Président numérique : une bonne idée ?

J’ai pris mercredi le TGV pour me rendre à Grenoble, et j’ai pu ressentir sur le terrain directement le résultat de la tension politique de ces derniers mois. Alors que cette tension est justement à son comble, la sphère économique du numérique (ou du digital c’est selon) a l’air de se passionner  pour l’élection présidentielle de 2017 et l’avénement d’un Président dit « Président numérique » (voir ci-dessous la vidéo de notre confrère Pierre-José Billotte).

Un Président numérique ? Pour quoi faire et pourquoi numérique ?

Pourquoi aurions-nous besoin d’un président de la république « numérique » ? Je me suis posé la question. Alors que j’organise sous la houlette de mon client, Orange Cloud for Business,  un Webinaire le 9 juin 2016 sur le sujet, j’ai voulu poser le débat dans un article dont je sentais intuitivement que sa place n’était pas sur ce blog, et qu’il fallait lui trouver un meilleur support.

C’est alors que je me suis rapproché de mon camarade et confrère Olivier Cimelière, créateur et animateur du blog du communicant, qui traite quant à lui beaucoup plus facilement de ses sujets de la politique et du numérique, afin d’y publier ma tribune en format « tribune libre ».

Pierre-José Billotte, Président d’Eurocloud, explique pourquoi il nous faut absolument un Président numérique

Ce débat s’annonce passionnant. N’ayant la possibilité d’apporter la contradiction au travers de la présence d’un homme ou d’une femme politique à mes amis et confrères Jean-Michel Billaut, Alain Garnier et Pierre-José Billotte, qui seront les participants de ce débat, j’ai voulu moi-même, au travers de ce billet, exprimer à la fois mes accords et mes désaccords avec la démarche autour de la première citoyenne et notamment dans le cadre du fameux « candidat numérique ». Il n’est pas question pour moi de dénigrer la démarche, mais de souligner les points qui me paraissent on discutables.

>> Lire la suite de l’article sur le blog du communicant d’Olivier Cimelière

Président numérique : une bonne idée ? was last modified: juin 3rd, 2016 by Yann Gourvennec
suivez moi !

Yann Gourvennec

PDG & fondateur chez Visionary Marketing
Yann Gourvennec a créé le site visionarymarketing.com en 1996. Il est intervenant et auteur de 4 ouvrages édités chez Kawa. En 2014 il est devenu entrepreneur, en créant son agence de marketing digital Visionary Marketing.
suivez moi !

4 réflexions au sujet de « Président numérique : une bonne idée ? »

  1. Le président français ne sera jamais comme lui : https://www.buzzfeed.com/andrewgauthier/the-president-uses-a-selfie-stick?utm_term=.mcYLLvaxEp#.vo4bboxMYn Obama promouvant l’ObamaCare ; il s’est acharné pour couvrir les américains via sa campagne en ligne #GetCovered … Je ne pense pas qu’un des candidats comprenne même le système des # et encore moins une campagne de ce genre. Bref, on part de très très loin ! Un candidat numérique fera du bien oui mais qu’il soit aussi un sacré communiquant et quelqu’un qui a un programme parce qu’il ne s’agit pas de juste secouer le cocotier mais de proposer réellement quelque chose et quelqu’un ; qui n’a pas fait l’ENA ou autre formatage du genre… Don’t be afraid ; you could win like Obama did !

    1. FYI OBama a une équipe dédiée qui gère tous ses comptes. Il a admis récemment ne jamais avoir été sur Twitter et ne pas savoir l’utiliser. Attention à la promo à l’américaine il ne faut pas se laisser prendre.

  2. Chaque président est besoin d’une équipe de communication numérique pour gérer ses comptes , car aujourd’hui les réseaux sociaux ont un effet très important dans la vie politique et peuvent influencer le peuple facilement.

    1. Cela semble en effet être la norme. La question étant de savoir quel crédit de spontanéité voire même de crédibilité on peut accorder à ces initiatives de communication politique qui feignent de jouer le jeu de la transparence sans jamais annoncer la couleur. Pour ma part je pense qu’on se rapproche de l’astrosurfing.

Votre avis nous intéresse :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.