A la uneIA et Big Data

Nous vivons dans une bulle de l’IA !

Nous vivons dans une bulle de l’IA. Ce n’est pas moi qui le dis mais Thomas Gerbaud. Thomas, qui entretemps a rejoint notre collectif 100 % humain, a attiré mon attention avec un article intitulé la bulle de l’IA. Voilà un expert de l’intelligence artificielle et des big data qui ne mâche pas ses mots. Je lui ai donc demandé de me raconter l’IA, son passé, son présent et son futur et répondre à la question que je me pose : vais-je, ou plutôt mon job, va-t-il disparaître du fait de l’IA ?

La bulle l’IA dans laquelle nous vivons

Bulle d'IA
Vous vous demandiez à quoi ressemblait une bulle d’IA, Midjourney vous l’a représentée ici — note, les illustrations ont toutes été produites avec ce programme.

Anatomie d’une bulle de l’IA

La bonne nouvelle c’est que tu ne vas pas disparaître, en tout cas pas tout de suite. ChatGPT est très contagieux et il est absolument bluffant. Je suis plutôt d’un naturel taquin, mais là je reconnais que c’est vraiment extraordinaire. Il y a un effet waouh, mais c’est franchement hallucinant (c’est le cas de le dire) cette capacité à raconter n’importe quoi avec un aplomb absolu, en faisant de belles phrases.

ChatGPT, comment ça marche ?

ChatGPT a tellement amassé de textes que globalement, il a cette capacité à assembler des mots, des phrases et de nous donner l’impression qu’on est en train de lire un truc qui a du sens, qui a été écrit par une intelligence. Mais la bonne nouvelle, c’est que ces machines ne comprennent absolument rien et qu’il n’y a pas un poil de concept derrière. Ni réflexion ni modélisation.

Donc c’est une machine, un algorithme qui va enfiler des perles avec des phrases qui ressemblent à des textes que la machine a déjà lus. C’est pour cela qu’il n’y a pas beaucoup de soucis à se faire, en général.

Il n’y a pas beaucoup de soucis à se faire, en général

Par contre, pour les publireportages et la génération de contenus par et pour les machines alors là, il y a un vrai problème. Et cette classe d’emplois dont la mission consiste à nourrir le moteur de recherche de Google, par exemple, est nettement à risque.

Anatomie d'une bulle de l'IA
Anatomie d’une bulle de l’IA – un texte à télécharger sur le site de Thomas

90 % des métiers vont-ils disparaître, comme on le voit écrit souvent dans LinkedIn ?

C’est clairement faux. Ce sont des mots pour faire peur. Ces programmes intelligents ne sont pas vraiment intelligents. Cela reste des perroquets stochastiques.

Bulle de l'IA
Bulle de l’IA : ChatGPT est un perroquet stochastique (ivre, qui plus est)

Stochastique, cela veut dire aléatoire. C’est un programme qui va prendre des mots et qui va prédire le mot suivant en regardant les mots d’avant. Il part du contexte, qui peut aller jusqu’à 2000 mots, et il va prédire les mots suivants uniquement d’un point de vue statistique. Son critère, c’est que les mots qui suivent vont bien avec les mots précédents.

Anatomie d’une bulle de l’IA

Ce qui manque là-dedans, c’est la conceptualisation. L’intelligence humaine, c’est le fait de se représenter le monde, d’avoir un modèle, d’avoir du sens commun. Ces algorithmes n’ont pas de représentation du monde, ils ne savent pas ce qui se passe. Il y a des gens qui se sont amusés à faire jouer ChatGPT aux échecs et la machine a fait n’importe quoi.

bulle de l'IA

Il ne comprend pas le jeu. C’est intéressant, car il est possible de faire des IA faibles qui réalisent des tâches très précises comme jouer aux échecs, et maintenant on ne peut plus battre une machine aux échecs. Au GO, c’est pareil. Mais il n’y a pas d’algorithme qui fasse tout en même temps, même si ChatGPT passe pour un petit génie. Ce n’est pas possible.

Pour aller plus loin, regarder la vidéo de David Louapre sur sa chaîne YouTube

L’intelligence humaine, c’est le fait de se représenter le monde, d’avoir un modèle, d’avoir du sens commun

Alors qu’un humain, avec toute sa faiblesse, toute sa lenteur, avec nos cerveaux minutieux, nous réussissons à faire tout ça. On ne joue pas forcément bien, mais on réussit à tout faire. Et cette intelligence générale n’est même pas un projet, on ne sait pas comment y aller.

