économie et numérique

Google Chrome: un vrai client léger veut la peau du gros firefox

Google Chrome vient de sortir, quel est son avenir ? La guerre des navigateurs aura bien lieu (encore une, devrait-on ajouter, tant l’événement s’est déjà reproduit par le passé).

Google Chrome: un vrai client léger veut la peau du gros firefox

Quand j’ai entendu parler pour la première fois de l’ouverture au public du nouveau navigateur de Google intitulé Chrome j’ai pensé tout de suite qu’il s’agissait du navigateur de trop sur ce ‘marché’ déjà bien encombré. Puis je l’ai essayé immédiatement (c’est avec lui que j’écris en ce moment même) et j’ai été véritablement renversé par sa simplicité et par – dessus tout – le chargement ultrarapide de ce nouveau navigateur.

Google Chrome: un vrai client léger veut la peau du gros firefox
Google Chrome: un vrai client léger veut la peau du gros firefox

Y en outre, on insiste sur les fonctionnalités intéressantes telles que la possibilité de faire glisser une fenêtre à l’extérieur du navigateur, la page qui affiche automatiquement et visuellement les sites les plus visités et les favoris récents à chaque fois que vous ouvrez un nouvel onglet, son mode plein écran permanent et bien d’autres fonctionnalités intéressantes; tout ceci fait nous avons donc un navigateur qui apporte véritablement du nouveau su la scène de l’Internet. Il était temps.

CQFD
firefox optimizer: CQFD

Par-dessus tout, il s’agit d’un navigateur ultrarapide et sans fioritures, et donc, tout compte fait, d’un réel client léger.

Tout ceci à tel point que quand je me suis demandé si c’était Microsoft qui avait à craindre l’arrivée de ce nouveau produit de Google ou si c’était plutôt Firefox. Le navigateur qui fut il y a peu le préféré des techniciens et des enthousiastes du Web – parmi lesquels je n’hésite pas à me compter – a subi tellement d’ ‘améliorations’ et de rajouts de nouvelles fonctionnalités, add-ons, skins etc. qu’il est devenu à peine utilisable aujourd’hui. Maintenant, mon navigateur Firefox 300 se charge bien plus lentement que mon Internet Explorer et bien des fois il fige mon PC au point que je dois l’arrêter sauvagement pour pouvoir naviguer.

En outre, un nombre impressionnant de sites restent invisibles sur Firefox, un bug qui ne fut jamais corrigé et qui commence à peser un peu lourd (même l’add-on IEtab qui permet de visualiser IE dans firefox et qui est pourtant bien pratique, ne permet pas entièrement de résoudre le problème, et en outre il contribue à la lourdeur Firefox).

Quant à la question posée par Zdnet (voir ce lien) je ne pense pas que Google chrome menace Internet Explorer de Microsoft (qui d’ailleurs représente encore plus de 80 % de l’usage) mais je le rangerais certainement comme le futur challenger du gras Firefox, ex client léger ayant dévié de la route qu’il s’était tracée. Tout compte fait, Chrome est sans doute promis à un bel avenir non seulement à cause de son kit de développement ou d’éventuelles fonctionnalités complexes à venir mais surtout parce qu’il permet enfin de réaliser la promesse trop longtemps attendue du vrai client léger et dont il faut bien dire que nous ne l’avions jamais rencontré malgré tous les discours précédents.

Google Chrome stats des navigateurs sur le site d'Orange Business Services
Les navigateurs sur les stats de Orange-Business.com

Et l’on peut se souvenir pour les plus anciens d’entre nous de l’année 1997 et la façon dont Google à croqué Yahoo! en un rien de temps juste parce que son moteur de recherche et son interface était supérieure, (pas seulement) mais surtout parce qu’il avait réussi à alléger son interface utilisateur de tous les falbalas inutiles qui encombraient l’usage et la navigation. Google chrome et le navigateur de vous que si constitue le repas sont à ce le je pense qu’il a une chance de réussir.

Google Chrome sera-t-il le navigateur d’Android ?

À mon avis, la question suivante est celle-ci : est-ce que Google Chrome peut constituer la base du futur navigateur Android pour mobiles ? Il ne reste donc qu’à attendre un peu pour avoir une réponse à cette question. L’attente se promet d’être fiévreuse !

