Marché Indien : un géant économique s’est déjà éveillé

Le marché indien est un géant que nous ignorons et c’est une grave erreur. Non seulement l’Inde est en passe de dépasser la Chine en nombre d’habitants, mais elle est également en plein essor économique. En 2020 nous avions publié un article sur l’Afrique, son réveil et notamment son avenir en terme de future nation technologique, il est temps désormais de nous intéresser à l’Inde du fait de la taille de ce marché d’une part, mais aussi car, par certains côtés, il est plus accessible que la Chine pour les européens, et notamment les  Français, d’autant plus que nous y avons encore une bonne image. Je me suis entretenu à ce sujet avec Claude Bénard, directeur des ventes de la société Access IndiaReps qui fait partie de la dizaine d’opérateurs français qui proposent des bureaux de représentation commerciale et marketing aux entreprises françaises de taille intermédiaire dans le secteur du tourisme.

Marché Indien : un géant économique s’est déjà éveillé

Le marché Indien : futur géant
Alors que toutes les attentions se focalisent sur la Chine, le marché indien est un incroyable réservoir d’opportunité pour l’Europe. L’Inde est maintenant passée devant la Chine en termes de croissance du PIB : + 10 % de croissance du PIB indien en 2022, contre 5 à 6 % pour la Chine.

L’Inde est Désormais passée devant la Chine en termes de croissance du PIB : + 10 % de croissance du PIB indien en 2022, contre 5 à 6 % pour la Chine. La population indienne pourrait bien également bientôt dépasser la Chine, avec une population naturellement plus jeune. La Chine est en effet confrontée depuis plusieurs dizaines d’années au vieillissement de sa population, c’est leur gros problème de fond.

Des patrons emblématiques indiens un peu partout, et notamment dans la tech

De nombreux patrons de la tech sont indiens ou d’origine indienne. C’est le cas chez Alphabet, Microsoft, Yahoo, Adobe, MasterCard, IBM. Et il n’y a pas que les patrons, de nombreux ingénieurs qui sont dans ces sociétés, ou dans d’autres, sont indiens.

De grandes sociétés comme Capgemini ou Atos ont également près de la moitié de leurs employés en Inde.

Un grand réservoir de compétences, un pays gigantesque et un marché indien fort prometteur

Il y a en Inde plus de 700 millions d’utilisateurs d’Internet, et plus de 450 millions d’utilisateurs mensuels de WhatsApp.

Le plus gros marché de WhatsApp est l’Inde. Pour faire du business en Inde on est obligé d’avoir WhatsApp.

L’internet y est ouvert, contrairement à la Chine. Par contre, il y a des challenges en Inde autour de l’infrastructure, notamment routière et électrique.

Ce n’est pas encore parfait dans ces domaines, mais ça avance vite, précise Claude. Il y a beaucoup d’a priori sur l’Inde, mais dans certains endroits on se croirait à la Défense puissance 10. L’Inde bouge très vite et, à la taille d’un pays immense, cela entraîne un impact qu’on ne peut pas imaginer en France.

Attaquer un marché comme l’Inde prend du temps

On ne peut pas tout faire en même temps, il faut bien se poser sur la stratégie, explique Claude. Comme dans tout grand pays, il fat se préparer à ce qu’il se passe 2 à 3 ans avant d’avoir des retours. Vouloir des retours à court terme, c’est comme vouloir faire du bon vin, planter sa vigne aujourd’hui et vouloir boire son vin dans un mois, c’est absolument impossible.

C’est beaucoup d’efforts. Il faut un bon plan d’action, mais ça marche parce que le marché est colossal.

Généralement, les entreprises s’installent à Delhi ou à Mumbai, les plus grosses mégapoles indiennes. Et ensuite, selon leur business, elles vont rapidement dans d’autres grosses villes indiennes.

Une grosse ville Indienne c’est plusieurs millions d’habitants. Une ville moyenne indienne c’est la taille de l’Ile-de-France.

L’Inde est le plus gros marché de Facebook dans le monde. Ils n’ont pas pu s’implanter en Chine, donc l’Inde est le seul gros marché où ils peuvent avoir un volume important de business, mais aussi faire des tests, souligne Claude. A la taille de l’Inde, combien l’Indien parle parfaitement anglais, mais beaucoup.

Amazon s’est lancé en Inde avec des investissements colossaux depuis déjà une dizaine d’années. Leur challenge était la logistique : comment livrer une petite boîte au fin fond de la campagne indienne. Ils ont surmonté ce problème de logistique avec des réseaux de petits taxis locaux.

Une petite appli qui trouve son marché en Inde, c’est tout de suite des centaines de millions d’utilisateurs

L’Inde est un marché très intéressant pour le secteur de la tech. En plus d’être un marché de business de développement en raison du grand nombre d’indiens qui parlent anglais, l’Inde est aussi un pays idéal pour tester des applications.

Des centaines de millions d’Indiens ont un smartphone, et l’Inde est sans doute un des pays les moins chers du monde pour le transport des datas.

Si on arrive à faire tourner une application en anglais en Inde, plus éventuellement en hindi qui est la principale langue indienne, cela peut ensuite se dupliquer dans le monde entier car tous les premiers tests ont pu être réalisés sur un marché compliqué, mais où on a déjà gagné de l’argent.

Peut-on imaginer qu’un jour l’Inde supplante la Chine ?

L’Asie est le poumon économique mondial, avec deux immenses pays, l’Inde et la Chine. Ne mettons pas tous les oeufs dans le même panier, souligne Claude. Il ne faut pas passer à côté de ce qui se passe en Inde, où ça va très vite et dans le bon sens, alors qu’en Chine, ça va plutôt moins vite et dans le mauvais sens.

On parle potentiellement de sociétés françaises plus ou moins grosses qui voudraient faire quelque chose en Inde. Les français et la France ont une super image, on est bien positionné dans l’esprit des Indiens, qui nous aiment bien.

Claude Bénard précise également, pour la cible PME, PMI ou entrepreneurs investisseurs, que Francisque Lebrunie gère un fonds d’investissement à Pondichery, qui pour le moment investit dans des start-ups indiennes dans le SaaS, la greentech et la fintech, mais qui aidera aussi à terme des entreprises françaises à s’implanter en Inde.

 

Yann Gourvennec
Follow me

Comments