e-business / e-commerce

Cocote, la place de marché pour le commerce local

L’idée d’une marketplace de shopping local peut sembler un oxymore, quand les plus grandes des places de marché connues comme Amazon, sans même parler de Temu ou Shein, n’ont que faire des commerces de proximité. C’est justement le pari d’Olivier Decan, qui a lancé Cocote (avec un seul « t »), une plate-forme intégrée et propriétaire d’e-commerce dédiée aux commerçants de proximité. Ouverte au public depuis 2023, elle a déjà attiré près de 5 000 marchands et un nombre conséquent de consommateurs. Tout ceci constitue l’amorçage de la plate-forme et Cocote a décidé de lancer une campagne de crowdfunding qui a déjà réuni près de 350 000 € afin de financer son développement. Visionary Marketing a interviewé Olivier Decan afin d’en savoir plus. 

Cocote, la marketplace pour le shopping local

Nous avons demandé à Midjourney de nous inventer une marketplace de shopping local en nous basant sur le logo de Cocote, et le résultat est assez convaincant, même si le logo (voir ci-dessous) est un peu stylisé.
Nous avons demandé à Midjourney de nous inventer une marketplace de shopping local en nous basant sur le logo de Cocote, et le résultat est assez convaincant, même si le logo (voir ci-dessous) est un peu stylisé.

Pourquoi avoir créé Cocote, la marketplace de shopping local ?

Olivier Decan. La plupart des places de marché se focalisent sur les prix. Pour développer la nôtre, nous avons pris en compte d’autres critères, tout aussi importants, dans notre réflexion.

Parmi ces autres critères, on trouve au premier chef le principe de proximité, l’achat local, la responsabilité. Nous nous sommes donc orientés vers des produits écolabellisés, des produits en direct des producteurs, etc.

À cela, il faut ajouter les avis, le délai de collecte, car plus on est local, plus la collecte est rapide. Nous avons aussi exclu de la plate-forme le « drop shipping », afin de préserver l’offre.

Quand on met tous ces critères-là sur un graphique en radar, cela vous donne un dessin qui ressemble à une cocotte en papier. Cocote (avec un seul « t ») sonne bien pour la France et ouvre des possibilités de gamification. C’est pour cela que nous avons retenu ce nom.

marketplace commerce local
Et voici le vrai logo de Cocote la marketplace de shopping local d’Oivier Decan

Combien de marchands sur votre plate-forme ?

OD. Nous avons 4 800 marchands inscrits pour à peu près 1 000 actifs. Le décalage entre les deux est assez important, car l’étape d’onboarding est un peu fastidieuse. Cela s’explique par les nécessaires vérifications de documents, de conformité. Cette étape passe également par une création de catalogues. Nous avons essayé de la rendre la plus simple possible, mais cela prend un peu de temps, ce qui nous amène à un taux de transformation d’environ 20 %.

Qu’est-ce qui vous a amené à créer cette plate-forme en 2019 ?

OD. Cette plate-forme a demandé plus de trois ans de développement. Nous l’avons développée sur mesure, ce qui nous permet de personnaliser notre offre intégralement. Cela permet également de faire baisser les coûts ce qui est un avantage pour les marchands et les clients, car cette place de marché est véritablement compétitive. Notre commission est juste de l’ordre de 5 à 9 % selon les cas.

Nous nous sommes lancés commercialement en 2023, nous sommes d’ailleurs toujours en version bêta, vous le verrez clairement indiqué sur le logo. Le logiciel continue à évoluer et des développements sont en cours.

L’idée de base qui a poussé à la création de cette plate-forme, c’est qu’acheter des produits en ligne qui vont faire des centaines, voire des milliers de kilomètres alors qu’on pourrait les trouver dans un commerce de proximité n’a aucun sens.

Par ailleurs, ce qu’il manque à mon avis aux commerces de proximité c’est la digitalisation. Il existe des points de vente autour de nous que nous ne connaissons pas forcément, on ne sait pas quel est l’état de leurs stocks, ni les produits qu’ils vendent, ni leurs horaires d’ouverture pour récupérer un colis ou acheter sur place.

La digitalisation répond à toutes ces questions. Notre but est de devenir une alternative aux places de marché comme Amazon, Cdiscount ou Fnac.

Une autre vision du commerce de proximité sous les auspices de Cocote, dont Midjourney nous a fourni ici une autre version stylisée.
Une autre vision du commerce de proximité sous les auspices de Cocote, dont Midjourney nous a fourni ici une autre version stylisée.

Tout n’a donc pas été digitalisé à la suite du Covid ?

