En transformation numérique le pire n’est jamais sûr, quoique …

En transformation numérique comme ailleurs, le pire n’est jamais sûr. Mais il arrive bien quelques fois. Il faut admettre en effet que ce que nous observons sur le terrain n’est pas toujours au top. Et j’ajouterais que bizarrement, dire que vous avez réussi vos efforts de transformation digitale semble même être un sport international. Il n’y a pas si longtemps, je parcourais ma Timeline LinkedIn et j’ai repéré quelque chose d’intéressant.

Transformation numérique : le pire n’est pas jamais sûr, quoique…

La publication LinkedIn provenait de quelqu’un qui travaillait pour une très grande banque internationale. Aucun problème avec ça. C’est une institution bancaire très honorable et je ne suis pas du genre « occupy wall street ». Je pense que les banques ont un rôle à jouer et même si je ne suis pas en phase avec les scandales arrivés depuis la crise de 2008, je ne peux vraiment pas imaginer que cacher des liasses de billets sous son matelas soit une bonne idée.

transformation numérique

 

Cela dit, le message Linkedin était assez énorme. Le voici en substance : 

« xxx   [nom du PDG] vient d’écrire sa tout première ligne de code PHP ! « et d’ajouter « Voici la preuve que la banque a été transformée numériquement « .

Sans blague.

C’est presque risible, mais en même temps, je suis presque sûr qu’il y a des gens – dans les banques ou ailleurs – qui croient fermement au fait que : 

a) Un dirigeant d’entreprise faisant plusieurs milliards de dollars de CA devrait commencer à apprendre le code et PHP en particulier (pourtant pas forcément le langage le plus en vue en ce moment)

b) Le fait d’écrire une ligne de ce code vénérable suffit à transformer une très ancienne et respectable institution bancaire en une start-up de la Fintech.

Les succès et les échecs sont parfois difficiles à mesurer – même en transformation numérique

« Ce qui est un cauchemar pour l’un est un rêve pour un autre » chantait Rupert Hine, mais la preuve de la transformation numérique réside dans les succès du terrain, pas dans les discours, fussent-ils numérisés via LinkedIn. Et si vous voulez comprendre l’innovation, vous devrez vous familiariser avec l’histoire de l’innovation, que Berkun décrit comme incomprise de tous dans son livre sur les mythes de l’innovation.

Dans le blog suivant écrit par mon ami Cyril Bladier, pour le compte du Musée de l’ horreur de la transformation numérique de notre client iRevolution [transparence], on voit clairement cela, mais aussi le fait que l’échec de la transformation numérique n’est pas affaire de technologie. Une vérité du terrain dont on ferait bien de toujours se souvenir.

Comment rater sa transformation digitale à coup sûr ?

Comme l’indique Yahya El Mir, co-fondateur d’IRevolution : « la transformation est une rupture ». Se lancer dans une transformation et reproduire les mêmes process ou les mêmes approches avec les mêmes profils amènera sans aucun doute les mêmes résultats. C’est l’une des raisons pour lesquelles un spécialiste de son métier doit se faire accompagner de non spécialistes de son industrie experts des « business models » digitaux pour l’aider à repenser son organisation et son fonctionnement

Un peu d’histoire

Quand on regarde ce qui s’est passé ces dernières années et qu’on analyse de plus près les entreprises qui ont réussi à se transformer ou même à transformer leur industrie, les plus grands succès viennent de ceux qui ont réussi à penser différemment. Ce sont des organisations qui n’ont pas nécessairement apporté une rupture technologique.La plupart du temps, ceux qui sont à l’origine de ces grandes transformations ont su identifier les « irritants » des consommateurs, connus de tous mais ignorés par des marques se croyant toutes puissantes et éternelles, et ainsi repenser des « business models » reposant sur la résolution de ces points de friction.

Source : Comment rater sa transformation numérique à coup sûr ?

En transformation numérique le pire n’est jamais sûr, quoique … was last modified: mai 28th, 2019 by Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing, en association avec Effiliation. Il est directeur de programme du Mastère Spécialisé Digital Business Strategy de Grenoble Ecole de Management depuis 2015
suivez moi !

Votre avis nous intéresse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.