Marketing & Innovation

Marchés à terme : de la nécessité impérieuse d’une juste réforme

Les marchés à terme qui traitent des matières premières, sont au cœur d’un système qui a bien besoin de réforme, dans l’intérêt des producteurs et des consommateurs. Cette année nous avons vu les prix du blé s’envoler. Or, en raison de la structure actuelle des marchés de matières premières, ce sont les intermédiaires qui empochent les bénéfices. Pour mieux comprendre ces mécanismes et comment ils pourraient évoluer, Yann Gourvennec, PDG de Visionary Marketing, a demandé à Noah Healy, fondateur de Coordisc, d’éclairer notre lanterne sur ce sujet. [NDLR Cet article a été rédigé par Mandy Phillips, étudiante américaine, dans le cadre de son stage chez Visionary Marketing durant l’été 2022]

Marchés à terme : de la nécessité impérieuse d’une juste réforme

marchés à terme
En lieu et place des agriculteurs, ce sont les intermédiaires qui récoltent les bénéfices de la structure actuelle du marché des matières premières

Cette année, le prix du blé a connu une forte hausse et il continue de fluctuer. L’inflation et les restrictions d’approvisionnement sont en cause, suite à la crise en Ukraine notamment.

Pourtant, les agriculteurs ne sont pas ceux qui profitent de cette flambée des prix. Ce sont les intermédiaires qui s’enrichissent en raison de la façon dont les marchés à terme liés aux matières premières sont structurés.

Noah Healy, le fondateur de Coordisc, cherche à « disrupter » ce marché de commodités et à proposer une solution plus équitable, nous l’avons interviewé afin de mieux comprendre de quoi il retourne.

Voici le compte-rendu de notre interview que vous retrouverez dans le podcast associé à ce billet.

Les marchés à terme de matières premières

Les marchés à terme de matières premières relient les producteurs aux consommateurs. Un marché de matières premières est généralement un marché virtuel [NDLR C’est-à-dire consultable au travers de places de marchés électroniques] où l’on peut vendre, échanger ou acheter différentes matières premières immédiatement ou à une date ultérieure [d’où le terme de « vente à terme » ou « futures » en anglais].

marchés à terme
Certes, le prix du blé a baissé ces trois dernières semaines. Cependant, un examen plus approfondi des prix au cours des trois dernières années montre une forte augmentation des prix de cette denrée – source

La clientèle principale est constituée de fonds spéculatifs et autres traders. Il s’agit d’un système financier similaire à celui d’un courtier ou d’une banque.

Vous y allez et faites des paris sur ce que vous pensez que les prix vont être dans le futur. S’il existe quelqu’un qui est prêt à faire un pari inverse, alors le système prend ce prix en compte et publie le fait que quelqu’un a parié sur ce prix

Ensuite, un millionième de seconde plus tard, tout recommence avec toutes les personnes qui se sont présentées pendant cette microseconde pour conclure ces accords.

Chaque transaction est assortie d’une date d’expiration. À cette date, tous les paris qui n’ont pas encore été vendus ou retirés sont réglés. Environ 97 % seront liquidés et 3 % livrés, explique Noah.

On parle alors de marché à terme (« futures » en anglais) : un accord pour acheter ou vendre une marchandise spécifique à une date et un prix fixé à une date placée dans le futur.

Cours des matières premières et travailleurs agricoles

Les agriculteurs prennent part au marché des produits de base pour déterminer la valeur qu’ils pourront obtenir pour leurs récoltes.

La plupart des agriculteurs s’endettent et empruntent de l’argent saison après saison. Ils doivent s’assurer que leurs rentrées d’argent seront suffisantes afin qu’après une saison normale, leurs prêts puissent être remboursés.

Si leur historique de crédit est bon, les agriculteurs peuvent continuer à emprunter. C’est ainsi que les agriculteurs sont contraints d’accepter les prix proposés par le marché, et se retrouvent prisonniers du futur.

marchés à terme
Les prix du blé s’envolent et le marché à terme des matières premières doit plus que jamais évoluer selon Noah Healy

La crise ukrainienne fait augmenter les prix du blé

Avec la crise ukrainienne, des champs ont été détruits et la Russie pourrait rester sous sanctions. Il semble y avoir une « contraction durable de l’offre » explique Noah.

