Marketing & Innovation

Une bureautique Microsoft gratuite dans votre tablette

Et si vous embarquiez vos outils bureautique dans votre tablette ? Profitons des vacances qui commencent aujourd’hui, pour certains, pour nous divertir avec cette application de la semaine : cloudon. Tout au long du mois de juillet et je ferai quelques jours sur des applications que je te particulièrement sympathique ou qui ont changé ma façon de travailler, de me divertir, à moins que ce soient les 2 en même temps. Cette semaine, nous nous pencherons sur l’application cloudon, tellement extraordinaire, que je me demande encore comment ils font de l’argent. Est-ce un nouveau mystère de la nouvelle économie ?

Une bureautique Microsoft gratuite dans votre tablette

Une bureautique Microsoft gratuite dans votre tablette

Commençons par nous rendre sur le site de l’application, pour nous rendre compte qu’elle existe bien dans les versions Android et Apple. Après vérification vous pouvez la télécharger aussi bien sur votre iPad que votre iPhone.

Étape numéro 1: après installation, ouvrez l’application. Il vous faudra d’abord paramétrer l’accès à vous espace disque en ligne habituel : 4 espaces sont mis à votre disposition, que vous pouvez cumuler en parallèle. Pour ma part, j’ai paramétré Google drive et Skydrive (de Microsoft, mon préféré, car étant un des premiers utilisateurs, je dispose de 25 Go gratuits). J’ai laissé Dropbox et box de côté pour l’instant mais je pourrais y revenir plus tard les rajouter quand je désirerais. Pour cela il suffit d’autoriser London à accéder à votre espace disque.

Étape numéro 2 : après avoir sélectionné le disque en ligne correspondant (ici skydrive), l’arborescence de votre disque vous est ensuite présentée, vous pouvez afficher sous forme de liste ou d’icônes

Étape numéro 3 : après avoir changé l’affichage (option icônes) je sélectionne le répertoire où je stocke les brouillons de mon blog. Il s’appelle « blogposts »

Étape numéro 4 : Je sélectionne l’article en format Word dont je vois qu’il a été modifié le 24 juin à 7h39.

Étape numéro 5 : le fichier se télécharge depuis Internet, la fin de l’afficher, c’est l’image suivante, directement sur ma tablette dans une fenêtre Microsoft Word, un peu chose près identique à celles que j’ai sur mon PC (il s’agit d’une version simplifiée de la version 2010 de Microsoft Word, similaire à celle qu’on retrouve sur scannera lui-même. C’est d’ailleurs la seule faiblesse que je remarque dans cette application, à savoir la lenteur relative à télécharger le fichier à ce moment. Il est fort à parier que nous verrons une amélioration des performances sensibles d’ici les prochains mois si ce système perdure. On comprend aussi que nous sommes véritablement en voie vers un phénomène que j’ai décrit maintes fois sur ce blog, et qu’on appelle « ubiquitous computing » ou informatique omniprésente. Le maillon faible de la chaîne en est la connectivité, même si des progrès énormes ont été faits ces dernières années. Il faudra certainement encore 2 ou 3 ans, peut-être 5, pour avoir une connectivité sans couture, avec un confort d’utilisation similaire à celui dont je bénéficie derrière mon ordinateur au moment de la composition de cet article.

Étape numéro 6 : je peux écrire directement dans le fichier qui est immédiatement modifiable ; pour le démontrer j’ai souligné un mot en appuyant longuement dessus, ce qui a fait apparaître le menu contextuel Microsoft que tout le monde connaît et qui équivaut au clic droit de la souris sur un ordinateur.

Étape numéro 6 : je clique sur l’icône qui représente un compas en haut à droite de l’écran, ce qui ouvre un sous menu permettant de créer un nouveau fichier : soit un tableur (peut-être pas ce qu’il y a de plus facile à modifier sur une tablette), un fichier de traitement de texte Word, ou une présentation PowerPoint. Je choisis cette dernière …

Étape numéro 7 : je donne un nom à ce nouveau fichier qui sera sauvegardé directement dans le répertoire de départ.

Étape numéro 8 : s’ouvre ensuite un fichier vide PowerPoint que je vais pouvoir remplir exactement comme si j’étais sur mon ordinateur, avec cette version simplifiée de PowerPoint 2010. Simplifiée, mais quand même très complète, avec la gestion des modèles de base Microsoft. Pour créer une présentation dans un modèle personnalisé, je vous conseille d’utiliser une présentation que vous aurez préalablement chargée à vide sur votre ordinateur, afin de bénéficier de tous les modèles de pages. Ceci fait gagner beaucoup de temps et vous évite de bidouiller les modèles de pages sur la tablette, ce qui n’est pas très pratique. Vous pourrez donc ainsi vous limiter à ajouter du texte mais aussi des cliparts, et des images, des vidéos etc. Il est donc tout à fait possible de modifier une présentation PowerPoint et même de la créer directement depuis une tablette, puis de la récupérer ensuite sur un ordinateur afin de la finaliser, ou vice versa. Je rappelle qu’avec Skydrive, il n’y a pas non plus besoin de disposer d’une version locale de Microsoft PowerPoint, puisqu’elle existe en ligne. Personnellement, étant professeur et bénéficiant du tarif spécial enseignant, la possession d’une licence Microsoft locale, reste préférable, d’autant plus qu’elle ne coûte pas une somme extraordinaire.

Au-delà du côté sympathique, pratique et surtout gratuit de cette application, on peut se poser plusieurs questions. D’une part, qu’elle va être le modèle de revenus de Microsoft dans ses prochaines années. On peut faire un pari, sur le fait que l’accès aux logiciels se fera de plus en plus dans le réseau, notamment à partir du moment où le défi de connectivité est réglé. Des lors, on se demande encore si le modèle de l’application à télécharger survivra très longtemps. Or c’est cela qui a fait vivre le géant du logiciel pendant toutes ces années. Par ailleurs, on peut se poser également la question du modèle économique de cloudon. On dehors de son éventuel rachat par Microsoft.

Cloudon a, c’est bizarre, peu fait parler de lui, même si un grand nombre de téléchargements ont déjà été réalisés, force est de remarquer que le bruit médiatique autour de la société de Palo Alto est resté un peu coincé sur 2012. Gageons qu’ils n’en resteront pas là, et que les utilisateurs rattraperont le wagon un peu plus tard. Wired a fait remarquer que l’application avait ses limites notamment du fait du stockage des données sur le cloud, ce qui rendait l’affichage un peu ‘”trouble” mais utilisable quand-même. La remarque est valide, mais sur PowerPoint, on n’observe pas ce genre de problèmes.

Il y a bien quelques limites à l’utilisation pour ce qui concerne la diffusion et l’affichage de la présentation en public, mais dans ce cas, je vous recommanderai une autre application gratuite qui fonctionne de façon similaire, dans un prochain article. Comme le fait remarquer Wired, il est encore difficile d’utiliser ces applications de façon à créer une présentation de A à Z et l’utilisation de Cloudon est sans doute, pour aujourd’hui, limitée aux modifications mineures.

Gageons que les “visionnaires” auto-proclamés de Palo Alto n’en resteront pas là.

Yann Gourvennec
Follow me

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

Comments

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Marketing and Innovation

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading