collaboration / télétravail

phénomènes coopératifs: Soko récidive après Kamini

Stephanie Sokolinski - Soko - I’ll kill herPour ceux qui se souviennent du lancement de Kamini, et qui se posaient la question de savoir si le mode coopératif pouvait trouver sa voie dans un monde de distribution musical en crise, voici un nouveau phénomène qui vient confirmer le premier: Soko, alias Stéphanie Sokolinski, une jeune artiste de Bordeaux, qui s’est faite connaître avec le titre ‘I’ll kill her’ sur Myspace. (voir ici l’article de Time Online et en-dessous pour la traduction)

Phénomènes coopératifs: Soko récidive après Kamini

Et il est vrai que quand on entend ce titre, on a immédiatement envie de l’envoyer à ses amis, ce que je fais à ma manière sur ce blog. Bienvenue à un phénomène coopératif.

Très jolie fille, avec une très mauvaise bouche et un esprit encore plus vilain, Soko est une nouvelle chanteuse intransigeante originaire de Paris. C’est un phénomène MySpace (près de 500 000 hits et plus) qui pimente son discours de jurons et insiste sur le fait qu’elle se fiche de savoir si elle est ou non sur les ondes. Mais c’est vrai, c’est un grand moment. Le mois dernier encore, elle était numéro un en rotation sur Radio Danemark. Pas impressionnée ? Essayez de comprendre : elle n’a pas signé, elle a complété moins d’une poignée de chansons, elle n’a jamais fait de promotion et elle a commencé à chanter il y a tout juste six mois. Je n’ai jamais essayé de me « casser », d’être reconnue », dit-elle avec son très adorable accent français. « Je me suis juste mise sur MySpace et les gens ont répondu ».

Sa voix a un côté râpeux et est très féminine, comme Betty Boop sur le carrelage après avoir fumé beaucoup trop de clopes. C’est cette voix et son débit – des phrases fumées et douces – associés à ses paroles mordantes qui ont fait d’elle un tel phénomène. Personne ne s’attend à ce que la chanteuse aux yeux de biche, chantant la perte de son homme au profit d’une autre femme, couronne cette pensée par un refrain de vengeance fulgurante. Tout simplement, « Je vais la tuer, je vais la tuer », se met à parler, le vitriol saupoudré de sucre. La musique est déconcertante par rapport à de telles paroles. Elle gratte légèrement des berceuses acoustiques à la guitare. L’accompagnement dépouillé est souligné par de doux carillons, un tambourin et, parfois, une harmonie flottante.

Elle est l’un des cinq enfants d’une famille d’Europe de l’Est vivant à Bordeaux. Son vrai nom est Stéphanie Sokolinski, mais elle s’appelle Soko depuis qu’elle se souvient. Elle a une formation d’actrice et a tourné dans plusieurs films français, où elle a joué avec des acteurs français célèbres comme Françoise Cluzet. Fidèle à sa personnalité mignonne et dangereuse, elle a déjà joué le rôle d’une jeune femme-fatale dans le passé. Et plus approprié encore, elle a récemment terminé le tournage d’un film où l’apparemment ultra-féminine Soko joue un boxeur de poids. Malgré le succès, elle n’a pas l’ambition de devenir une star. « Je suis grosse, j’ai un gros cul qui ne partira jamais », dit-elle en riant. « Je ne corresponds pas au type parfait d’Hollywood. [Jouer], c’est juste donner ce que l’on peut donner et forger des émotions et je n’ai pas l’impression d’avoir besoin de savoir qui regarde ».

Soko a fait ses débuts dans la musique quand elle a approché des réalisateurs avec son désir de chanter pour le film dans lequel elle jouait. « Ils lui ont demandé si elle avait déjà chanté pour de vrai, et elle a répondu : « J’ai dit sous la douche ». Bien qu’elle n’ait aucune expérience, elle a pris un simple morceau qu’elle avait enregistré sur son portable comme cadeau pour un ami et l’a transformé en démo. C’était la réalisation de quelque chose qui l’avait toujours passionnée. « La première chose que je fais le matin, c’est d’allumer la musique », dit-elle. « Les playlists de mon Ipod sont : « Je suis heureuse », « Je suis triste », « Faisons l’amour », etc. Quand des amis viennent, je leur demande de faire une playlist, et quand ils me manquent, je la joue et je dis « c’est tellement toi » et « c’est tellement elle ».

Soko chante en anglais, parce qu’elle a toujours écouté des chansons anglaises. C’est une décision risquée pour un artiste s’il cherche le succès commercial. La France a des quotas pour les émissions de radio qui exigent qu’une grande partie des chansons soient dans la langue maternelle. Soko s’en moque complètement. « Pourquoi choisir quelque chose qui plaise aux autres ? » demande-t-elle.

Elle vient de rentrer de Cardiff où elle s’est terrée avec le groupe gallois Gorky’s Psychotic Mynci, ses préférés, qu’elle a choisi pour l’aider à produire son premier album. Sans même avoir sorti un album, Soko attire déjà les foules pour des concerts en tête d’affiche, à son grand étonnement. Lors d’un récent concert au Danemark, où plus de 500 personnes ont rempli le spectacle en quatre heures, elle s’est émerveillée du fait que le public ait chanté ses chansons. Quand j’ai commencé à jouer « I’ll Kill Her », le public s’est mis à chanter plus fort que moi. J’ai commencé à pleurer sur scène », raconte-t-elle, choquée et émue par leur réaction. « J’essayais de chanter mais les larmes coulaient sur mon visage. »

C’est désarmant d’imaginer le scénario, cet agneau aux griffes de lion qui se met à pleurer, mais Soko revient rapidement à son personnage de dure à cuire. « Je ne veux pas faire plaisir aux gens. Mon but dans la vie n’est pas d’être à la radio, c’est plus égoïste que ça. C’est juste mon truc, à propos de moi. » Si la musique parle d’elle, certaines questions demeurent. C’est quoi toutes ces menaces de meurtre ? Devrions-nous nous inquiéter ? « Je ne tuerai rien ni personne » assure-t-elle, « mais les araignées, je les déteste. »

Yann Gourvennec
Follow me
Les derniers articles par Yann Gourvennec (tout voir)

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

7 commentaires

  1. Sa io trag la lindic ca e buna tare 😀 manca-o-ar tata

  2. C’est fille est vraiment géniale!
    Elle n’est pas aussi comédiennes ?

  3. vraiment , j’adore . Cette chanson que j’ai decouverte grace à une amie me touche enormement . The dandycowboys est elle aussi vraiment attachante .j’espere que cette chanson que je connais par coeur plait a tout le monde . bye!

Bouton retour en haut de la page