Le digital révolutionne l’agriculture

Si certains domaines semblent résister encore et toujours à l’arrivée du digital, comme la comptabilité, sur laquelle nous avons écrit un article il y a quelques mois, d’autres sont en complète transformation. Il s’agit de secteurs qui ont le plus de contraintes (argent, temps, charge de travail très élevée) et qui ont recours au digital pour non seulement augmenter en productivité, mais également innover. Symbole d’un secteur où les professionnels sont de moins en moins nombreux et où ces derniers peinent à voir les retours des lourds investissements réalisés, l’agriculture a vu dans le digital un moyen de surmonter de nombreuses difficultés inhérentes à ce secteur. Si le développement d’un pays passe par une agriculture industrialisée, il est probable que ces prochaines années, il passera également par une agriculture digitalisée. Mais qu’est-ce qu’une agriculture digitalisée ? Comment le digital peut transformer l’agriculture ? Va t-on abandonner les engrais et les produits phytosanitaires ? A l’occasion d’un passage à Paris, Hervé Pillaud, “ageekulteur” vendéen et auteur du livre Agronumericus : internet est dans le pré, nous a dressé un état des lieux de l’agriculture d’aujourd’hui.

Agronumericus : de l'agriculture à l'ageekulture
Agronumericus : de l’agriculture à l’ageekulture

Quel est le but de ce livre ?

Ce livre a pour objectif de montrer l’impact du numérique dans l’agriculture : ce n’est pas un livre technique, il s’agit plutôt d’un essai. Le but est plus d’identifier les changements à venir que de délivrer des “recettes”. Je l’ai donc écrit certes pour les agriculteurs,  mais également pour l’ensemble des consommateurs. Il y a beaucoup d’idées reçues au sujet du digital au service de l’agriculture : par exemple, on assimile souvent le numérique à l’agriculture intensive. 

 

 

Peut-on faire un état des lieux de l’agriculture aujourd’hui en France et dans le monde ?

L’agriculture est la plus grande révolution du 20e siècle : nous sommes passés de 78% de la population active en 1900 à seulement 1% en 2010, en multipliant par dix la productivité. Il n’existe pas d’autres catégories professionnelles ayant fait une telle révolution. Nous arrivons à un point où les agriculteurs sont encore nombreux, mais l’on ne peut plus diminuer le nombre de producteurs, d’acteurs de l’agriculture. Aussi, l’agriculture a été énormément consommatrice d’intrants pour nourrir la terre, éliminer les mauvaises herbes et les maladies. Il devient nécessaire de  réduire cette utilisation, tout en continuant à produire davantage.  Nous devons passer d’une agriculture utilisatrice d’intrants à une agriculture utilisatrice de connaissances : c’est là où le numérique va nous aider à agréger ces connaissances.

Comment le digital peut-il transformer l’agriculture ?

Le digital peut transformer l’agriculture de plusieurs manières :

  • il génère chaque jour des milliers d’innovation. Que ce soit  en hardware, en software, en robotique, en capteurs…  certains sont des gadgets, d’autres resteront dans le temps. L’agriculture  est impactée par le digital comme toutes les professions. C’est ce que j’ai expliqué au Smart agri, les objets intelligents au service de l’agriculture.
  • Il y a également une évolution considérable au niveau de  la communication. Les agriculteurs peuvent communiquer différemment via les réseaux sociaux avec les consommateurs mais également avec les machines. La nouveauté c’est le dialogue entre les machines. L’information est fondamentalement modifiée dans la façon de l’émettre mais aussi de la recevoir, de la stocker, de la traiter. C’est d’ailleurs tout l’enjeu des Big Data.  C’est à travers ces connaissances que nous allons pouvoir évoluer,  car si les intrants seront moins disponibles demain, nous utilisons aujourd’hui  à peine 1% de nos connaissances.

C’est grâce à ces innovations et à ce développement de l’information  que l’on voit émerger les technologies du  biodesign et du biomimétisme.

Avez-vous des exemples deux cas où le digital transforme cet agriculture ?

Le Smart Agri est le plus visible.  Cela se traduit par exemple par la robotique, que l’on utilise depuis quelques années, par exemple pour enlever la plus grande  astreinte des agriculteurs qui est la traite  des vaches.  Aujourd’hui, cette tâche est robotisée  dans de nombreuses exploitations. Le numérique contribue ainsi largement à diminuer la pénibilité. On utilise également des robots pour arracher l’herbe dans des champs, et nous avons des logiciels pour nous accompagner dans le suivi de l’exploitation, des outils d’aide à la décision très nombreux. On constate aussi une présence de l’agriculteur sur les réseaux sociaux de plus en plus grande. Cela nous permet de commercialiser, discuter entre nous, avec le consommateur. on va donc ainsi un impact du numérique sur l’agriculture.

Le digital révolutionne l’agriculture was last modified: décembre 26th, 2018 by Cédric Jeanblanc

impact du digital sur la productivité : vers l’accélération

On a coutume d’entendre que nous vivons dans une période très innovante, que les changements que nous vivons sont énormes, nos économies avançant à grandes enjambées et de façon très innovante. Quand on recherche des preuves de ces avancées, technolâtres et technophiles présenteront toujours la même réponse : l’Internet et les Smartphones sont partout. Ce qui est déjà discutable. On ne peut le nier, surtout pas moi, l’Internet et les Smartphones ont un impact énorme sur nos vies et la façon dont nous travaillons. Mais il est bien possible cependant que cette période que nous vivons soit moins innovante que nous l’imaginions. Greg IP, auteur d’un article récent dans le Wall Street Journal sur ce sujet a une explication pour cela, qui va au-delà des simples apparences (“Beyond The Internet, Innovation Struggles to Lift Productivity » publié dans le WSJ le 12 août 2015) . En lisant son article, cela m’a fait penser que s’il fallait retenir une chose de son propos, c’était non que la transformation digitale des entreprises allait ralentir mais qu’au contraire elle allait s’accélérer de façon impressionnante. Il va doc falloir s’y préparer sérieusement.

Construction of the metroplitain subway in paris 60 728
Légende: il a fallu 4 ans au génial ingénieur breton du métro parisien, Fulgence Bienvenüe, pour réaliser la traversée de la Seine à St Michel. En 1910, il dirigeait les travaux qui menaient au gel de la Seine sur 64 m au travers de 57 puits de 17 m chacun, remplis de saumure de chlorure de sodium, à -27°C. Imaginez-vous faire cela en 2015 ? Pour rappel, l’extension de la ligne 4 sur 1 station au-delà du périphérique a pris quasiment la même durée et n’a abouti qu’à la création d’une seule station. Quant au grand Paris, mes petits enfants le verront peut-être ?

Le nœud du problème est là : l’innovation technologique a-t-elle un impact sur la productivité globale (en dehors de l’Internet) ? Apparemment non si l’on en croit Greg IP, qui se base sur une étude de Michael Mandel (non sourcée), économiste du progressive Institute. Bien des choses, au-delà du fameux Smartphone, n’ont pas changé tant que cela dans nos vies de tous les jours. Imaginez un film qui se passerait en plein centre de Paris, et qui se focaliserait sur une personne placée au même endroit, mettons au Châtelet, au cours des siècles. Un peu à la manière du début de Notre Dame de Paris de Victor Hugo. Prenons la période allant du 16e au XXe siècle, on est sûr que notre film, qui prendrait une image fixe tous les 10 ans, montrerait des changements radicaux de l’environnement autour de notre personnage, au moins jusque 1950. Depuis les années 60 j’en suis beaucoup moins sûr.

Lire la suite

impact du digital sur la productivité : vers l’accélération was last modified: août 24th, 2015 by Yann Gourvennec