Nous avons tendance, en tant qu’humains, à projeter beaucoup de choses sur les machines. Et ce bot parle tellement bien qu’on a l’impression d’avoir un consultant en costard cravate qui raconte une salade à un taux horaire très élevé. Cela a un nom, c’est l’effet Eliza.

L’effet Eliza et la première bulle de l’IA

En 1964, Joseh Weizenbaum — professeur au MIT — a créé Eliza, un chatbot destiné à montrer la superficialité de la conversation humaine avec les chatbots.

Avec Eliza, on avait l’impression de parler à un humain et donc, évidemment, c’était faux. On voit cet effet fonctionner à fond avec ChatGPT. Comme il a le contexte, et est capable de rebondir et donne l’illusion de comprendre ce que l’on dit, c’est comme si c’était un humain qui me parlait. Et donc on va dire « lui » ou « elle ». Mais il n’est pas intelligent, tout cela est complètement fabriqué.

La singularité n’arrivera donc jamais. Pourtant le dicton indique qu’il ne faut jamais dire jamais

Je pense qu’on n’y arrivera pas maintenant. Je lisais beaucoup de science-fiction quand j’étais gamin au siècle dernier, et on y trouvait beaucoup de robots intelligents, d’ordinateurs intelligents.

Dans ces livres, les humains n’avaient pas beaucoup de chances de s’en sortir, mais à la fin, ils y arrivaient quand-même. J’ai du mal à comprendre comment on peut sérieusement projeter cet imaginaire dans le monde réel. Tout le monde a vu 2001 Odyssée de l’espace qui a été réalisé dans les années 60.

bulle de l'IA

C’était en plein dans l’âge d’or de l’IA. Hal y représente exactement ce que l’on pensait à l’époque. On imaginait que ça allait se passer comme dans le film (ou le livre d’Arthur C.Clarke). Eh bien ça n’est pas arrivé et ça n’arrivera probablement pas, en tout cas pas maintenant.

Pourquoi ? Parce qu’en fait, on ne sait pas comment faire, comment modéliser l’intelligence. La recherche est sur des réseaux de neurones, des statistiques, pas sur la conceptualisation du raisonnement, du sens commun. Il nous manque un truc.

Sait-on même ce qu’est l’intelligence chez les humains ?

D’ailleurs, est-ce qu’on sait bien ce que c’est l’intelligence chez un humain ? C’est compliqué. Ils sont en train d’essayer de construire un système qui nous ressemble uniquement avec des statistiques. En math, cette méthode ne fonctionne pas. Quand tu essaies de penser un système dans le système, tu restes dans le système. Pour moi, cela reste du fantasme, c’est très romantique.

Un peu dystopique aussi ?

Elon Musk va sauver le monde, ou Google et Facebook travaille pour le bien commun… Il y a tout un discours sur la technologie et ces géants de l’Internet se sont mis sur l’IA pour se donner une bonne image. Donc ils te font un peu peur en te disant « regarde, tu vois, tu vas disparaître, mais nous faisons les choses correctement et d’ailleurs on propose à un arrêt pendant six mois ». Tout cela c’est de la communication.

En donnant plus de données à ChatGPT, sera-t-il plus « intelligent » comme on l’entend souvent ?

Ma petite fille aime bien les bonbons, mais on ne peut pas manger que cela. Les machines c’est pareil, il leur faut un régime équilibré. Si on part du principe que le sucre, ce sont les données qu’on donne en entrée à la machine, cela ne suffira pas à refaire une machine équilibrée, il faut lui amener autre chose.

 L’intelligence, c’est ce qu’on fait quand on ne sait pas
Jean Piaget

Il faut lui apporter une forme d’intelligence conceptuelle, du bon sens, tout ce qui est différent de la connaissance. La connaissance, la machine va l’avoir. Elle va lire tous les livres que tu veux, mais elle ne va pas les comprendre. Il y a une définition que j’aime bien de l’intelligence « l’intelligence, c’est ce qu’on fait quand on ne sait pas ». La machine, elle, connaît énormément de choses, mais dès qu’on sort de son domaine, elle ne sait plus. Donc cette machine n’est pas vraiment intelligente.

 

Yann Gourvennec
Follow me
Les derniers articles par Yann Gourvennec (tout voir)

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

Comments

Bouton retour en haut de la page