Usage du numérique : soyez vigilants sans crier au « crétin digital »

L’usage du numérique a été nettement orienté à la hausse du fait de la crise du Coronavirus.  Et les pratiques digitales se sont développées, pour le meilleur et pour le pire, même s’il y a débat sur le sujet. Le moment est donc idéal pour revenir sur une interview réalisée avec  Deborah Elalouf, fondatrice de TRALALERE en début d’année, où nous avons évoqué le Safer Internet Day, la journée mondiale dédiée à la célébration et la promotion de comportements en ligne plus responsables, auprès des jeunes, de leurs parents et de la communauté éducative au sens large. 

Usage du numérique en famille : ne laissez pas l’écran s’interposer entre vous et votre enfant

Usage du numérique en famille : ne laissez pas l'écran s'interposer entre vous et votre enfant
La période du confinement a été redoutable pour le temps passé derrière les écrans. Les conseils de Deborah Elalouf sont cependant clairs : il ne faut pas se laisser envahir par les écrans. Et c’est une pro qui vous le dit.

J’ai hésité à publier cette interview alors que le monde entier vibrait à l’idée de la découverte de Zoom, mais maintenant que nous revenons, on l’espère, à la raison, l’occasion est rêvée pour partager avec vous les conseils éclairés de Deborah aux familles.

usage du numérique
Augmentation de l’usage du numérique pendant la crise du Covid en avril 2020. Cliquer pour agrandir (source Wearesocial & Hootsuite – avril 2020)

Ces recommandations leur seront utiles dans ce « monde d’après », pour utiliser l’expression consacrée, et faire en sorte que les mauvaises pratiques d’hier, et leurs effets regrettables, ne se développent pas. Des conseils d’autant plus précieux lorsqu’ils émanent d’une experte en digital, qui ne peut être soupçonnée de frilosité vis à vis des outils numérique.

Le Safer Internet Day pour promouvoir les bons usages du numérique

usage du numérique
Le Safer Internet Day est « un rendez-vous mondial annuel qui a eu lieu le 11 février 2020 et qui s’est déployé pendant tout le mois pour promouvoir un Internet meilleur auprès des jeunes, leurs parents et la communauté éducative ».

Prévenir les risques d’usage du numérique qui existent pour les petits comme pour les grands, et promouvoir un usage du numérique dans un cadre de confiance

L’objectif du Safer Internet Day est de promouvoir des bons usages du numérique, et cela concerne aussi bien les jeunes que les adultes qui les accompagnent.

« Stigmatiser d’abord les jeunes est une erreur, et il faut commencer par se poser des questions sur nos propres pratiques du numérique » souligne Deborah.

Contre la diabolisation du numérique

TRALALERE milite contre la diabolisation du numérique, et considère que la peur et le registre du « on va tous devenir des crétins numériques » [NDLR ceci est un clin d’oeil au livre de Desmurget « La fabrique du crétin digital« ] n’est pas un bon postulat de départ pour faire évoluer les comportements. C’est très vendeur mais un petit peu simplificateur.

usage du numérique
Un pamphlet à charge contre le digital qui  néglige la réponse à une question fondamentale : le mal vient-il du numérique où de ce qu’on y fait ?

« Il ne s’agit pas non plus de faire de l’angélisme », précise Deborah, il existe de réels risques et de réels débordements sur nos vies numériques.

Il y a un juste milieu entre le sur-enthousiasme du miracle technologique qui va transformer nos vies et de l’autre côté, les discours apocalyptiques sur la création d’un « Crétin Digital ».

Toutes les innovations on entraîné des exagérations

Toutes les innovations ont entraîné ce genre d’exagération, souligne Deborah. Quand l’imprimerie est arrivée, on a crié avec Gutenberg à la fin de la culture. Quand la télé est arrivée, on a crié à la fin du livre. Et avec le développement des usages du numérique des jeunes, on crie au développement du « crétin digital ».

Il est important de mettre en place des limites et des règles, mais sans parler de crétinisation irrémédiable

Le numérique offre des opportunités extraordinaires mais il faut apprendre à maîtriser notre vie numérique

Nous sommes la première génération d’adultes et de parents qui devons accompagner les jeunes sur les usages du numérique.

usage numérique
Deborah Elalouf, fondatrice de Tralalere, une société qui crée et déploie des ressources numériques pour l’éducation (parcours pédagogiques en ligne, animations, apps…)

Ça aussi, ça s’apprend : il faut savoir trier, sélectionner l’information, avoir une relation sociale maîtrisée, savoir créer avec le numérique et pas seulement consommer.

Il y a du travail aussi bien du côté des parents que des enfants

Une étude récente a montré que 45 % des enfants trouvent que leurs parents utilisent trop leur smartphone

Drôle d’inversion des genres où nous nous retrouvons nous-mêmes pointés du doigt. Effectivement, on peut se poser la question : qui est le premier à dégainer son portable à table pendant le repas ?

usage du digital
Qui sont les premiers à dégainer leur smartphone pendant le repas ? Les enfants ou Les parents ?

C’est souvent le parent qui est le premier à publier des photos de son enfant formidable sur le pot …

Les bonnes pratiques commencent par les parents

On a souvent tendance à se dire que les jeunes font n’importe quoi du numérique, alors qu’il faut commencer par se poser la question de nos pratiques.

 » La réalité, c’est qu’on a besoin d’aide. Nous sommes la première génération à devoir fixer les règles. Comment fixer des règles d’usage du numérique à la fois pour nos enfants et pour nous ? « , interroge Deborah.

Quelles sont les règles d’hygiène dans une famille qui prône le bon usage du digital ?

TRALALERE célèbre tous les ans le « Safer Internet Day » dans le cadre d’un programme porté pour la commission européenne (« Internet sans crainte« ).

Une enquête réalisée il y a un an auprès de parents, à laquelle près de 1000 parents ont répondu, met en lumière un élément évident : il y a autant de modèles de règles d’usage du numérique qu’il y a de familles, souligne Déborah.

Chaque famille a des principes éducatifs qui lui sont spécifiques

Chercher à avoir les dix règles d’or miracle qui permettraient de régler tous les problèmes numériques dans les familles est un leurre. Il y a bien sûr des tendances, des principes, quelques grands éléments à avoir en tête.

Chaque famille doit apprendre à trouver la charte numérique qui lui est propre

Il existe une fracture sociale qui ne porte plus l’équipement, mais sur le rapport aux usages, qui sont plus médiés dans des familles plus éduquées. Le fait de généraliser la médiation par les parents est très important.

Elle n’est pas que sociale et il est parfois étonnant de voir que dans des environnements très éduqués ou moins éduqués, il y a parfois un rapport à l’écran ou une absence de régulation de l’écran très forte.

Screen Time
Screen time : l’appli native sur Apple IOS

On constate des enjeux particuliers dans des environnements très équipés et où les parents n’apportent pas forcément les armes qu’il faut pour développer un usage sain du numérique.

L’ usage du numérique est un sujet de tension majeur dans les familles

Sur les 13.000 familles sondées, pour seulement 7% le numérique n’est pas un problème ni un sujet de tensions dans la famille

Parmi les sujets de préoccupation, le temps d’écran représente un sujet majeur de préoccupation, avec les jeunes, mais aussi entre adultes. C’est un vrai sujet : la question du temps des écrans a tendance à occulter l’essentiel qui est ce qu’on fait sur ces écrans, c’est-à-dire la qualité des contenus.

Est-ce pareil de lire un livre sur sa tablette, d’appeler sa grande mère sur un média social, de s’informer sur l’actualité sur les médias sociaux, et de jouer à un jeu vidéo ?

On a là des usages qui sont très différents et la qualité de ce qu’on y fait est évidemment une question centrale.

Il ne faut pas occulter les risques et il est important de responsabiliser les utilisateurs et de nous responsabiliser dans notre casquette d’adultes susceptibles d’accompagner des jeunes.

Une application pour aider les parents à faire d’un sujet de tension, un objet de discussion

L’application FamiNum aide les parents à échanger dans les familles et à faire en sorte que ce sujet de tension devienne un sujet de discussion.

TRALALERE lance également une campagne pour les parents de tous jeunes enfants, sur le thème « Ne laissez pas l’écran s’interposer entre vous et votre enfant« .

usage du digital
Copies d’écran de FamiNum (Cliquer pour agrandir)

Les études scientifiques ont montré que le danger est réel quand les écrans remplacent l’interaction sociale. Les enfants ont besoin pour se développer d’avoir des interactions sociales.

Si l’écran est une alternative au fait d’échanger avec les enfants, alors il y a des risques

Le fait de maintenir le rapport social est une question qui concerne autant les adultes que les enfants. Un des enjeux identifié dans FamiNum a été de savoir poser des bonnes pratiques en famille qui correspondent aux usages des jeunes, mais aussi de s’accorder entre parents.

Faminum
Cliquer pour télécharger FamiNum

Parmi les multiples règles de FamiNum, la règle phare que Deborah a choisi d’appliquer à la maison est : pas de smartphone à table. Et … le plus dur dit-elle, c’est de le faire appliquer par les adultes !

Yann Gourvennec
Follow me

Comments