Yann Gourvennec
Follow me

Yann Gourvennec

Yann Gourvennec created visionarymarketing.com in 1996. He is a speaker and author of 6 books. In 2014 he went from intrapreneur to entrepreneur, when he created his digital marketing agency. ———————————————————— Yann Gourvennec a créé visionarymarketing.com en 1996. Il est conférencier et auteur de 6 livres. En 2014, il est passé d'intrapreneur à entrepreneur en créant son agence de marketing numérique. More »

Un commentaire

  1. Je ne pense pas que Chrome menace Firefox. Pour la bonne et simple raison que si on a délaissé IE pour Firefox, c’est en grande partie à cause de la suprématie de Microsoft. Et Google devient tout aussi géant et menaçant que Microsoft. Le Gourvernement allemand vient d’ailleurs de déconseiller à ses citoyens d’utiliser Chrome, parce qu’il permettra à Google de récupérer encore plus de données.
    J’ai utilisé Chrome, et en tant qu’utilisateur, je reste satisfait de Firefox.
    Si Google est encore vu par beaucoup comme le grand gentil qui nous protège de la suprématie Microsoft, je suis persuadé que Chrome marque son passage dans le côé obscur.
    Enfin, Google reste encore un des financiers de la fondation Mozilla.

  2. Utilisateur d’Opera depuis 2002, j’ai néamoins toujours pris le temps de tester les autres navigateurs. Et Chrome n’a pas échappé.

    Je n’ai vraiment rien trouvé de nouveau, d’innovant ou de bluffant, quand on sait que la plupart des évolutions viennent d’Opera. En vitesse pure, sur mon modeste PC, Chrome est en retard pour le chargement de page, la précision de l’affichage. En termes d’ergonomie et d’interface, la lisibilité n’est pas au rendez-vous.

    Je pense qu’on assiste plus à la fin d’un géant et à l’avènement d’un autre. Mais il ne faut pas oublier une donnée importante : le respect de la vie privée. Et ça, Google a oublié qu’en Europe, c’est une donnée importante.

    Je suis surpris du chiffre de 80% d’utilisateurs de IE que vous avancez, auriez-vous omis que la plupart des navigateurs sont capables de s’identifier comme étant un autre pour des raisons de compatibilité?

  3. Arwald,
    Je vois que vous êtes surpris, mais quand j’annonce des chiffres, ce n’est pas à la légère. De façon à être parfaitement clair, j’ai extrait les stats de TOUS les sites d’Orange Business Services (http://www.orange-business.com ). J’entends qu’il s’agit de B2B, mais la même stat est visible en ligne pour http://visionarymarketing.com . Le chiffre, sur un échantillon de 229.000 visites est précisément de 77.44% pour IE.Chrome fait une timide apparition. IL s’agit d’un tout petit échantillon de nos visites, mais cela est quand même représentatif. Le pourcentage peut varier selon les régions et l’orientation B2B ou B2C du site web. En guise de bonne foi, je rajoute le tableau en PJ du post.

  4. En réponse à Arnaud,

    cf. « Si Google est encore vu par beaucoup comme le grand gentil qui nous protège de la suprématie Microsoft, je suis persuadé que Chrome marque son passage dans le cô[t]é obscur. » mon article ne portait pas sur la valeur « morale » d’aucune des entreprises citées ou référencées. Je ne sais d’ailleurs que penser de cette analyse quasi biblique qui tend à opposer les « bons » et les « mauvais », voire à diaboliser certaines d’entre elles. On a vu Bill Gates affublé des cornes du diable par exemple http://www.bizlevity.com/european-union-fines-microsoft-record-13-billion/ dans une image désormais célèbre (à celle-ci on y a même ajouté des yeux rouges). Doit-on y voir des relents de l’antique diabolisation du monde des affaires, en des temps où la religion jouait un rôle autre qu’aujourd’hui ? La célèbre maxime médiévale de l’église catholique (http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/article-15582820.html ) a expliqué en elle même des siècles d’inhibition de nos sociétés du sud et du centre de l’Europe vis à vis de l’argent et du pouvoir qui en découlait et de la nécessité de le diaboliser (l’argent ne DOIT pas enfanter l’argent, symbole de la normalité contre la compétence financière, et pourtant la finance est au coeur des affaires). Cessons de regarder le monde des affaires comme un champ d’investigation moral, d’ailleurs, pour faire écho à votre commentaire sur Google, je vous renvoie à cet article du Gardian, dont j’ai fait un commentaire sur mon blog en Anglais : « Google’s privacy threat? not so serious Gardian says : http://visionarymarketing.wordpress.com/2008/09/01/

Bouton retour en haut de la page