IT : des métiers rares, recherchés et en pleine mutation

Chiffres, état des lieux et avenir des métiers de la DSI

Quel avenir pour les métiers de l’informatique (IT)* ? Voici le premier article d’un nouveau dossier intitulé  » le futur de l’Environnement de travail … aujourd’hui  » que nous développerons cette année 2020 avec Selceon sur Visionary Marketing et sur leur blog. La décennie écoulée aura été éprouvante pour la DSI, mise à mal par l’accessibilité des outils numériques aux métiers (shadow IT). Pourtant, l’IT (qu’il est de plus en plus difficile de dissocier du « digital » ), est un des éléments fondamentaux de la transformation des entreprises et des modèles économiques. Et ses métiers sont fortement demandés.

métiers IT
Les métiers de l’IT ne se limitent pas, loin de là, à la programmation. La frontière avec les métiers du « digital » n’est cependant pas aisée à établir – image en partenariat avec Jumpstory

Elle a ainsi vu son rôle évoluer et s’éloigner de la technique pure, aidée en cela par l’arrivée du cloud computing. Les métiers de la DSI ont ainsi naturellement évolué et se sont diversifiés, et cela ne s’est pas toujours fait dans un esprit de simplification.

Une vision des métiers de l’IT pour les années à venir

Les enquêteurs de Visionary Marketing vous livrent ici l’état des lieux et une vision de l’avenir des métiers de l’IT pour les quelques années à venir. Où on verra que si les DSI sont en pleine évolution et que leurs métiers ont considérablement changé, elles ne semblent pas menacées de disparition pour autant.

métiers IT
Le dossier sur l’environnement du travail de demain réalisé avec Selceon

* L’usage nous oblige à employer le nouveau vocabulaire (IT pour Information Technology) en lieu et place du vocable « informatique » que nous aimions pourtant bien car il était bien choisi et était facile à retenir en français.

Métiers de l’IT : de quoi parle-t-on précisément ?

Lorsque l’on aborde le sujet des métiers de l’IT (ou de l’informatique), l’amalgame n’est jamais bien loin. Les termes d’Internet, Web, numérique et digital faussent la perception du domaine de l’informatique, et l’on peut avoir tendance à surestimer le nombre de collaborateurs impliqués dans l’IT dans une entreprise.

Il ne suffit bien évidemment pas d’être installé devant un ordinateur pour faire partie de la grande famille de l’IT. Aidons-nous de la nomenclature des métiers du SI réalisée par le Cigref et mise à jour chaque année pour nous faire une idée plus précise de ces métiers.

métiers IT
La nomenclature du Cigref sur les métiers de l’IT a montré un glissement sémantique de l’IT vers le SI. Ce n’est pourtant pas la même chose.

Celle-ci s’organise autour de 9 familles de métiers :

  • Organisation et gestion des évolutions du SI (ex : Consultant en SI, Responsable du SI métier…)
  • Management de projets (ex : CMO, Product Owner, Scrum Master…)
  • Cycle de vie des applications (ex : Concepteur-Développeur, Testeur, Intégrateur…)
  • Mise à disposition et maintenance (ex : Technicien poste de travail/exploitation/réseaux-telecoms, Administrateur de base de données…)
  • Support et assistance (ex : Assistant fonctionnel, Technicien support utilisateurs…)
  • Sécurité (ex : expert en cybersécurité, auditeur SSI…)
  • Management opérationnel (ex : DSI, Chief Digital Officer, responsable d’exploitation…)
  • Données (ex : Data Scientist, Chief Data Officer, Data Analyst…)
  • Relations fournisseur (ex : Acheteur IT, Vendor Manager, Software Asset Manager…)

Bien entendu, ces métiers sont aussi applicables aux domaines dits « digitaux » ou « numériques » termes dont on peut aussi débattre largement tant la frontière avec l’IT est ténue.

Quand la technologie transforme les métiers de l’IT en métiers du SI

La nomenclature ci-dessus a porté jusque en 2011 le nom de « nomenclature des métiers de l’IT », avant de changer en « nomenclature des métiers du SI ». Cette modification semblerait presque anecdotique si elle ne reflétait pas un changement bien plus profond.

Au début des années 2010, le rôle de la DSI se déplace peu à peu du technique vers le métier. Dans un contexte où le cloud computing et le big data faisaient leur apparition dans l’entreprise, la DSI a dû faire face à la montée en puissance croissante du BYOD et au shadow IT.

Le rôle de la DSI a ainsi évolué pour s’adapter à ces modifications et les profils recherchés se déplacent de la technique (maîtrise d’œuvre) à la maîtrise d’ouvrage : gestion de projet, gestion des fournisseurs, transformation de l’entreprise…

Les métiers de l’IT moins réservés aux techniciens

Les métiers de la DSI sont ainsi de moins en moins réservés aux techniciens, ils englobent des métiers et compétences différentes, plus ou moins éloignés de l’IT, d’une marnière de plus en plus flagrante. Un rapide coup d’œil sur la nomenclature de 2009 permet ainsi de constater les changements intervenus ces 10 dernières années.

Métiers de l’IT : premier du classement devant la R&D et le marketing selon l’Apec

Côté chiffres, on constate une véritable dynamique sur le marché du travail : une étude de l’APEC estimait pour 2019 entre 55 000 et 59 300 recrutements de cadres de cette fonction, premier du classement devant la R&D et le marketing.

Ces recrutements représenteraient une augmentation de 10% à 19% par rapport à 2018. Et la dynamique ne semble pas s’essouffler : en 2019, les métiers de l’informatique étaient parmi les plus recherchés. Selon Pôle Emploi, ceux-ci se situent en 5e position, derrière 4 emplois moins qualifiés, les agents d’entretien, les aides à domicile, les aides-soignants et les employés de la restauration.

métiers de l'IT
Champion toutes catégories, le service, et champion parmi les champions, l’IT et les télécoms, nouveaux emplois industriels du 21e siècle (source : APEC 2019)

Les métiers de l’IT 3e sur le podium des métiers les plus difficiles à recruter

Cette recherche de profils, si qualifiés par rapport aux autres métiers de cette liste, confirme une certaine difficulté concernant le recrutement dans ce domaine. Les métiers de l’informatique pointent même au 3e rang des métiers les plus difficiles à recruter, selon Pôle Emploi.

Une étude 2019 menée par le cabinet de recrutement Robert Half confirme par ailleurs que 53% des recruteurs estiment qu’il sera plus difficile de trouver des profils qualifiés dans le domaine de la sécurité informatique, au cours des 5 prochaines années. 37% en pensent autant pour les technologies du cloud et 29% pour la gestion des bases de données.

Dans un pays ou le taux de chômage tourne autour de 8,5%, les métiers du SI ne connaissent pas la crise, et bien au contraire, sont en pénurie de profils compétents. Voyons maintenant ce que nous réserve l’avenir.

No code et IA : vers la fin des programmeurs ?

La DSI est une direction qui a fortement évolué ces dernières années, se rapprochant peu à peu des métiers, et en se déchargeant d’une partie du travail technique. A ce changement de rôle s’ajoutent deux évolutions qui se profilent :

  • Le no code / low code: la disparition du code est un sujet qui revient en continu sans jamais vraiment se confirmer. Pourtant, face à l’entrée du numérique en entreprise et la pénurie de développeurs, le low code, version du no code nécessitant une connaissance minimale du code, semble s’installer dans les entreprises.

Low code no code - métiers IT

Les métiers de l’IT en forte demande

Qu’il soit écrit en no code ou dirigé par l’IA, le futur de l’informatique aura de toute façon besoin d’être conduit par la DSI. France Stratégies et la DARES se montrent confiants à ce sujet, plaçant les métiers de l’informatique en 6e position des métiers qui recruteront le plus sur la décennie 2012-2022.  Les métiers de l’informatique sont ainsi voués à évoluer, dans un contexte en mouvement permanent.

 

Yann Gourvennec
suivez moi !

One thought on “IT : des métiers rares, recherchés et en pleine mutation

Votre avis nous intéresse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.