OD. D’une part, il faut que le marchand en ait envie, et ensuite, cela prend du temps. Il faut prendre des photos, réaliser l’inventaire de ses produits, gérer le stock et réaliser la maintenance. C’est là l’intérêt de Cocote quand vous êtes un commerçant et que vous voulez vendre vos produits en ligne. Développer un site e-commerce et le maintenir réclame des efforts, des fonds et surtout beaucoup de compétences. Nous avons ces compétences techniques et marketing.

Car réaliser un site e-commerce c’est bien, mais le faire connaître, c’est beaucoup mieux. Il faut travailler le référencement, c’est une démarche assez lourde. D’où l’intérêt de passer par une plate-forme qui simplifie ce travail. Une marketplace vous apporte du trafic et vous offre un outil d’e-commerce complet.

Si Cocote avait été disponible à l’époque du Covid, je pense qu’on aurait eu un succès encore plus important

Comment sélectionner des produits français, alors que l’origine n’est pas toujours facile à établir ?

OD. Le problème de la mention « made in France », c’est que c’est la dernière opération qui effectivement détermine le label. Ainsi vous achetez un produit dont vous pensez qu’il est fabriqué en France et finalement, il ne l’est pas.

Nous restons ouverts à tous les produits. Toutefois, nous favorisons dans Cocote les produits qui nous semblent plus responsables. En faisant la différence entre les marchands qui sont revendeurs et ceux qui sont producteurs, d’une part. D’autre part en distinguant les produits clairement labellisés. Le marchand peut ainsi déclarer leur label bio, ou made in France ou Origine France Garantie. Ce dernier est la seule véritable garantie d’un produit intégralement fabriqué en France.

En fonction de ces labels, nous donnons une note. Si le produit est plus local, plus responsable, nous prenons cela en compte dans ce que nous appelons l’écoscore. Nous l’avons créé il y a bien longtemps maintenant et celui-ci est pris en compte dans l’algorithme de recherche. Ceci veut dire qu’un produit est mis en avant s’il est plus local et plus responsable par rapport à d’autres.

Dans ce cas aussi, le cashback sera plus important. Nous avons créé ce que nous appelons le Green Cashback qui récompense leur responsabilité des acheteurs lorsqu’ils font un choix responsable. C’est un système basé sur la récompense, que ce soit pour les marchands ou les consommateurs.

Combien y a-t-il de consommateurs sur la plate-forme ?

OD. Nous avons 7 à 8 000 utilisateurs, dont environ 2 500 acheteurs actifs (qui passent des commandes). C’est encore une petite communauté.

Nous désirons favoriser le bouche-à-oreille. Si les marchands trouvent leur intérêt sur Cocote, ils vont recommander le site à d’autres marchands. Les utilisateurs peuvent également parrainer d’autres utilisateurs, recommander des marchands et être rémunérés pour cela, car nous avons aussi mis en place un système de parrainage et d’affiliation.

C’est un système gagnant-gagnant et cela permet de faire progresser la communauté.

Et vous faites appel aux dons sur la plate-forme We Do Good.

OD. Nous avons déjà levé 347 000 euros environ, sur un objectif de 400 000, nous y sommes presque.

La particularité de We Do Good ce sont les royalties. C’est-à-dire que nous allons verser un pourcentage de notre chiffre d’affaires sur les sept prochaines années aux donateurs.

La page d'accueil de la marketplace de shopping local
La page d’accueil de Cocote, la marketplace de shopping local

Plus Cocote va fonctionner, plus nous allons reverser de royalties à nos investisseurs. À l’inverse, si l’activité est moins bonne, nous allons reverser moins. Mais cela reste moins risqué que les types de financement plus classiques [cliquer ici pour accéder à la page des dons sur We Do Good].

Alors quels sont vos projets pour cette plate-forme de shopping local  ?

OD. Notre croissance est de plus de 200 % sur le début 2024, donc il nous faut accélérer, et pour cela il faut développer notre marketing. C’est ce que le crowdfunding va nous permettre de faire. Faire grossir la communauté, développer l’affiliation…

Ensuite, une place de marché comme celle-là demande toujours de nouveaux développements techniques. Nous avons plein de fonctionnalités à créer autour de la logistique pour les marchands, les points relais, les partenariats avec des acteurs de la livraison.

Par ailleurs, pour l’espace marchand, nous avons beaucoup de plans visant à simplifier la vie des commerçants afin de mieux synchroniser et intégrer leurs offres.

50 à 60 % des sommes versées iront au marketing et 40 % au développement.

Yann Gourvennec
Follow me

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

Comments

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Marketing and Innovation

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading