Les 12 plaies de la communication par e-mail en milieu professionnel

Les 12 plaies de la communication par e-mail en milieu professionnelCommunication et e-mail semblent a priori faire bon ménage, mais la réalité est souvent différente. Comme je l’avais indiqué dans un article précédent publié sur la partie anglaise de mon blog, j’ai réalisé une traduction anglaise ainsi qu’une remise à niveau complète de mon texte sur les mauvais usages de l’e-mail dans les relations personnelles et professionnelles.

Les 12 plaies de la communication par e-mail en milieu professionnel

Les 12 plaies de la communication par e-mail en milieu professionnel

Ce texte, dont la première mouture fut écrite d’un pour le magazine aujourd’hui disparu SAM-MAG (mais toujours visible ici), faisait le point sur l’usage à et surtout sur les mauvais usages de cet outil qui est pourtant le plus répandu.

10 ans après la publication de cet article, je fais à nouveau le point et je m’aperçois qu’à tout prendre, l’usage de l’e-mail dans l’entreprise aurait plutôt empiré. L’introduction de la messagerie sur mobile, pour utile qu’elle soit, n’a pas aidé les utilisateurs à corriger leurs erreurs de communication, que le courrier électronique s’ingénie à amplifier de façon exponentielle.

Des entreprises comme Deloitte mettent en place des solutions radicales pour obliger les employés a enfin se parlé plutôt de s’envoyer des messages. Ils instaurent notamment les « no email fridays » qui sont une solution extrême aux problèmes que nous évoquons dans notre article.

Avant que nous en arrivions à une rééducation généralisée et par la contrainte, il nous a semblé intéressant de souligner les erreurs à ne pas commettre dans la communication par courrier électronique afin de permettre une correction de ces erreurs de manière spontanée et naturelle.

Les lecteurs de visionary marketing qui préfèreraient lire cet article en français peuvent le faire à l’adresse suivante, sinon nous vous encourageons à lire la version plus récente en anglais à cette adresse.

Yann Gourvennec
Follow me