Tour Paris 13 : ils ont tout compris au transmedia et à l’Art en général

Le Transmedia Art j’en avais entendu parler mais je n’en avais jamais vu de près. Jusqu’au jour où j’ai entendu parler de la tour Paris 13, que ma femme avait vue la première. “tu devrais aller voir, près du pont de Bercy, c’est fantastique” m’a-t-elle dit en me montrant une photo prise sur son mobile en passant en métro. Et il est vrai que c’était intriguant. Puis c’est un ami en discutant autour d’un verre qui m’en a reparlé.

Tour Paris 13 : ils ont tout compris au transmedia et à l’Art en général

Tour Paris 13 : ils ont tout compris au transmedia et à l'Art en général
Une pièce transformée en carte mère fluorescente (enfin, c’est ce que j’y vois) voir ici toutes les photos

« Tu devrais voir la Tour Paris 13 et aller prendre des photos » m’a-t-il dit, et c’est là que j’ai appris que notre confrère et ami de Media Aces, Jérôme Deiss était très impliqué dans cette opération. Ce n’est que bien plus tard que j’en ai entendu parler à la télévision – un jour de perdition où je l’avais allumée.

C’est bien cela le bouche à oreille, un mécanisme de « non publicité », un objet de communication non identifié qui circule tout seul ; et vous savez pourquoi il circule tout seul ? Parce que c’est cher ? Non ! Parce qu’il y a des gens célèbres ? Non ! Parce qu’il y a eu de la pub à la TV ? Non plus ! Si ce bouche à oreille a circulé, c’est que les internautes – donc monsieur et madame tout le monde – s’en sont emparés, que cela leur plaisait, que ce contenu était bon, il était fait pour eux, pas dans un esprit mercantile.

Je n’ai pas regretté mon coup de fil à Jérôme, car les photos que j’ai prises valaient vraiment le coup et je m’en suis mis plein la vue. Alors, voici : pour les artistes dans l’âme, vous pourrez cliquer sur les photos de l’Antimuseum et vous régaler, et pour les marketeurs en mal de buzz, vous pourrez lire le compte-rendu de Jérôme, ci-après, pour comprendre les astuces qu’ils ont employées. Une remarquable opération à mon avis, et au tout premier chef du fait de la qualité des artistes et des œuvres proposées.

antimuseum.com-tourparis13-3149
une opération de transmédia ? … avant tout des oeuvres d’Art, comme cette superbe panthère violette, dont le visage est reflété dans une glace placée le long d’un mur.

Tour Paris 13 : quand le transmedia grave le street-art sur le Web

Le transmédia est une nouvelle méthode pour raconter une histoire (storytelling) dont le déroulé sera suivi sur différents supports qu’ils soient off ou online. Dans cette optique le transmedia permettra donc de franchir la membrane poreuse entre la réalité et le virtuel. C’est le dispositif qui a été choisi pour mettre en lumière l’histoire de la Tour Paris 13.

imageDepuis le premier octobre et pour une durée de 30 jours, la Tour Paris 13 est ouverte au public, le quidam traverse l’univers du street-art à travers les œuvres d’une centaine d’artistes de tous pays et de techniques hétérogènes. Le street-art a modifié la façon de regarder la rue, l’environnement urbain dans lequel je me déplace. Le projet Tour Paris 13 a modifié la perception du street-art et des street-artistes, mais aussi la manière de traduire une expérience esthétique.

Tour Paris 13 par tourparis13

Un enjeu temporel

C’est lorsque la décision de détruire cette tour, qui se dresse au cœur du 13ème arrondissement de Paris, est devenue irrévocable qu’a émergé le projet Tour Paris 13. Les street-artistes se sont emparé de cet édifice à l’abandon : Au départ une simple goutte orange fluo, et petit à petit la magie couplée à la technique des street artistes a donné naissance à un véritable joyau du street-art sur 11 niveaux, du sous-sol au 9ème étage, en passant par le rez-de-chaussée. Par définition le street-art est éphémère et la force du projet de la Tour Paris 13 est justement de ne pas aller à l’encontre des choses. La démolition de la Tour 13 est la meilleure chose qui puisse arriver aux oeuvres dans le monde réel. Mais avec la mise en ligne du site Tour Paris 13 c’est toute la puissance du transmédia qui donne une autre dimension au projet. Permettre de garder la seule trace numérique de quelques street-artistes sur le Web. L’engouement pour la tour Paris 13 est réel à tel point que sont apparues des pétitions pour prolonger la durée des visites avant la destruction :

Dès l’inauguration de la tour 13 le hashtag TourParis13 et les photos sont propulsées sur Twitter, Facebook et instagram via les smartphones.

Le rôle du hashtag

Le hashtag « TourParis13 » permet de suivre l’ensemble des conversations, interactions, Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest, Google+… Il envahit littéralement les réseaux sociaux les plus importants, c’est le tatouage numérique que chaque visiteur a apposé sur les photos ou commentaires.

via Tour Paris 13 : quand le transmedia grave le street-art sur le Web

Yann Gourvennec
Follow me