chrome citée « No cookie wall ». Afin d’éviter toute déception à vos lecteurs, je tiens à préciser que mon extension masque uniquement les « hard cookie wall » qui, comme sur les sites d’allociné ou la chaîne meteo, vous forcent à accepter les cookies ou bien à payer un abonnement.
    L’extension ne masquera pas les bandeaux des sites qui vous permettent de refuser les cookies sans mettre la main au porte monnaie.
    Pour les internautes qui souhaitent se débarrasser intégralement de tous ces bandeaux et popups, je conseille l’extension « i don’t care about cookies » ou bien l’excellent navigateur Brave cité dans votre article.

Comments

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Marketing and Innovation

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading