Une étude pour faire le point sur l’e-réputation des entreprises en 2020

Avec cette étude, AlterBuzz et Visionary Marketing ont uni leurs forces afin de mesurer la perception de l’e-réputation dans les entreprises françaises en 2020 (hors agences). Il en résulte un panorama riche et large, analysable sous plusieurs dimensions (tailles des entreprises, secteurs, B2B et B2C, et métiers des interviewés) qui nous a permis de dresser précisément un état des lieux de cette discipline. Cette analyse a été enrichie de points de vue d’experts recueillis lors de trois focus groups. Nous avons organisé un Webinaire le 29 juin 2020 live sur Facebook et sur Zoom (replay en fin d’article) afin de restituer les résultats et de lancer le débat avec quelques uns des experts qui se sont exprimés dans le rapport.  Et en prime dans ce billet, une infographie qui permet de comprendre les résultats de l’étude en un clin d’oeil. 

Une grande étude sur l’e-réputation des entreprises en France en 2020

e-réputation des entreprises françaises en 2020 : une étude Visionary Marketing et Alterbuzz
e-réputation des entreprises françaises en 2020 : une étude Visionary Marketing et Alterbuzz

Le sujet de l’e-réputation n’est pas si bien documenté que cela. Il y a bien des études sur les consommateurs, mais du côté des entreprises, la vision reste assez floue. Il nous a donc semblé intéressant, et important, de lancer cette étude en début 2020, et de la compléter par des points de vue d’experts, afin d’en affiner les résultats et d’apporter des nuances quand aux résultats obtenus.

Le travail a été intense pour mener cette étude à bien. A la fois sur l’administration du questionnaire (voir les précisions ci-après) et aussi sur son analyse. D’où un rapport fouillé, de près de 50 pages.

étude sur l'e-réputation des entreprises françaises en 2020
pour télécharger notre étude sur l’e-réputation des entreprises françaises en 2020 : http://goodbuzz.fr ou http://badbuzz.fr

Télécharger le dossier d’étude complet (et même les tableaux de chiffres détaillés) : étude e-réputation

Les résultats en 3 minutes top chrono !

résultats de notre étude e-réputation 2020 : cliquer pour agrandir
résultats de notre étude e-réputation 2020 : cliquer pour agrandir

L’e-réputation, un concept bien compris au sein de l’entreprise

• La notion d’e-réputation est parfaitement assimilée au sein des entreprises : 88% des répondants savent précisément ce dont il s’agit.

• 70% des personnes interrogées pensent que leur entreprise surveille son e-réputation. Assez logiquement, plus l’entreprise est grande, plus le chiffre est élevé.

• Si 36% des répondants reçoivent des informations de mise à jour de l’ «e-réputation» sur leur entreprise via les canaux internes (équipe web, management, etc.), près de 30% s’en chargent personnellement en naviguant sur le Web. Et 7% disposent d’un outil pour mesurer l’e-réputation de leur entreprise. Mais 11% des personnes interrogées ne reçoivent pas d’information à ce sujet.

• Les réseaux sociaux sont considérés comme les premiers vecteurs de l’e-réputation, avec Facebook en pole-position chez les répondants B2C, et LinkedIn chez le B2B. La « 1ère page de Google » se place juste après. Suivent les blogs et sites spécialisés, les médias en ligne, YouTube, les forums, les sites d’évaluation.

La qualité de l’e-réputation de son entreprise : un optimisme surévalué ?

• 85% déclarent que l’e-réputation de l’entreprise est un sujet « très important » et « important ».

• 73% des répondants estiment que l’e-réputation a un impact (favorable à très favorable) sur la bonne marche de leur entreprise.

• 87% des répondants perçoivent la qualité de l’e-réputation de leur entreprise « plutôt bonne » et « très bonne ».

• 75% des répondants pensent que les avis et commentaires publiés sur leur entreprise sont « plutôt positifs » ou « très positifs ». Seulement 5% de l’échantillon estiment qu’ils sont « plutôt négatifs », et 17% neutres.

Entreprises et crise d’e-réputation : 35% ne sont pas prêtes

• Qu’il s’agisse de prévention e-réputation ou de gestion de crise, un peu plus de la moitié des répondants (53-55%) estiment que leur entreprise s’est organisée sur ce sujet, en interne et/ou en externe. Environ 10% des répondants déclarent ne pas savoir.

• Mais pour plus du tiers des répondants (35-36%), leur entreprise n’est pas prête.

Cette étude sur l’e-réputation a été menée en deux parties

  • D’une part au fil de l’eau, au travers de nos réseaux avec une légère inflexion sur les professions du marketing et la communication, ce qui permettra, au cours de ce rapport, d’étudier la perception de cette population particulière, mais ô combien pertinente et intéressante au vu du sujet.
  • D’autre part, au travers d’un panel recruté professionnellement qui nous a permis de corriger l’échantillon et de générer un sous-échantillon plus représentatif des chefs d’entreprise, des cadres dirigeants et des fondateurs d’entreprises. 

La répartition de l’échantillon en divers sous-ensembles nous a permis ainsi de réaliser des tris croisés, qui ont été appliqués sur toutes les questions, de façon à permettre toutes les analyses possibles avec toutes les nuances que nous y apporterons au fur et à mesure.

Les objectifs de l’étude étaient au nombre de trois :

  • Objectif 1  : les  répondants  connaissent-ils  leur e-réputation  ?
  • Objectif 2  : ont-ils  conscience de  l’impact  sur  l’activité  de cette  e-réputation  ? ;
  • Objectif 3 : que font-ils pour y remédier  (au cas où elle serait  mauvaise)  ? Et avec  qui ?

Au travers de cette étude, réalisée sur un grand nombre de répondants  B2B, nous avons pu nous rendre mieux compte de l’état de l’e-réputation dans les entreprises françaises et en déduire des points d’action, au travers des réponses, mais aussi des non-réponses à certaines questions, parfois aussi parlantes que les réponses elles-mêmes.

À ces objectifs correspondaient aussi les hypothèses de travail suivantes :  

  • Hypothèse 1 : notre première hypothèse de travail était que les répondants ne connaissent pas forcément précisément l’état de leur e-réputation, en tout cas pour les plus hauts dirigeants ;
  • Hypothèse 2 : la deuxième de ces hypothèses de travail était que nos cibles n’étaient pas forcément conscientes de l’importance de l’e-réputation pour leur entreprise ;
  • Hypothèse 3 : Enfin, notre dernière hypothèse était que, quand ils font face à une crise, ils croient que «  ça va se tasser  ».
webinaire sur l'etude e-réputation 2020
inscrivez-vous sur vismktg.info/live2906

Trois focus groups avec des experts et analystes

Le questionnaire a donc été conçu en fonction de ces objectifs et de ces hypothèses. L’ordre des questions a suivi celui des objectifs sus-cités.

Nous avons ensuite complété notre étude par trois focus groups réalisés avec des experts du domaine, afin de les faire réagir sur la première analyse à chaud et à plat des résultats de l’étude.

Une infographie pour tout comprendre de notre étude sur l’e-réputation des entreprises en 2020 en un seul coup d’oeil !

Webinaire du 29 juin 2020 live sur Facebook et sur Zoom : restitution des résultats et débat avec quelques uns des experts qui se sont exprimés dans le rapport

 

Yann Gourvennec
Follow me

One thought on “Une étude pour faire le point sur l’e-réputation des entreprises en 2020

Comments