D’autres régions du monde devraient pouvoir augmenter leur production pour compenser la perte de blé en Ukraine. Toutefois, comme les revenus des agriculteurs ont été fixés par contrat, ceux-ci ne sont pas sensibles aux augmentations de prix.

Les augmentations de prix n’affectent pas les travailleurs agricoles, car ils ont par avance accepté un prix spécifique. Les intermédiaires qui parient en face des agriculteurs récolteront les bénéfices

À noter toutefois que la Russie a récemment conclu un accord avec l’Ukraine pour permettre l’exportation de céréales. En raison de la guerre, l’approvisionnement était resté bloqué jusqu’ici dans les ports de la mer Noire.

La Russie autorisera l’Ukraine à exporter 22 millions de tonnes de céréales et d’autres produits agricoles. Il est impossible de savoir comment l’accord affectera les prix du blé ni si la Russie pourra    revenir sur cet accord à l’avenir.

[NDLR La tendance de long terme est visible ci-dessus, c’est sur ces chiffres qu’il faut se baser et non sur des fluctuations à court terme]

Qui tire les marrons du feu ?

Ce sont les personnes qui parient contre vous qui en profitent le plus, explique Noah :

Vous avez fait le pari de vendre à un prix donné dans le futur. Quelqu’un a la contrepartie de ce pari. Si le prix devait baisser entre maintenant et le futur, cette personne accuserait une perte, car ce prix est bloqué à votre avantage. Si le prix augmente entre aujourd’hui et le futur, elle réalise au contraire un gain, car c’est elle qui a le prix le plus favorable

C’est un peu comme un jeu d’argent et tout le monde ne peut pas toujours gagner.

Ceux qui parient en face de vous sont suffisamment riches pour prendre ces risques. Certains paris sont payants, d’autres non. Dans l’ensemble, les paris seront très probablement payants

Ils n’encourent pas non plus autant de coûts que les agriculteurs. Et enfin, ces personnes (ou sociétés) sont indispensables au fonctionnement de ce marché à terme.

La structure actuelle du marché disparaîtrait si un changement institutionnel ou systémique intervenait. S’ils commençaient à perdre de l’argent, l’intervention des États couvrirait leurs pertes et les maintiendrait à flot.

Des marchés à terme de matières premières plus équitables ?

Noah Healy veut réinventer ce type de marché en permettant aux producteurs et aux consommateurs de négocier directement entre eux. Il s’appuiera ensuite sur la communication informatique pour créer une messagerie universelle et un traitement par lots. Cela passe par…

La création de grands groupes d’acheteurs et de vendeurs qui peuvent s’entendre sur un prix commun. Ce prix peut être plus bas que le prix commun qui émerge du modèle existant

Les intermédiaires ne voudront pas que le nouveau système les contourne. Quoiqu’il en soit, un changement doit être mis en place de manière volontariste.

Noah compare métaphoriquement le marché à un gâteau. Chaque intermédiaire détient une part de ce gâteau et ils ont tendance à prendre des portions plus grosses pour s’arroger collectivement une grande part du gâteau.

Il n’y a pas véritablement de connivence entre ces intermédiaires qui ne forment pas un « bloc » homogène. Ils sont au contraire enconcurrence les uns avec les autres.

Le mécanisme imaginé par Noah offre aux intermédiaires l’opportunité de sortir du jeu et de s’établir comme opérateur.

Plus ils le font tôt , plus ils peuvent prendre une part significative. Chaque part sera plus grande que ce qui aurait été possible avec le marché d’origine, mais la taille totale du nouveau marché sera aussi plus petite.

La deuxième phase de son dispositif consiste à modifier le mécanisme de mesure et de récompense du marché.

On peut créer un marché où les rendements sont, mettons, dix fois ce que les rendements attendus étaient auparavant en rendant beaucoup moins onéreux l’investissement sur le marché

La première personne qui se détourne de l’ancien marché peut obtenir ainsi un revenu beaucoup plus élevé qu’auparavant. Ceux qui jouent le jeu peuvent participer et reproduire leur ancien revenu. Cependant, ils investissent moins ou reçoivent une plus petite part tout en obtenant un taux de rendement beaucoup plus élevé.

Noah travaille à la mise en place de ce nouveau système, que ce soit aux États-Unis, en Afrique du Sud ou à Singapour. Il y a de l’espoir pour l’avenir, mais il n’est pas encore capable de nous dire quand un changement significatif pourra être visible.

Mandy Phillips

Comments

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Marketing and Innovation

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading